• fiche (texte) :

    À SAVOIR

    Les lombalgies peuvent être aiguës (c’est le « tour de rein » ou lumbago), récidivantes ou chroniques.

    Le lumbago : une douleur brutale et intense
    Le lumbago se traduit par une douleur brutale et vive dans la région lombaire. Il apparaît le plus souvent chez l’adulte jeune. La douleur est très intense, localisée dans le bas du dos, sou-vent accentuée par la flexion en avant ou la rotation du buste et elle interdit tout mouvement.

    Facteurs déclenchants
    Le lumbago est le plus souvent déclenché par un effort ou un mouvement brutal : soulèvement d’une charge lourde, mouvement brutal asymétrique… Il peut également faire suite à l’exposition à des vibrations (moteur, véhicule…) ou à une contrainte posturale prolongée (position assise en voiture…).

    QUEL TRAITEMENT PROPOSER ?

    Les limites du conseil

    La consultation est impérative en cas de signes associés (fièvre, amaigrissement, difficultés à uriner, nausées, vomissements…), de douleur de type inflammatoire, réveillant la nuit, ou en cas d’antécédents cancéreux. Elle devient également nécessaire en l’absence d’amélioration en 48 heures à l’aide d’un traitement symptomatique simple.

    Les traitements oraux : indispensables

    • Aspirine et anti-inflammatoires : en l’absence de contre-indications (allergie, asthme, grossesse, ulcère de l’estomac, traitement anticoagulant ou anti-inflammatoire…), l’aspirine peut être conseillée (Aspégic 1000…) pour son effet anti-inflammatoire et antalgique rapide. L’ibuprofène (Spedifen, Upfen…) a également une action antalgique et anti-inflammatoire à la dose de 400 mg 3 fois par jour.
    • Autres antalgiques et myorelaxants :
      - le paracétamol (DolipraneOrodoz, EfferalganOdis…) peut être conseillé chez la femme enceinte. En dehors de la grossesse, il peut être associé à la codéine pour augmenter l’effet antalgique (Prontalgine, Migralgine…). La codéine est contre-indiquée en cas d’insuffisance respiratoire et peut occasionner somnolence et constipation. Éviter l’alcool ;
      - la méphénésine (Décontractyl) est un myorelaxant qui peut être associé à un antalgique. Ne pas associer à l’alcool qui accentue le risque de somnolence, ne pas utiliser chez la femme enceinte.

    Le traitement local : en association

    • Les massages locaux : ils permettent de compléter l’action des formes orales. À proposer : gels ou pommades anti-inflammatoires (Cliptol gel, Voltarenactigo…) ou topiques à action antalgique, à appliquer en massage (Kamol crème de massage, Baume Saint Bernard, Baume Aroma…). Ils possèdent une action décontracturante et chauffante qui accroît l’élasticité des fibres de collagène et atténue la douleur.
    • La thermothérapie : l’apport de chaleur soulage les contractures musculaires. Les coussins thermiques réutilisables (Physiopack, Nexcare ColdHot…) et les patchs chauffants (Urgo Patch chauffant décontracturant, Thermacare Patch chauffant antidouleur, Syntholkiné Patch spécial dos…) sont faciles d’utilisation.
    • La ceinture de contention : elle permet à la fois le maintien du rachis lombaire en cas de mal de dos et la limitation des postures néfastes (Lombax, Lombogib…). Elle doit être choisie de façon à ne pas gêner le patient en position assise et doit être portée en particulier lors des efforts soutenus et d’activités pénibles (trajets en voiture, longues marches…) en cas de lombalgies chroniques. Son bénéfice est incertain dans les lombalgies aiguës.

    QUELS CONSEILS DONNER ?

    Bien choisir son lit
    Éviter les matelas trop mous ou au contraire trop durs. Préférer dormir sur le dos ou sur le côté en chien de fusil et éviter de dormir sur le ventre. Attention ! Le repos strict au lit n’est pas recommandé en cas de lumbago.

    Ménager son dos
    Éviter de se courber pour soulever des charges lourdes. Plier les genoux ou mettre un genou par terre en gardant le dos droit, saisir l’objet et le caler le plus près possible du corps, prendre appui avec la main si nécessaire pour se relever en maintenant le dos droit.

    Améliorer l‘hygiène de vie
    Une pratique sportive régulière et modérée (marche à pied, vélo, natation…) est bénéfique dans les lombalgies récidivantes. Lutter contre toute surcharge pondérale, vérifier les apports de calcium (de 1 000 à 1 500 mg/j).

    Pour en savoir plus :
    - Brochure Prendre soin de son dos éditée par l‘INPES (01 49 33 22 22), téléchargeable sur le site inpes.sante.fr, avec des conseils pratiques et des exercices illustrés.

  • theme (Thème) : Rhumatologie
  • date_maj (Date de mise à jour) : 2017-06-01
  • lien_fiche_conseil (Lien vers fiche conseil) : Lombalgies
  • Calage (description) :

Allez-vous profiter de la possibilité offerte aux pharmaciens d’un dépistage gratuit du Covid-19 ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK