• fiche (texte) :

    À SAVOIR

    Le rhume, ou rhinopharyngite, est une inflammation de la muqueuse nasale et du pharynx très fréquente et inévitable chez l’enfant jusqu’à 6-7 ans. En moyenne, l’enfant souffre de rhume 7 ou 8 fois par an jusqu’à 5 ans.

    Nez qui coule, nez bouché
    La rhinite associe une obstruction nasale et une rhinorrhée. L’écoulement est clair dans un premier temps puis devient muqueux ou purulent, ce qui ne signifie nullement qu’un traitement antibiotique soit nécessaire. Le pharynx est souvent enflammé, parfois tapissé de sécrétions issues des fosses nasales et descendant dans la gorge. Asthénie, fièvre modérée et toux sont parfois présentes.

    Une étiologie virale dans la plupart des cas...
    Les rhinopharyngites sont d’origine virale la plupart du temps, mais il existe plus de 100 sérotypes de rhinovirus, chaque épisode ne procurant d’immunité que vis-à-vis de l’un d’eux… Une surinfection bactérienne est fréquente chez l’enfant.

    ... mais des facteurs favorisants parfois évitables

    • Facteurs externes :
      - le tabagisme passif : c’est le facteur le plus fréquent et le plus néfaste  ;
      - le chauffage excessif : la température optimale est de 18 °C, avec humidification de la chambre à coucher si nécessaire (chauffage au sol, chauffage électrique…)  ;
      - la sensibilisation aux acariens et aux poussières de maison : éviter les peluches, moquettes, tentures murales, tiroirs de rangement sous les lits… ;
      - la collectivité : crèche, première année d’école maternelle.
    • Facteurs internes relevant d‘un avis médical :
      - végétations adénoïdes hypertrophiées  ;
      - carence en fer  ;
      - reflux gastro-œsophagien, terrain atopique, qui favorisent les rhinopharyngites récidivantes.

    QUEL TRAITEMENT PROPOSER

    Les limites du conseil
    La consultation médicale s’impose chez le nourrisson de moins de 3 mois. Elle est aussi indispensable en cas de fièvre supérieure à 38,5 °C, de rhinopharyngite chez un sujet fragile (asthme, immunodépression…) et en l’absence d’amélioration sous 48 heures avec un traite-ment local (désobstruction rhinopharyngée).

    Traitement local : essentiel !
    C’est l’essentiel du traitement chez le nourrisson et l’enfant. La désobstruction rhinopharyngée se fait à l’aide de sérum physiologique en dosettes ou de soluté d’eau de mer isotonique stérile (Physiomer nourrissons, Stérimar bébé…) : le nourrisson doit être allongé, tête tournée sur le côté (pour éviter qu’il absorbe les mucosités nettoyées), l’enfant plus grand doit être placé debout au-dessus d’un lavabo.
    Le « mouche-bébé » est indispensable tant que l’enfant ne se mouche pas de manière efficace pour diminuer l’encombrement nasal. Le mouchage s’effectue après pulvérisation d’un jet de sérum physiologique ou d’eau de mer stérilisée. Les modèles à aspiration buccale réalisée par un adulte (Physiodose, Prorhinel, Physiomer, Belvital…) sont très efficaces. L’utilisation de solutés hypertoniques (Sinomarin nourrisson et enfant, Marimer Nez bouché Rhume…) a l’avantage de favoriser la décongestion nasale mais peut provoquer quelques pi-cotements. Ne pas utiliser quotidiennement. Une solution d’eau de mer renfermant un antiseptique et un fluidifiant (Prorhinel…) peut également être conseillée.

    Traitement par voie générale : en complément
    Fièvre et toux doivent être traitées de façon adaptée à l’âge de l’enfant.
    À partir de 6 ans, un antihistaminique (Fervex Enfant) peut être préconisé pour réduire la rhinorrhée, les éternuements et le larmoiement.
    Les vasoconstricteurs sont contre-indiqués avant 15 ans.

    Le traitement homéopathique
    Voir fiches « Rhume de l‘adulte » et « Fièvre chez l‘enfant ».

    QUELS CONSEILS DONNER

    Humidifier l‘atmosphère
    Il est primordial d’humidifier l’atmosphère, en particulier la chambre à coucher de l’enfant, à l’aide d’une bassine d’eau bouillante, de linge à sécher (éventuellement sur le radiateur) ou d’humidificateur électrique (Ardes…) sous réserve de le nettoyer fréquemment. Le chauffage ne doit pas excéder 18 °C.

    Rappeler le rôle du tabagisme passif
    Des rhinopharyngites récidivantes chez le nourrisson ou l’enfant peuvent être une motiva-tion au sevrage tabagique des parents.

    En cas d‘infections chroniques et/ou récidivantes
    Proposer l’utilisation régulière de solutions d’eau de mer enrichies en soufre (Actisoufre, Stérimar soufre…).

  • theme (Thème) : Pédiatrie
  • date_maj (Date de mise à jour) : 2017-06-01
  • lien_fiche_conseil (Lien vers fiche conseil) : Rhume-enfant
  • Calage (description) :

Après la relance de la DGS, allez-vous lancer la sérialisation dans votre officine dans les prochaines semaines ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK