• fiche (texte) :

    À SAVOIR

    Le tabagisme est directement ou indirectement responsable de plus de 60 000 décès par an en France, dont la moitié due à différents cancers, un quart aux pathologies cardiovasculaires et près d’un quart aux maladies respiratoires.

    Les composés toxiques du tabac
    Les effets nocifs du tabac sont essentiellement dus aux hydrocarbures et à leurs produits de dégradation comme les benzopyrènes.

    La nicotine : responsable de la dépendance
    La nicotine est peu impliquée dans la toxicité du tabac mais elle est responsable de la dé-pendance que le tabac entraîne. Après quelques mois d’intoxication tabagique, le fumeur de-vient dépendant à la nicotine. L’arrêt du tabac induit alors un syndrome de sevrage (irritabili-té, anxiété, insomnie…).

    Il n‘est jamais trop tard pour arrêter de fumer !
    Les risques liés au tabac sont pour beaucoup réversibles. Après sevrage, le goût et l’odorat s’améliorent en 48 heures, la fonction respiratoire en quelques mois, le risque d’accident vas-culaire cérébral en 1 ou 2 ans. Le risque de cancer bronchique diminue de 60 % après 5 ans de sevrage.

    QUEL TRAITEMENT PROPOSER

    Les limites du conseil
    Les patients souffrant de troubles cardiaques, d’hypertension artérielle ou de diabète doi-vent consulter un médecin ou un centre de tabacologie pour envisager une stratégie de sevrage adaptée. De même pour les très gros fumeurs et ceux ayant subi plusieurs échecs de sevrage. Un forfait de 150 euros est pris en charge par la Sécurité sociale, sur présentation d’une or-donnance de substitut nicotinique figurant sur la liste de ceux pris en charge par l’Assurance maladie. Cette ordonnance ne doit pas comporter d’autres produits prescrits. Il n’est pas pos-sible de faire l’avance du règlement.

    Le test de Fagerström
    Il permet d’évaluer, sur une échelle de 0 à 6 (0-1 : pas de dépendance ; 2-3 : dépendance modérée ; 4-5-6 : dépendance forte), la dépendance du fumeur à la nicotine à l’aide de 2 questions :
    - combien de cigarettes fumez-vous par jour ?
    - dans quel délai après le réveil fumez-vous votre première cigarette ?

    La substitution nicotinique
    Elle consiste à apporter de la nicotine sans effet de « shoot », en éliminant la toxicité des goudrons de la cigarette, et de façon progressivement dégressive. Il existe plusieurs formes de substituts nicotiniques. Le dosage doit être adapté. À titre indicatif, 1 cigarette correspond à 1 mg de nicotine et à 1 mg de substitut et une cigarette à rouler équivaut à 2 à 3 cigarettes industrielles. L’apparition de signes de manque doit faire réajuster le dosage du substitut nicotinique.

    • Patchs nicotiniques : ils doivent être posés le matin au réveil sur une peau glabre, saine et sèche. Certains patchs se gardent 24 h/24 (Nicopatch, Niquitin…), d’autres se retirent le soir au coucher (Nicoretteskin). Ils délivrent un apport de nicotine régulier.
    • Gommes à mâcher (Nicotinell, Nicorette…) : elles doivent être mâchées une première fois puis gardées contre la joue pendant quelques minutes. Reprendre alors la mastication très lentement. Alterner ainsi pendant environ 30 minutes.
    • Comprimés : les comprimés sublinguaux (Nicorette microtab…) se placent sous la langue ou entre la gencive et la joue ; les comprimés à sucer (Niquitin, Niquitinminis, Nicopass, Nicotinell) doivent être régulièrement déplacés d’un côté à l’autre de la bouche.
    • Inhaleur : il s’utilise en aspiration buccale, comme une cigarette (Nicorette). Cette forme est bien adaptée à l’abstinence temporaire.

    Chez la femme enceinte, privilégier les formes orales dont la durée d’action est plus courte que les patchs et retirer le patch la nuit le cas échéant. L’allaitement ne contre-indique pas l’utilisation des formes orales qui seront administrées juste après la tétée et au moins 2 heures avant.

    QUELS CONSEILS DONNER

    Le vapotage
    La cigarette électronique n’est pas considérée comme une méthode d’arrêt du tabac par la HAS, mais cette dernière recommande de ne pas la déconseiller en utilisation temporaire à un fumeur souhaitant arrêter.

    Apprendre à gérer les envies de fumer
    Il est parfois difficile de se désaccoutumer du geste. Boire un verre d’eau, respirer profondément, programmer une activité différente aux moments des plus fortes envies de fumer aide à effacer le rituel de la cigarette.

    Prise de poids : presque inévitable
    La prise de poids est dans un premier temps un rattrapage du sous-poids induit par la nicotine (3 kg). Encourager la pratique d’un sport, réduire la consommation d’alcool, de sucre, de graisses saturées…

    En cas d‘échec du sevrage
    Il faut souvent plusieurs tentatives de sevrage pour finaliser l’arrêt du tabac, chaque dé-marche rapprochant du but. Conseiller une consultation de tabacologie et/ou une thérapie cognitivo-comportementale, tout comme en cas de sevrage indispensable à la santé.

    Dans tous les cas : le conseil minimal
    Le « conseil minimal » consiste à demander systématiquement à tout client s’il est fumeur et s’il a envisagé la possibilité de s’arrêter de fumer. Cette interpellation est efficace dans 2 à 5 % des cas.

  • theme (Thème) : ORL (oto-rhino-laryngologie)
  • date_maj (Date de mise à jour) : 2017-06-01
  • lien_fiche_conseil (Lien vers fiche conseil) : Sevrage-tabagique
  • Calage (description) :

Après la relance de la DGS, allez-vous lancer la sérialisation dans votre officine dans les prochaines semaines ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK