• fiche (texte) :

    À SAVOIR

    Le reflux gastro-œsophagien correspond à la remontée du contenu de l’estomac dans l’œsophage. C’est un phénomène banal qui peut survenir après les repas mais qui devient pathologique lorsque la remontée acide entraîne des symptômes ou des complications.

    Les symptômes ne sont pas toujours typiques
    Les manifestations sont parfois franches : pyrosis (sensation de remontée acide et de brûlure rétrosternale remontant jusque dans la gorge), régurgitations acides dans la bouche, survenant après les repas et, notamment, en cas d’hyperpression au niveau abdominal (ceinture serrée, position couchée ou penchée en avant, par exemple quand le patient noue ses lacets…). D’autres signes sont plus trompeurs : maux d’estomac, éructations, toux chronique, épisodes asthmatiformes, bronchopneumopathie récidivante, dysphagie, troubles du sommeil, douleurs thoraciques…

    Les complications du reflux
    Lorsque le reflux est fréquent, prolongé et que l’œsophage n’est plus capable de neutraliser l’acidité gastrique, des symptômes d’œsophagite (inflammation de l’œsophage) peuvent survenir. L’œsophagite peut évoluer vers une sténose, avec un risque faible de cancérisation, et, rarement, vers un endobrachyœsophage, avec un risque d’adénocarcinome.

    QUEL TRAITEMENT PROPOSER ?

    Les limites du conseil
    Tout reflux chronique (a fortiori chez un sujet de plus de 60 ans) soulagé par les antiacides mais récidivant à l’arrêt du traitement, en cas de facteurs de risque (tabac, alcool…), de non-soulagement par un traitement ou de chronicité, de signes associés (dysphagie, sang dans les régurgitations, amaigrissement récent) demande une exploration fonctionnelle par endoscopie et éventuellement pH-métrie. Le conseil officinal ne s’adresse qu’aux patients souffrant de reflux épisodiques (moins de 1 fois par semaine) ou dont le diagnostic a été posé. Les conseils hygiéno-diététiques doivent être rappelés dans tous les cas.

    Traitements à action immédiate mais brève

    • Les antiacides : ce sont des protecteurs de la muqueuse œsogastroduodénale. Ils agissent comme des « plâtres » de la muqueuse gastro-intestinale. Leur durée d’action est relativement courte mais ils permettent de soulager les symptômes d’acidité ou de brûlure d’estomac à la demande. À base de sels d’aluminium et de magnésium (Maalox maux d’estomac…), d’hydrotalcite (RennieLiquo) ou de sels de calcium et de magnésium (Rennie), ils doivent être pris au moment des douleurs ou après les repas, mais toujours à distance (2 heures) des autres médicaments. Les sels d’aluminium peuvent entraîner une constipation alors que ceux de ma-gnésium peuvent, à forte dose, être responsables de diarrhée.
    • Les alginates : ils forment un gel visqueux à la surface du contenu acide de l’estomac et protègent efficacement la muqueuse œsophagienne en cas de reflux (Gavisconell, Benegast Reduflux…). Ils doivent être pris après les repas et à distance de tout autre médicament.

    Traitements à action retardée mais intense et prolongée
    Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) (Pantoloc Control, Ipraalox, Inipepsia, Pantoprazole Arrow Conseil, à base de pantoprazole, Mopralpro, à base d’oméprazole, et Nexium Control, à base d’ésoméprazole) ont un effet antisécrétoire puissant mais non immédiat (au moins 24 heures). Cet effet se maintient lors d’un traitement prolongé. La prise d’un IPP (à la dose de 20 mg/j pendant 15 jours) est recommandée si les sensations de brûlure ou les régurgitations acides se manifestent plus de 1 fois par semaine. Ne pas dépasser 2 à 4 semaines de traitement. Les IPP peuvent être utilisés pendant la grossesse. Attention aux interactions (nelfinavir, atazanavir, clopidogrel, digoxine…) !

    QUELS CONSEILS DONNER ?

    Surélever la tête du lit
    La tête de lit doit être surélevée de 20 cm. Cela permet d’éviter le reflux par effet de pesanteur. Il est également impératif de ne pas se coucher juste après le repas (attention à la sieste après le déjeuner !).

    Éviter l‘hyperpression abdominale
    Les vêtements doivent être amples, en évitant les ceintures. Les gestes ou positions qui accentuent la pression abdominale doivent être évités : position « plié en deux » pour ramasser un objet ou nouer ses lacets…

    Modifier son alimentation
    Les repas doivent être fractionnés pour éviter une trop grande réplétion. On peut essayer de supprimer les boissons gazeuses, le tabac, le café, le chocolat, mais ces mesures diététiques n’ont pas prouvé leur efficacité dans le reflux gastro-œsophagien. Lutter contre un excès pon-déral si nécessaire.

  • theme (Thème) : Gastro-Entérologie
  • date_maj (Date de mise à jour) : 2017-06-01
  • lien_fiche_conseil (Lien vers fiche conseil) : Reflux-gastro-oesophagien
  • Calage (description) :

Après la relance de la DGS, allez-vous lancer la sérialisation dans votre officine dans les prochaines semaines ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK