Le Moniteur des Pharmacies n° 2419 du 10/11/2001
 

Actualité

Enquête


Les généralistes ont l'obligation de gérer le budget médicaments de chacun de leurs patients. Ils prescrivent donc beaucoup de génériques, d'autant que les économies réalisées leur sont reversées pour l'aménagement de leur cabinet. En revanche, la substitution est interdite en Grande-Bretagne sauf si un médecin prescrit un générique. Libre alors au pharmacien de le remplacer par un autre générique. « Mais nous aimerions avoir plus de pouvoirs et pourquoi pas, comme en France, avoir le droit de substituer », nous confie John d'Arcy, directeur de la National Pharmaceutical Association, le plus important syndicat de pharmaciens britannique. Les génériques constituaient, à la fin des années 90, 35 % du marché du médicament britannique en valeur, et 48 % en volume. « S'il n'y avait pas de médicaments génériques, avance Paul Duke, de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous octroyé récemment une prime ou une augmentation à vos collaborateurs ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !