• fiche (texte) :

    À SAVOIR

    Les verrues sont des tumeurs épithéliales de la peau ou des muqueuses dues à un Papillo-mavirus humain (HPV). Elles sont contagieuses par contact direct (favorisé par les micro-traumatismes cutanés ou muqueux) ou indirect (piscine, salle de bains, sanitaires collectifs…). L’auto-inoculation est fréquente. Le développement d’une verrue après inoculation virale dé-pend des défenses immunitaires de l’hôte. L’incubation peut varier de 1 à 20 mois.

    Différents aspects cliniques

    • Verrues vulgaires communes : ce sont des papules de couleur chair, bien délimitées, de surface rugueuse, situées le plus souvent sur les mains.
    • Verrues plantaires (myrmécies) : les lésions sont à peine surélevées mais elles s’enfoncent profondément dans le derme par suite de la pression exercée par le poids du corps. Elles forment un « clou » parfois douloureux à la pression. Contrairement aux cors, elles présentent, lors des traitements kératolytiques, un minuscule piqueté hémorragique dû aux capillaires thrombosés.
    • Molluscum contagiosum : l’infection est due à un Poxvirus. Elle se traduit par de petites papules ombiliquées, fermes, groupées par plusieurs (5 à 20 et plus) et atteint le visage, le tronc, ou les membres. Les molluscums sont fréquents chez les enfants (contamination en particulier par la piscine). L’auto-inoculation par grattage se fait rapidement.

    QUEL TRAITEMENT PROPOSER

    Les limites du conseil
    Une consultation médicale est nécessaire pour les verrues de taille importante ou pour celles du visage et également chez le diabétique. Elles sont le plus souvent prises en charge par cryothérapie par azote liquide. Les molluscums, du fait de leur extrême contagiosité, doivent également être retirés par ablation à la curette ou cryothérapie à l’azote liquide effectuée par un dermatologue. Seules les verrues de petite taille des mains ou des pieds peuvent être prises en charge à l’officine.

    Préparations locales kératolytiques

    • Composition des préparations : à base d’acide salicylique et d’acide lactique (Duofilm, Kerafilm…), les préparations kératolytiques attaquent la kératine de la couche cornée. Certaines formules sont associées à des teintures de thuya aux propriétés antivirales (Verrupan). Alternative : l’application d’acide trichloroacétique (stylo anti-verrues Wartner Cryopharma) est également kératolytique.

    • Mode d‘emploi : les formes liquides s’appliquent 1 fois par jour (couvrir avec un pansement adhésif occlusif du type Blenderm 24 h/24) pendant plusieurs jours ou semaines suivant la profondeur de la verrue. Éviter la peau saine adjacente (protéger par un vernis neutre : Verlim 3, Vernis protecteur Cochon…). Décaper la peau morte au bout de quelques jours en grattant avec une lime en carton ou une pierre ponce, sans faire saigner. Les formes en disques imprégnés (Transvercid) doivent être appliquées tous les soirs après avoir gratté la verrue, et retirées tous les matins. L’acide trichloroacétique s’applique une fois par semaine jusqu’à disparition de la verrue, pendant 6 semaines au maximum.

    Cryothérapie à domicile
    C’est une alternative possible au traitement kératolytique chez l’adulte et l’enfant de plus de 4 ans, fondée sur la technique de l’azote liquide (CryoPharma, Scholl Freeze Stop verrues !, Urgo verrues mains et pieds, Verruxit…). Elle ne doit être utilisée que si la lésion à traiter est une verrue. En cas de doute, consulter un médecin auparavant.

    Le traitement homéopathique

    • Localement : Thuya TM, 1 goutte matin et soir sur chaque verrue, laisser sécher.
    • Per os :
      - verrues planes, lisses : Dulcamara 9 CH  ;
      - verrues cornées, dures, verrues plantaires : Antimonium crudum 9 CH  ;
      - verrues jaunes, saignant facilement : Nitricum acidum 9 CH  ;
      - molluscum : Thuya 4 CH (prendre 3 granules matin et soir jusqu’à amélioration) ou Verrulia (1 cp matin et soir pendant 1 mois).

    QUELS CONSEILS DONNER

    La régression spontanée est possible
    Les verrues régressent souvent spontanément : 35 % disparaissent dans les 6 mois, 65 % dans les 2 ans. Il est donc justifié de s’abstenir de traiter les verrues de petite taille apparues récemment, en exerçant une simple surveillance, et ne les traiter que si elles deviennent douloureuses ou si elles s’étendent.

    Pour éviter la contamination
    Les conseils d’hygiène sont importants pour éviter la contamination lorsqu’un membre de la famille souffre de verrues plantaires (en particulier lorsque le traitement fait saigner la verrue) : ne pas partager le linge de toilette, désinfecter la baignoire ou le bac de douche régulièrement, porter des chaussons en caoutchouc à la piscine, recouvrir la verrue d’un pansement si elle saigne.

  • theme (Thème) : Dermatologie
  • date_maj (Date de mise à jour) : 2017-06-01
  • lien_fiche_conseil (Lien vers fiche conseil) : Verrues
  • Calage (description) :

Après la relance de la DGS, allez-vous lancer la sérialisation dans votre officine dans les prochaines semaines ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK