• fiche (texte) : À SAVOIR La varicelle est une infection virale due au virus varicelle-zona (VZV), très contagieuse par l’intermédiaire des sécrétions respiratoires ou par contact direct avec le liquide des vésicules. Le zona est la réactivation du virus demeuré latent dans les ganglions rachidiens après la vari-celle. Une éruption caractéristique Après une phase d’incubation silencieuse de 14 jours en moyenne et une phase d’invasion (fièvre modérée, céphalées, fatigue et douleurs abdominales) de 1 à 3 jours, survient une éruption de macules (taches rouges) vite recouvertes de vésicules très prurigineuses remplies d’un liquide clair. Ces vésicules deviennent croûteuses au bout de quelques heures. Les poussées de boutons se succédant, plusieurs stades de lésions sont retrouvées simultanémant : macules, vésicules et croûtes. Toutes les parties du corps peuvent être atteintes, y compris le cuir chevelu, la plante des pieds et les muqueuses : pharynx, paupières, vagin, rectum… Les croûtes disparaissent en 15 jours. Parfois des complications La complication la plus fréquente est la surinfection des lésions (streptocoque, staphylocoque) au niveau de la peau ou des poumons (de 2 à 4 % des cas). Une méningite est exceptionnelle (1 cas sur 40 000) : séquelles possibles, voire décès. La varicelle est grave chez le nouveau-né de moins de 1 mois, chez les sujets immunodéprimés (traitements immunosuppresseurs, chimiothérapie, corticoïdes, infection à VIH : 15 % de décès). Quelle est la période contagieuse ? Le patient est contagieux 48 heures avant l’éruption et jusqu’à la formation des croûtes. QUEL TRAITEMENT PROPOSER La consultation médicale est impérative Même en période d’épidémie et si l’éruption est caractéristique, une consultation médicale est indispensable pour affirmer le diagnostic. Désinfecter les lésions Chaque lésion doit être désinfectée 2 fois par jour à l’aide d’une solution aqueuse de chlorhexidine (Diaseptyl, AseptApaisyl…). Les colorants (éosine aqueuse, fluorescéine) sont déconseillés car leur pouvoir antiseptique est faible et ils risquent de masquer une surinfection. Ils présentent un risque de photosensibilisation. Les talcs sont contre-indiqués. Une lotion asséchante peut être appliquée (Cicalfate lotion, Cytelium…). Lutter contre les démangeaisons Un antihistaminique per os (Primalan à partir de 2 ans, Atarax à partir de 30 mois ou Aerius à partir de 1 an, tous sur prescription) permet de calmer les démangeaisons et d’atténuer le grattage. Couper à ras les ongles des enfants. Le traitement homéopathique Conseiller une dose de Vaccinotoxinum 15 CH dès que possible. Associer Croton tiglium 9 CH (5 granules toutes les 2 heures) pour éviter les démangeaisons, Rhus toxicodendron 15 CH (5 granules 3 fois par jour) au stade des vésicules, Mezereum 15 CH (5 granules 3 fois par jour) au stade des croûtes, et, une fois les croûtes tombées, Antimonium tartaricum 5 CH (5 granules 2 fois par jour) pour limiter les cicatrices. QUELS CONSEILS DONNER Aspirine et ibuprofène à proscrire En cas de fièvre et dès la suspicion de varicelle, l’aspirine est à proscrire car elle pourrait être responsable de syndrome de Reye. L’ibuprofène est également contre-indiqué car il augmente le risque de complications graves (nécroses). Conseiller le paracétamol (15 mg/kg toutes les 6 heures). Douches ou bains rapides Les douches ou bains rapides sont autorisés 1 fois par jour, à l’eau tiède avec un pain dermatologique, sans utiliser de solution antiseptique moussante. Sécher en tamponnant sans frotter. Le talc, les pommades antivirales et antibiotiques sont contre-indiqués. En cas de surinfection des lésions, conseiller de revoir le médecin. Une antibiothérapie antistaphylococcique per os peut être nécessaire. La vaccination Nourrissons : la vaccination systématique des nourrissons, qui risquerait de déplacer la maladie chez l’adolescent ou l’adulte, n’est pas recommandée. Enfants de plus de 12 ans et adultes : la vaccination contre la varicelle (Varivax, Varilrix) est recommandée chez les enfants âgés de plus de 12 ans et les adultes sans antécédents cliniques de varicelle en cas de contact étroit avec des personnes immunodéprimées et en postexposition. Elle est contre-indiquée en cas de grossesse. Deux injections séparées de 4 à 10 semaines (selon le vaccin) sont nécessaires. De la fièvre et l’éruption de quelques boutons peuvent survenir. Aucun dérivé salicylé ne doit être administré pendant les 6 semaines qui suivent l’injection. Femmes ayant un projet de grossesse : la vaccination est recommandée pour les femmes ayant un projet de grossesse et sans anté-cédent clinique de varicelle (2 injections). Un contrôle sérologique préalable peut être pratiqué. L’absence de grossesse doit être confirmée avant la vaccination et toute grossesse doit être évitée dans le mois qui suit chaque dose de vaccin.
  • theme (Thème) : Pédiatrie
  • date_maj (Date de mise à jour) : 2017-06-01
  • lien_fiche_conseil (Lien vers fiche conseil) : Varicelle
  • Calage (description) :

Après la relance de la DGS, allez-vous lancer la sérialisation dans votre officine dans les prochaines semaines ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK