27/03/2020 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Marianne Maugez

L’équipe officinale au secours des femmes et familles victimes de violence ? C’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner lors de l’émission « Vous avez la parole » ce jeudi 26 mars sur France 2. En cause, l’augmentation des interventions des forces de l’ordre suite à des signalements pour violences conjugales depuis le confinement pour cause de Covid-19. Une hausse de « 32 % en zone de gendarmerie et 36 % à Paris depuis la mise en place du confinement » a précisé le ministre. Même si les dispositifs d’écoute téléphonique sont maintenus (le numéro vert 3919 ouvert du lundi au samedi de ...



Cette page est réservée aux membres du site Le Moniteur des pharmacies.fr

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?
Inscrivez-vous, c’est gratuit !


Se créer un compte

Les dernières réactions

  • 27/03/2020 à 16:46
    Dios Mine
    alerter
    Corvéable à merci ! Le gyrophare bleu va t-il supplanter la croix verte ?
  • 27/03/2020 à 17:19
    roller33
    alerter
    Il serait alors cohérent de dispenser les pharmaciens d'attestation de déplacement dérogatoire puisque nous sommes en fait des auxiliaires de police....

    Si jamais nous pensions nous ennuyer, on nous a trouvé une nouvelle occupation :
    un système d'alerte pour les femmes victimes de violences de la part de leur conjoint sera mis en place dans les pharmacies, en cette période de confinement, a annoncé jeudi soir Christophe Castaner sur France 2.
    Pour permettre aux femmes victimes d'appeler à l'aide, Christophe Castaner a expliqué qu'avec l'ordre national des pharmaciens il avait été décidé de mettre en place un dispositif au sein des pharmacies pour alerter les forces de l'ordre.

    "Dans la pharmacie, au moment où la femme qui peut être battue, se rend sans son mari", il faut qu'elle "puisse donner l'alerte", a-t-il expliqué ( on songe à un nom de code de type "covid-19" ?!? )

    Des consignes seront données pour que les forces de l'ordre puissent "intervenir en urgence", a-t-il dit, en assurant que la lutte contre les violences conjugales était "une priorité".
  • 27/03/2020 à 17:32
    roller33
    alerter
    et il me vient une autre idée au cas où l'on retiendrait la piste du code secret :

    étendre le dispositif aux BUREAUX DE TABAC et aux CAVISTES qui eux aussi ont été jugés d'utilité publique...
  • 27/03/2020 à 19:50
    Nicolas 34
    alerter
    Ceux qui ont des connaissances en plomberie sont priés de se faire connaître à l'ARS Montpellier, il semblerait que le trône du préfet soit bouché !
  • 27/03/2020 à 20:09
    fed80
    alerter
    en bref, ...
    l'Ordre (que nous faisons vivre...) nous demande de faire le travail de la police (apparemment défaillante & pourtant rémunérée pour cela).... Police plus occupée à nous emm... avec ces conn. d'attestations ... ou autres contrôles de vitesse (hors crise sanitaire) ???...
    c'est ça ??....
    (et pourtant, il est bien évident qu'il faut protéger ces femmes mais là n'est pas la question)
    Mmes & Mrs nos "représentants"(?) si vous avez des soucis personnels existentiels, des "choses" à vous reprocher ou à vous faire pardonner, des pb psy de reconnaissance du monde extérieur ...? ... SVP GÉREZ LES DANS VOTRE COINS ET FOUTEZ-NOUS LA PAIX !!!.. Merci !

  • 27/03/2020 à 20:11
    Sophie 69
    alerter
    Mais que fait la police ? SI une personne vient chercher ses médicaments, il lui suffit de téléphoner à la police avec son portable ! Bien que la cause soit noble, il me semble que nous avons d'autres choses à faire en ce moment !
  • 27/03/2020 à 20:11

    alerter
    Je propose comme équipement
    Un gyrophare bleu un gilet pare-balles
    Une carte tricolore police
    Et une arme de service pour mener cette mission

  • 27/03/2020 à 20:40

    alerter
    Une procédure a t’elle était prévue par le conseil de l’ordre si le mari fait irruption dans la pharmacie et veut tout casser,les équipes sont déjà épuisées
    Par la crise
    Faut il rajouter un stress supplémentaire
    Chacun son métier,

  • 27/03/2020 à 20:50
    Dominique
    alerter
    Et si l'inverse se produit...en période de confinement, tout peut arriver . Cet article est sexiste ! On aurait dû mettre violence faites au conjoint !
  • 27/03/2020 à 21:24
    Chloroquine
    alerter
    excusez-moi mais entre les clients dans l’officine, les livraisons qui ne cessent de croître, les commandes à passer, le gel à hydroalcoolique à trouver où à faire, les appels téléphoniques doublés, l’équipe à sécuriser, la distribution des 18 masques dans des petits sachets, les tableaux excell à envoyer en triple exemplaire, les libéraux à appeler, les clients à rassurer, les commandes à réceptionner, les litiges à gérer, les alertes à viser et classer, les mails à lire, les fausses ordos à reconnaître, les médecins à appeler pour les multiples ruptures, les mains à laver 40 fois... on va devoir prendre en charge des femmes en détresse que la société n’arrive pas à gérer ? Désolée mais là c’est trop pour nous ! Nous n’avons pas le temps, le lieu ni la compétence de faire ces démarches Chronophages et vouées à l’echec ! On ne parle pas du risque pris des maris violents qui vont débarquer à la pharmacie du coin ( déjà braquée plusieurs fois) chercher leur femme ...
    et le conseil de l’ordre a validé ces aberrations !!! On marche sur les cheveux !
    Ou alors donnez nous les subventions touchées par toutes ces associations dont les succès sont rares ...
    et la police fait de son mieux mais tellement en sous effectif ... réformez la justice et ça ira peut-être mieux ...

  • 28/03/2020 à 08:01

    alerter
    J’ai honte en lisant vos commentaires.
    J’imagine que chez vous, si votre voisine débarque affolée en demandant de la protéger avec ses enfants , vous pourriez répondre : j’ai pas fini ma vaisselle, et j’ai des mails à lire, on verra plus tard , ciao !
    Tous les jours nous n’avons pas le temps de faire tout ce que nous souhaitons faire, c’est vrai. Retrouvez votre humanité : aider une femme et sa famille à être prise en charge ne vous met pas en déficit budgétaire car elles seront peu nombreuses à oser venir vous importuner.
    Vous délivrez des ordonnances pour soigner. En appelant les secours vos pouvez sauver des vies, hommes ou femmes, c’est notre but quotidien, non ?

  • 28/03/2020 à 08:11
    Charlene
    alerter
    Et après on s'étonne que les pharmaciens aient une mauvaise image publique...
  • 28/03/2020 à 09:14
    Eleglin
    alerter
    J espère que mes confrères et consoeurs ont conscience que parmi les femmes battues, certaines risquent un jour de décéder suite aux coups et blessures. Rappelez vous Marie Trintignant. Alors je comprends qu on est sous pression actuellement, mais il faut faire la part des choses et se rappeler que l assistance à personnes en danger, c est un devoir citoyen, et pas une tâche réservée aux hommes en bleu. J ose espérer que vous ne ferez jamais l objet de violences et que vous ne tomberez jamais sur quelqu un qui vous tournera le dos
  • 28/03/2020 à 09:44
    roller33
    alerter
    Bien sûr nous sommes tous pour une prise en charge des personnes subissant des violences familiales mais il est précisé que la ligne dédiée 3919 reste en service, les commissariats sont ouverts et les forces de l'ordre sont désormais présentes sur la voie publique donc à moins d'avoir affaire à une personne séquestrée ( et là nous ne pourrons toujours rien pour elle ) il me semble que nous impliquer dans ce dispositif peut également mettre en danger l'équipe officinale puisque il y aura de la publicité à grande échelle.

    Mme Wolf, lors d'une interview sur BFM, a fait état d'une recrudescence des violences et agressions ( notamment à l'arme blanche ) en raison de la gestion calamiteuse des masques, GHA et peut-être hydroxychloroquine à venir.

    Il me semble que l'ordre ne peut impliquer toute la profession sans une concertation des pharmaciens de terrain par le biais d'une sorte de référendum, car dans les villages on sait bien que l'anonymat ne tient q'une demi-journée....
  • 28/03/2020 à 10:50
    BREZHONEG
    alerter
    Ben oui,apres avoir massacré notre Reseau de toutes les façons possibles,(et ça continuera apres, nos ennemis font profil bas mais patience...) on vient lui demander d'intervenir dans des problemes conjugaux pour supplèer les insuffisances de l'Etat et des associations--.(le numero d'alerte a été brievement indisponible pour reculer l'heure limite d'appel de 22h à 19h ,.pile dans le creneau horaire où ça commence,apres l'alcoolisation du Monsieur ! ) .
  • 28/03/2020 à 11:12
    tnttnt
    alerter
    @Eleglin : tout à fait d'accord
  • 28/03/2020 à 11:34
    3919
    alerter
    On s’occupe au quotidien et même avec plus de soins et d’empathie que certains des personnes en détresse, nous n’avons pas besoin qu’on nous l’ordonne... et si votre exercice officinal se résume à faire la vaisselle changez de métier il ne vous correspond certainement pas!
    Mais faire le boulot des autres qui démissionnent non merci! Et gracieusement ! Rien dans cette mesure n'amènera de solutions (pour l’avoir vécue de près)

  • 28/03/2020 à 13:48
    Dirzi
    alerter
    Je me demandais quand quelqu'un allait amener la grande et fameuse question de la rémunération.
    On est vraiment une profession de crevards...
    On parle juste d'aider des femmes en détresse pendant 3-4 semaines tant qu'il y a le confinement. Certains d'entre vous pourraient relire leur serment, ça ne leur ferait pas de mal.
  • 28/03/2020 à 17:30
    Industrie
    alerter
    Arretez d'être naïfs, vous ne voyez pas que ce problème de femme battus est un parent feu pour masquer l'incurie de nos politiques. Les medecins en rea et les infirmières sont de la chaire à canon. Nos politiques utilisent toujours les mêmes méthodes . Avec des tests fiables de masse et des masques en quantité pour tous, pas de confinement et pas de femme battue ou d'homme humilié....Arrêtez de gober tout ce que disent les médias.
  • 28/03/2020 à 17:42
    tnttnt
    alerter
    Mais en attendant, il n'y a pas de masques... Donc les femmes battues te remercient.
  • 29/03/2020 à 13:08

    alerter
    C'est très important que le message soit passé ! Après, il faut arrêter les délires d'interprétation, il n'y aura pas 30 cas par officine ... et dans ces conditions cette mesure n'a rien d'une activité chronophage. Si déjà une femme se présente dans chaque officine, et si l'équipe a le bon réflexe, entre nous, ce serait déjà une grande chose pour "elle", et une petite charge pour l'officine.
    Plein de courage à vous tous en cette période.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avez vous encore en stock des masques de la dotation d’Etat ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK