Le Moniteur des Pharmacies n° 2419 du 10/11/2001
 

Entreprise


Un pharmacien qui achète une officine se retrouve aujourd'hui pendant deux à trois semaines dans l'impossibilité de faire du SESAM-Vitale. En effet, la migration d'une CPS (carte de professionnel de santé) à une autre pose problème. Les cartes de personnel d'établissement présentes sur les postes de travail de l'officine dépendent de la CPS de l'ancien titulaire. Or la CPS comprend trois identifiants clés : le numéro de la pharmacie (qui ne change pas), celui de la CPAM (qui n'est pas évident à obtenir) et le numéro ADELI du titulaire en exercice (que la DDASS refuse de donner à l'avance). Depuis la rentrée dernière, la CNAM ne centralise plus ces informations. La DDASS ne fournit donc ce numéro qu'après l'installation. Ajoutez à ce délai celui imputable au GIP CPS ainsi qu'à ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Avez-vous octroyé récemment une prime ou une augmentation à vos collaborateurs ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !