• fiche (texte) :

    À SAVOIR

    L’érythème fessier (ou « fesses rouges ») se traduit par une rougeur du siège chez un nourrisson de moins de 2 ans, parfois accompagnée de papules plus ou moins érosives, rendant la toilette et les changes douloureux.
    Fréquent tant que l’enfant porte des couches nuit et jour, il est dû le plus souvent à un phénomène d’irritation mais, parfois, à une candidose.

    La dermite d‘irritation
    Elle est favorisée par l’occlusion et la macération, l’effet abrasif dû aux couches de cellulose, l’agression de l’épiderme par les enzymes fécales et les urines.
    Elle est accentuée par certains topiques irritants : lotions ou laits de toilette parfumés (en particulier les lingettes sans rinçage), savons…
    Les lésions sont rouge vif, érodées sur les zones en contact avec la couche (fesses, cuisses, scrotum, grandes lèvres). Au contraire, le fond des plis et la région anale sont préservés. Les lésions peuvent être secondairement colonisées par des bactéries pathogènes (d’origine fécale en cas de diarrhée, ou urinaire en cas d’infection urinaire) ou par un Candida.

    Les candidoses du siège
    Les facteurs favorisants sont les traitements antibiotiques per os et la diarrhée. La candidose du siège peut survenir d’emblée ou surinfecter une dermite d’irritation évoluant depuis plus de 72 heures. Elle est parfois associée à un muguet chez le nourrisson (localisation buccale d’un Candida). Les lésions débutent au niveau des plis (pli crural et pli interfessier). Elles sont rouge vif, recouvertes de petites papules et pustules en périphérie, souvent érodées par le contact avec la couche.

    D‘autres étiologies existent
    Elles sont moins fréquentes. Il peut s‘agir :

    • d’un eczéma de contact vis-à-vis d’un topique utilisé : lotion, lait de toilette, savon, antiseptique… Les lésions s’améliorent lors de l’éviction de l’allergène et reprennent en cas de nouveau contact ;
    • d’une dermatite atopique : le prurit est très vif, la topologie des lésions associées est évocatrice (front, joues…), la surinfection bactérienne est fréquente avec suintement et croûtes ;
    • d’une dermite séborrhéique infantile : les lésions sont en général bipolaires, avec atteinte du siège et du cuir chevelu.

    QUEL TRAITEMENT PROPOSER ?

    Les limites du conseil
    Une dermite du siège d’apparition récente (moins de 48 heures) relève de règles d’hygiène simples. Toute dermite ne s’améliorant pas en 48 heures malgré un traitement bien conduit nécessite une consultation médicale.

    En prévention
    Les changes doivent être fréquents (toutes les 1 à 2 heures chez le nouveau-né et au minimum 5 ou 6 fois par jour chez le nourrisson). La toilette du siège est réalisée à l’eau tiède s’il s’agit d’urines seules, éventuellement à l’aide d’un syndet (Pain surgras A-Derma), d’un lait de toilette non parfumé ou de liniment oléocalcaire, notamment en présence de selles. Le cas échéant, bien rincer, sécher en tamponnant sans frotter. Éviter les lingettes sans rinçage sauf de façon ponctuelle (voyage…) et les savons irritants. Si la peau est saine, il n’est pas nécessaire d’appliquer une crème après le change.

    En cas d‘érosions
    Après chaque change, appliquer une pâte à l’eau à l’oxyde de zinc non occlusive (Eryplast pâte à l’eau Lutsine…) ou une crème réparatrice (Erytéal spray réparateur Klorane, Bepanthen pommade, Uriage Bariéderm Cica…). En cas de lésions suintantes, appliquer au préalable une lotion asséchante incolore (Cytelium, Cicalfate…). Une candidose du siège, diagnostiquée par le médecin, est généralement traitée par l’application 2 fois par jour d’un antifongique imidazolé pendant 1 à 2 semaines.

    QUELS CONSEILS DONNER ?

    Adopter les couches en coton hydrophile
    Pendant toute la durée de l’érythème fessier, éviter le contact avec la cellulose des couches classiques. Utiliser des couches en coton hydrophile (Cotocouche), de forme rectangulaire, que l’on peut glisser dans une couche-culotte classique. Bannir les lingettes.

    Les couches lavables peuvent entraîner des érythèmes
    Différents facteurs augmentent le risque d‘érythème fessier en cas d‘utilisation de couches lavables :

    • la température de lavage des couches qui devrait être de 90 °C mais qui, en réalité, est souvent limitée à 30 ou 40 °C par souci écologique ;
    • le temps de stockage de la couche salie qui permet le développement des bactéries ;
    • l’ajout de produits à l’eau de lavage (huiles essentielles, soude…), irritants et allergisants.

    De plus, les couches lavables sont moins absorbantes que les couches jetables et favorisent la macération et donc les surinfections candidosiques et bactériennes. Dans tous les cas, elles doivent être changées plus fréquemment que les couches jetables.

  • theme (Thème) : Pédiatrie
  • date_maj (Date de mise à jour) : 2017-06-01
  • lien_fiche_conseil (Lien vers fiche conseil) : Erytheme-fessier
  • Calage (description) :

Allez-vous profiter de la possibilité offerte aux pharmaciens d’un dépistage gratuit du Covid-19 ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK