06/03/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
peinture, mur, premier ministre DR

Invité par l’Autorité de la concurrence dans le cadre de la célébration ce mardi 5 mars de ses dix ans d’existence, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé à cette institution ses intentions de libéraliser certains secteurs de la santé, et pour la pharmacie d’officine, les ventes de médicaments en ligne. Afin de les faire décoller (elles ne représentent que 1% des ventes totales de médicaments, contre 15 % en Allemagne), il souhaite lever certaines conditions qu’il juge « trop restrictives », établies  par l’arrêté du 28 novembre 2016 relatif aux règles techniques applicables aux sites internet de commerce électronique de médicaments. 

Dans son discours, il a pointé du doigt des restrictions telles que l’interdiction faite aux pharmacies de se regrouper ou la nécessité de stocker les médicaments dans l’officine et non dans un entrepôt séparé. « Qui dit vente en ligne dit plus grande transparence sur les prix. Des prix qui, pour des médicaments courants, varient du simple au triple », a justifié sur le plan économique le Premier ministre.
A quelques semaines de la remise par l’Autorité de la concurrence de son rapport sur la distribution des médicaments aux pouvoirs publics, faut-il voir en filigrane de cette annonce un « non » anticipé du gouvernement aux propositions d’un rapport qui sera certainement dans la lignée du précédent, concernant notamment l’ouverture du monopole que l’Autorité appelle de ses vœux ? 

En attendant, l’annonce n’a pas laissé la profession sans réaction. « C’est clairement une demande du chef du gouvernement à Agnès Buzyn de se pencher sur ce dossier. Bien entendu, nous nous tenons à la disposition du ministre de la Santé pour l’étudier dans un souci de préserver la sécurité des patients », se borne à déclarer à ce stade, Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

La protection de la santé publique est également la ligne de conduite brandie par Alain Delgutte, président du conseil central A de l’Ordre des pharmaciens. « Ne tirons pas sur le pianiste, car on peut avoir une lecture très différente des annonces du Premier ministre, attendons de voir comment elles seront étudiées par le gouvernement, et notamment le ministère de la Santé », tempère-t-il pour le moment.

Pour Laurent Filoche, président de l’Union des groupements des pharmaciens d’officine (UDGPO), « la possibilité laissée aux groupements de favoriser les ventes en ligne de pharmacies adhérentes est un point positif », déclare-t-il, lui qui mène depuis plusieurs années un combat contre les plateformes de vente en ligne de prestataires extérieurs à la pharmacie.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 07/03/2019 à 07:03
    Hellébore
    alerter
    Pourquoi vouloir faire décoller les ventes internet ? On n'a pas besoin de copier les voisins. Le conseil officinal reste primordial (on le voit tous les jours) et il n'y a aucune raison de troquer sécurité pour voguer sur la tendance actuelle des ventes internet ... surtout en matière de santé !
  • 07/03/2019 à 15:12
    pharmaco2b
    alerter
    tres cher Edouard ,l Allemagne n est pas un modele...elle a des voisins hollandais ,belges qui exportent via internet les propres mdcts de leur consommation personnelle en creant des penuries chez eux..tout ca car l allemagne paye plus cher!!!
  • 07/03/2019 à 15:16
    pharmaco2b
    alerter
    un petit conseil ,tres cher Edouard ..doublez le prix des mdcts en France et vous verrez que les ventes decolleront vers le portugal et la Grece...si ils leur reste quelque chose a vendre!!!
  • 08/03/2019 à 13:04
    Pcc1
    alerter
    Au lieu de s'inspirer de l'Allemagne pour la pharmacie qu'il s'en inspire pour les économies ,la dette,le train de vie de l'Etat,615 000 mandats électifs chez nous 114 000 chez eux....si c'est pas une source d'économie ça et rendre du pouvoir d'achat aux français,pas de taxe d'habitation,un foncier peu élevé et les maires et élus locaux ne font pas les chialeuses comme chez nous.....le chômage n'en parlons même pas....au boulot Edouard!
  • 14/03/2019 à 18:29
    Ludothor
    alerter
    Comment tuer une profession pour faire plaisir à ses copains de polytechnique ou de l’ena ou autre établissement producteur de personnes arrogantes, imbues d’elles mêmes et n’ayant aucun autre référentiel que des statistiques interprétables de mille et une façons...
    Il faudrait aussi ouvrir le monopole de la décision pour qu’elle n’appartienne plus à cette « élite » de plus en plus méprisable par ses décisions successivement plus ridicules que leurs précédentes...

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Comprenez-vous que les pharmaciens de la grande distribution souhaitent que l’Ordre crée un collège des salariés de la distribution ?




Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK