• fiche (texte) :

    À SAVOIR

    Environ 4 800 cas de paludisme d’importation ont été recensés en 2015 en France (provenant d’Afrique à 95 %), dont une dizaine de décès. La prévention associe la chimioprophy-laxie et la protection contre les piqûres de moustiques.

    QUELLE PROPHYLAXIE PROPOSER ?

    Les limites du conseil
    Les antipaludéens sont délivrés sur prescription. Une consultation auprès d’un médecin généraliste ou d’un centre de conseils aux voyageurs est indispensable.

    Chimioprophylaxie chez l‘adulte
    La prévention dépend de plusieurs paramètres : pays de destination, région visitée, conditions de séjour et saison. Les chimioprophylaxies possibles sont :

    • l‘association atovaquone/proguanil (Malarone, 1 cp par jour à prendre au cours d‘un repas, chez l‘enfant ou l‘adulte de plus de 40 kg) à commencer la veille ou le jour du départ et à poursuivre 7 jours après le retour ;
    • l’association chloroquine/proguanil : Nivaquine 100, 1 cp par jour + Paludrine 100, 2 cp par jour en 1 prise au cours d’un repas, ou Savarine, 1 cp par jour à la fin d’un repas chez l’adulte de plus de 50 kg ; à commencer la veille du départ et à poursuivre 4 semaines après le retour ;
    • la doxycycline : Doxypalu, Granudoxy Gé, Doxy Gé, 100 mg/jour au repas du soir à partir de 8 ans si poids supérieur à 40 kg, 50 mg/jour si poids inférieur à 40 kg ; à commencer le jour du départ et à poursuivre 4 semaines après le retour (contre-indiquée en cas de grossesse, photo-sensibilisante) ;
    • la méfloquine : Lariam, 1 cp par semaine chez l’adulte et l’enfant de plus de 45 kg ; à commencer 10 jours avant le départ et à poursuivre 3 semaines après le retour (arrêter le traitement en cas d’apparition de troubles neuropsychiatriques) ;
    • la chloroquine : Nivaquine 100, 1 cp par jour chez l’adulte de plus de 50 kg ; à commencer la veille ou le jour du départ, à poursuivre 4 semaines après le retour.

    Chimioprophylaxie chez l‘enfant

    • Nivaquine existe en sirop (25 mg/5 mL). Chez l’enfant, la dose prophylactique est de 1,5 mg/kg/jour. En dessous de 10 kg : 1 cuillère-mesure (25 mg) 1 jour sur 2.
    • Savarine ne peut être utilisée qu’à partir de 50 kg.
    • Paludrine peut être administrée entre 1 et 12 ans à la posologie de 3 mg/kg/jour, en arrondissant au demi-comprimé supérieur.
    • Malarone est disponible en comprimés pédiatriques dosés à 62,5 mg/25 mg (Malarone enfant), à écraser avant 6 ans : enfant de 11 à 20 kg (hors AMM en dessous de 11 kg), 1 cp par jour ; enfant de 21 à 30 kg, 2 cp par jour en une prise ; enfant de 31 à 40 kg, 3 cp par jour en 1 prise.
    • Les comprimés de Lariam sont quadrisécables : posologie de 5 mg/kg. Non recommandé en France en dessous de 15 kg mais l’OMS et les recommandations américaines de 2014 permettent une administration de 5 mg/kg/semaine entre 5 et 9 kg et de 1/4 de cp/semaine entre 9 et 19 kg.
    • La doxycycline est contre-indiquée pour les enfants de moins de 8 ans.
    • Les antipaludiques doivent rester hors de portée des enfants (toxicité cardiaque).

    Protection physique
    Elle est indispensable car aucun médicament ne protège à 100 %. Les autres méthodes que celles citées ci-dessous (bracelets, huiles essentielles, vitamine B1, homéopathie…) sont déconseillées par le Haut Conseil de la santé publique (HSCP).

    • Répulsifs antimoustiques tropicaux.
      Des substances actives validées par le HSCP à des concentrations suffisantes doivent impérativement être utilisées :
      - chez l’adulte et l’enfant de plus de 24 mois (avec une concentration maximale de 30 % pour le DEET avant 12 ans) : DEET à 30-50 % (Insect écran zones infestées, Biovectrol Tropiques…), IR 3535 à 20-35 % (Cinq sur Cinq tropic lotion, Moustifluid lotion zones tropicales, Apaisyl répulsif moustiques lotion…), icaridine à 20-30 % (Insect écran spécial tropiques, Moustikologne lotion zones tropicales et infestées…) ou citrodiol 20-30 % (Mosiguard…) ;
      - en dessous de 24 mois, vérifier les concentrations maximales d’après le dernier bulletin épidémiologique. Ne pas utiliser d’icaridine ;
      - chez la femme enceinte : DEET à 30 %, icaridine, IR 3535 et citrodiol à 20 % peuvent être utilisés.
    • Insectifuges pour vêtements : les vêtements doivent être couvrants dès le début de la soirée, serrés aux poignets et aux chevilles. Ils peuvent être imprégnés de pyréthrinoïdes rémanents (Cinq sur Cinq spray vêtements, Insect écran vêtements, Biovectrol spray tissu…).
    • Moustiquaires imprégnées : pendant le sommeil, utiliser une moustiquaire imprégnée de pyréthrinoïdes (Pharmavoyages…).

    QUELS CONSEILS DONNER ?

    Pour se renseigner sur les risques

    • pasteur.fr, rubrique « l‘info-voyage » puis « recommandations par pays ».
    • diplomatie.gouv.fr, rubrique « Conseils aux voyageurs ».
    • L‘INVS publie chaque année des recommandations pour les voyageurs dans un numéro du BEH : invs.sante.fr

    Pour connaître le centre de vaccination agréé le plus proche
    La liste des centres agréés est disponible sur sante.gouv.fr.

  • theme (Thème) : Vacances / Voyages
  • date_maj (Date de mise à jour) : 2017-06-01
  • lien_fiche_conseil (Lien vers fiche conseil) : Paludisme
  • Calage (description) :

Après la relance de la DGS, allez-vous lancer la sérialisation dans votre officine dans les prochaines semaines ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK