• fiche (texte) :

    À SAVOIR

    Le torticolis est une contracture musculaire douloureuse du cou entraînant une posture an-talgique caractéristique : flexion du cou du côté atteint, tête tournée du côté opposé.

    Le plus souvent banal mais handicapant
    Le torticolis est généralement dû à une contracture du muscle sterno-cléido-mastoïdien. La douleur est ressentie au niveau du cou, entre l’oreille et la clavicule. La contracture apparaît de façon brutale et empêche ou limite la plupart des mouvements du cou. Le torticolis banal régresse spontanément en quelques jours mais entraîne un handicap important.

    En cas de torticolis chronique
    Un torticolis chronique peut être dû à une arthrose cervicale, c’est-à-dire à une détérioration du cartilage articulaire, et peut survenir notamment chez la femme, dès l’âge de 35 ans. La prise en charge est spécifique. La répétition fréquente d’un torticolis nécessite un bilan com-plet à la recherche de causes plus rares, neurologiques ou tumorales…

    Deux causes particulières chez l‘enfant

    • Torticolis d‘origine infectieuse : urgence. Un torticolis fébrile chez l’enfant peut parfois être d’origine infectieuse : rhinopharyngite, angine ou otite provoquant une inflammation des ganglions du cou et entraînant une contracture des muscles. Une consultation médicale est indispensable en urgence.
    • Torticolis congénital : l’incidence du torticolis musculaire congénital, le plus fréquent des torticolis congénitaux, est estimée entre 0,3 et 2 %. Il correspond à une rétractation du muscle sterno-cléido-mastoïdien, conséquence d’une malposition de la tête dans l’utérus. La correction du torticolis congénital passe avant tout par la kinésithérapie.

    QUEL TRAITEMENT PROPOSER

    Les limites du conseil
    Seuls les torticolis aigus sans relation avec un traumatisme peuvent être pris en charge à l’officine. Les patients souffrant d’un torticolis chronique, récidivant, accompagné de fièvre ou faisant suite à une chute, une pratique sportive, un accident de voiture ou de moto seront adressés au médecin pour bilan étiologique complet.

    Le traitement par voie orale

    • Antalgiques et anti-inflammatoires : en l’absence de contre-indications, l’aspirine (Aspirine UPSA, Aspégic…), à la dose de 1 g 3 fois par jour, ou l’ibuprofène (Nurofen, Upfen…), à la dose de 400 mg 3 fois par jour, peuvent être conseillés. En cas d’allergie à l’aspirine ou aux AINS, d’ulcère gastroduodénal, de traitement anticoagulant et chez la femme enceinte, le choix se portera sur le paracétamol (Doliprane, Efferalgan…) à la dose de 1 g 3 ou 4 fois par jour.
    • Décontracturants musculaires : la méphénésine (Décontractyl…) est indiquée en traitement d’appoint des contractures musculaires. Elle entraîne une somnolence. Conseiller une seule prise en fin de journée chez les conducteurs de voiture ou de machine. Ne pas associer à l’alcool.

    Toujours associer un traitement local

    • Collier cervical : le port d’un collier cervical permet de limiter les mouvements et d’apporter de plus une chaleur locale qui procure un confort et un effet antalgique immédiat. Préférer un collier avec un renfort intégré (Ortel C2 Plus…) ou amovible (Gibortho C2 évolutif, Medisport C2/C1 évolutif…), ce qui le rend semi-rigide. Ces colliers existent, selon les marques, en différentes tailles selon le tour de cou et en différentes hauteurs (6 à 11 cm). Le tour de cou se prend à la base du cou. La hauteur doit être choisie pour que le collier maintienne correctement la tête du patient sans extension (celui-ci ne doit pas pouvoir regarder ses pieds sans pencher le dos). Les colliers peuvent être lavés à l’eau tiède et séchés à plat.
    • Massages antalgiques : les zones douloureuses peuvent être massées 3 fois par jour à l’aide d’un baume décontracturant (Décontractyl baume, Kamol crème de massage).
    • Patchs chauffants : ils se positionnent à même la peau, par exemple sous un collier cervical, et libèrent de la chaleur pendant 8 heures grâce à une réaction catalytique (Urgo patch chauffant décontractant, Thermacare patch chauffant).

    QUELS CONSEILS DONNER

    Privilégier le port du collier cervical la nuit
    Les patients acceptent volontiers la contrainte du collier cervical car le soulagement est quasi immédiat. Lorsque la douleur diminue, ils ont tendance à ôter le collier cervical la nuit et à le conserver dans la journée. C’est l’inverse de ce qu’il faut faire : les mauvaises postures se reprennent effectivement au moment du relâchement musculaire le plus intense, pendant le sommeil.

    Attention aux manipulations intempestives du cou
    Les manipulations du cou (ostéopathes…) ne peuvent se faire que sous contrôle médical strict et après diagnostic étiologique.

  • theme (Thème) : Rhumatologie
  • date_maj (Date de mise à jour) : 2017-06-01
  • lien_fiche_conseil (Lien vers fiche conseil) : Torticolis
  • Calage (description) :

Après la relance de la DGS, allez-vous lancer la sérialisation dans votre officine dans les prochaines semaines ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK