Le Moniteur des Pharmacies n° 2728 du 03/05/2008
 

Questions de comptoir


Réponse. Selon l'article R. 5132-8 du Code de la santé publique, « une spécialité pharmaceutique relevant de la réglementation des substances vénéneuses ne peut faire l'objet d'un déconditionnement par le pharmacien d'officine en vue de son incorporation dans une préparation magistrale. Cette interdiction n'est pas applicable aux spécialités destinées à être appliquées sur la peau ». En l'espèce, l'Oramorph est une spécialité stupéfiante qui se prend par voie orale. A côté de cette prohibition réglementaire, il est mentionné dans le nouveau guide des Bonnes pratiques de préparation (BPP) que le pharmacien peut utiliser en tant que matière première des spécialités pharmaceutiques « lorsque la matière première en vrac n'est pas disponible et sous réserve d'une étude de faisabilité ». Le sulfate de morphine n'est pas disponible sous forme de matière ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Après la relance de la DGS, allez-vous lancer la sérialisation dans votre officine dans les prochaines semaines ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK