Le Moniteur des Pharmacies n° 2483 du 29/03/2003
 

SANTÉ PUBLIQUE

Actualité


L'Afssaps tire la sonnette d'alarme. Dans une lettre récemment adressée aux prescripteurs, elle alerte au sujet de la toxicité mitochondriale des inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI). En tout, huit spécialités sont concernées : Combivir, Epivir, Hivid, Retrovir, Trizivir, Videx, Zerit et Ziagen. Leur toxicité peut se révéler par une symptomatologie variée et atteindre le pancréas, le foie, les reins ou l'appareil neuromusculaire, mais ne remet cependant pas en cause le bénéfice des médicaments dans le traitement du sida. En revanche, elle peut conduire à une acidose lactique grave potentiellement fatale. Elle survient plusieurs mois, voire plusieurs années après le début de la thérapie. Les patients doivent être sensibilisés aux signes cliniques annonciateurs nécessitant une consultation rapide : troubles digestifs (nausées, diarrhées...) et neuromusculaires (crampes, myalgie, paresthésie). Apparaissent ensuite une ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Délivrez-vous régulièrement des tire-lait ?




Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK