12/03/2021 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

La campagne vaccinale contre le Covid-19 avec le vaccin d’AstraZeneca se poursuit en France. Pour la semaine du 15 mars qui lance le démarrage de la campagne en officine, le volume de doses AstraZeneca qui pourra être utilisé par les pharmaciens sera très limité, du fait d’un nouveau loupé sur la livraison. 140 000 doses en tout seront livrées aux officines la semaine prochaine au lieu des 700 000 doses promises.« Les quantités qui seront livrées la semaine du 22 mars seront également fortement réduites », a prévenu Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), lors du 9e Afterwork du 11 ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 12/03/2021 à 14:07
    BREZHONEG
    alerter
    ....et moi qui annoncait (voir ci dessous) qu'on ne pourrait piteusement assurer que 250 000 doses , c'est....140 0000 ! Le succes que nous avons eu avec la grippe (la seule 1ere fois,en 2019) doit cesser d'etre une reference ,non?
  • 12/03/2021 à 16:52
    Nicolas 34
    alerter
    Tant mieux....
  • 12/03/2021 à 17:58
    BREZHONEG
    alerter
    le Figaro :

    Vaccin AstraZeneca: des allergies sévères ajoutées par l’Agence européenne des médicaments aux possibles effets secondaires.
  • 12/03/2021 à 19:42
    roller33
    alerter
    Les événements relatés par la presse européenne sont pour le moins troublants puisqu'ils témoignent d'une concordance de lieux, et/ou de lots de vaccins avec décès survenus chez des individus relativement jeunes.

    1- en Autriche : dans une ville de 10 000 habitants !?!

    Une femme de 49 ans est décédée à Vienne samedi dernier, onze jours après avoir reçu sa première injection du vaccin AstraZeneca à l'Hôpital régional de Zwettl, en Basse-Autriche. La victime est morte des suites de "graves troubles de la coagulation", selon les précisions de l'Office fédéral pour la sécurité des soins de santé (BASG) dans un communiqué publié dès dimanche soir.

    Par ailleurs, l'une de ses collègues de 35 ans, qui avait reçu une dose du même lot, dans le même hôpital, a "développé une embolie pulmonaire". Actuellement "en voie de guérison", elle souffrait d'antécédents médicaux, d'après les informations de la presse autrichienne. Le journal NÖN ainsi que l'agence de presse APA rapportent quant à eux que les deux infirmières travaillaient dans cet établissement.

    NB : les autorités danoises ont annoncé jeudi qu'elles suspendaient l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca contre le COVID-19 après des troubles de la coagulation signalés parmi des personnes vaccinée
    et après le décès d'une femme de 60 ans, victime d'un caillot sanguin. Elle avait reçu auparavant une injection à partir du même lot de doses utilisées en Autriche.

    2 - EN SICILE / province de CATANE : 1 million d'habitants

    Un policier et un soldat de la marine sont morts dans la province de Catane après administration du vaccin. Tous deux auraient reçu le médicament du lot retiré par l'agence italienne du médicament.

    Il n'y a actuellement aucune corrélation établie entre la vaccination et la mort. Enquêtes et vérifications en cours


    Stefano Paternò , un sous-officier de la marine de 43 ans en service à Augusta (Syracuse), originaire de Corleone mais résidant à Misterbianco (Catane), décédé il y a deux jours d'un arrêt cardiaque. dans sa maison.

    Le matin du 8 mars, Stefano Paternò avait reçu la première dose du vaccin AstraZeneca, à l'intérieur de l'hôpital militaire d'Augusta. Pas de réactions indésirables immédiates. L'homme de 43 ans était rentré chez lui, puis avait commencé à se sentir malade. Le soir, la fièvre augmente et son état s'aggrave jusqu'à la mort, survenue en raison d'un arrêt cardiocirculatoire. Il n'existe actuellement aucune preuve établissant une corrélation entre la mort et le vaccin. L'enquête pour homicide involontaire devra faire toute la lumière sur la disparition tragique. Stefano Paternò laisse deux enfants, il était sous-officier dans la marine à l'Arsenal.


    Le soldat de 43 ans est décédé quelques heures après avoir reçu l'Astrazeneca. C'était un garçon en excellente santé, sans pathologie antérieure. Une affaire qui secoue la ville de Catane. L'homme, qui vit à Misterbianco, laisse sa femme et ses deux enfants après un arrêt cardiaque. Il a travaillé au commandement de l'OTAN.

    Des doutes et des enquêtes sont également en cours sur la mort de Davide Villa, un policier de 50 ans servant à l'anti-crime de Catane, qui a eu lieu le 6 mars. Le parquet de Catane a ouvert un dossier d'enquête ( pour le moment sans suspects et faisant l'hypothèse d'un homicide involontaire ), sur le décès de l'agent décédé après inoculation du vaccin. Le policier, écrit l'agence Ansa, aurait reçu une dose du même lot dont l'Agence italienne des médicaments (Aifa) a décidé par précaution d'interdire l'utilisation sur tout le territoire national. Dans ce cas également, la corrélation entre la mort et l'inoculation du vaccin n'est pas établie.

    3 - en France :

    1 cas de thromboses multiples dans un contexte de CIVD ...
    ..
  • 12/03/2021 à 21:07
    Jean64
    alerter
    Au risque de me faire l’avocat du diable, ces pères d’âges moyens ou plus, souffrant ou non de comorbidites, ne seraient-ils pas tombés malades de toutes façons?
  • 12/03/2021 à 21:27
    Sirius67
    alerter
    Soyons effectivement prudents sur les RDV ! Nous avons reçu aujourd'hui à 14h00 la livraison des vaccins AZ alors que le médecin avait déjà programmé des vaccinations ce matin et a du les annuler ! Donc faisons une liste d'attente, mais ne donnons pas de RDV avant d'avoir vu les flacons ! Pour cette raison nous prévoyons le premier RDV pas avant mercredi 24/03. Et les médias disent aux gens d'aller se faire vacciner en pharmacie dès le 15 mars...
  • 14/03/2021 à 14:11
    roller33
    alerter
    suite des infos européennes :

    1 - IRLANDE :

    Le Comité consultatif national de l'immunisation ( NIAC ) a recommandé que l'administration du vaccin AstraZeneca Covid-19 soit temporairement différée en Irlande à partir de ce matin, à la suite d'un rapport de l' Agence norvégienne des médicaments faisant état de quatre nouveaux rapports d'événements graves de coagulation sanguine chez des adultes après vaccination avec le vaccin Covid-19 AstraZeneca.

    Le Dr Karina Butler, responsable du NIAC ( National Immunisation Advisory Committee ), a déclaré que l'agence de médecine norvégienne avait informé l'Autorité de réglementation des produits de santé (HPRA) au sujet d'un «groupe de quatre événements de coagulation graves, très rares et très graves, pas le type de caillots habituels dans les jambes, mais touchant ici le cerveau ou d'autres vaisseaux que ceux qui seraient normalement impliqués, survenant chez des individus plus jeunes », a-t-elle déclaré à l'émission Brendan O'Connor à la radio RTÉ.

    «Donc, dans l'ensemble, c'était un certain nombre de ces événements graves très peu nombreux mais très rares chez des personnes auxquelles vous ne vous attendriez pas et qui ont donc déclenché un signal, un signal de sécurité.»

    NB : en France, les médias relaient à l'envi la banalité de la survenue de thromboses alors qu'en fait il s'agit visiblement de cas d'anomalies de la coagulation ( notifications de CIVD ) qui n'ont rien de communs.

    2 - ITALIE ( suite ) : énorme émotion

    A- 13 mars 2021 09:23

    L'enquête sur la mort de Davide Villa, le policier anti-crime de Catane décédé le 7 mars, 12 jours après l'administration du vaccin AstraZeneca, passe au parquet de Messine. Les enquêtes urgentes ont été ouvertes par les procureurs de l'Etna qui ont cependant transmis le dossier à des collègues de Messine, compétents car la victime était mariée à un juge exerçant à Catane. Selon la loi,, compte tenu de l'implication d'un magistrat de Catane en tant que personne ayant subi un préjudice, le procureur compétent est en fait celui de Messine.
    Davide Villa avait commencé à se sentir malade le lendemain de l'inoculation de la dose. Son état s'est aggravé jusqu'à sa mort. Aux urgences, on lui a diagnostiqué une thrombose qui provoquerait plus tard une hémorragie cérébrale.
    L'enquête sur la mort, désormais coordonnée par le procureur Maurizio de Lucia, a été ouverte à l'initiative des procureurs de l'Etna. La famille de Davide Villa n'a pas porté plainte.
    Le lot de vaccin suspendu par Astrazeneca a été administré aux enseignants et au personnel de la police et de l'armée.

    B - 11 mars 2021 07:38

    Un militaire est décédé d'un arrêt cardiaque 12 heures après le vaccin, sa femme clame : "Nous voulons la justice"

    Une autopsie sera réalisée pour dissiper les ombres sur la disparition de Stefano Paternò, un sous-officier de la marine de Misterbianco. L'homme de 43 ans est décédé quelques heures plus tard après avoir reçu le vaccin Covid. À l'heure actuelle, il n'y a pas de lien mais la famille veut des éclaircissements ; ainsi les avocats Dario Seminara, Lisa Gagliano et Attilio Indelicato ont déposé une plainte au nom de sa femme Caterina Arena et de leurs enfants âgés de 12 et 14 ans, pour comprendre les causes du décès.

    Le procureur de Syracuse enquête sur l'affaire et, selon les rumeurs, aurait ordonné la saisie des flacons et vérifie le rôle des médecins et infirmiers en lien avec l'administration du vaccin. Le soldat avait reçu la première dose du vaccin Astrazeneca lundi dernier à Augusta et est rentré chez lui puis a ressenti des symptômes de fièvre ; enfin son état s'est aggravé pendant la nuit et sa femme l'a trouvé inconscient et alerté 118. Malgré les tentatives de le ranimer, il n'y avait rien à faire.

    "Nous voulons aller jusqu'au bout, nous voulons la justice, nous voulons connaître la vérité et comprendre si le vaccin a causé la mort de mon mari". Ainsi s'exprimait à AdnKronos Caterina Arena, la femme de Stefano Paternò.

    «Mon mari - ajoute la femme - avait eu le vaccin lundi matin, et dans l'après-midi il est rentré chez lui et allait bien. Vers 19h30, il a ressenti des tremblements, il avait froid et a pris sa température, il avait une fièvre de 39°C. Il a pris un comprimé de paracétamol ce qui a fait baisser la fièvre - poursuit sa femme - il se sentait mieux et vers 23 heures nous nous sommes endormis. Dans la nuit, cependant, j'ai été réveillé par ses gémissements: il tremblait, avait des spasmes dans son lit et respirait fortement ". Caterina Arena se souvient avoir "immédiatement appelé le 118 et en très peu de temps les médecins ont commencé à lui apporter leur aide de toutes les façons possibles, même le massage cardiaque, mais il n'y avait rien à faire et les médecins ne pouvaient pas comprendre de quoi il s'agissait».

    «Mon mari - conclut la femme s'adressant à AdnKronos - était un serviteur de l'Etat qui avait hâte de se faire vacciner pour être opérationnel et pouvoir faire face aux missions embarquées sur les navires de la Marine».“

  • 14/03/2021 à 14:54
    Pharma06
    alerter
    Il est également bizarre que l’on ne mentionne pas que le vaccin pfizer est à l’origine de 20 cas de thromboses (mis à part au journal de France 2 du 12mars à 13h) rien qu’en France et de thrombopénies.... peut être parce que Astra Zeneca a décidé de vendre son vaccin à prix coûtant.
  • 14/03/2021 à 16:55
    PCC1
    alerter
    Troublant...
  • 14/03/2021 à 18:58
    roller33
    alerter
    ITALIE ( suite ) : région du Piémont lot ABV5811

    Décès d’un homme de 57 ans : mort d’un enseignant vacciné la veille.

    Un enseignant est décédé dimanche à Biella, commune située au nord de Turin. Selon l’agence Ansa, l’homme était âgé de 57 ans et enseignait la clarinette dans un conservatoire.

    « Les administrations du vaccin AstraZeneca ont repris, après une suspension par précaution de quelques heures, visant à repérer et isoler le lot dont provenait la dose injectée à l’enseignant décédé », a expliqué en fin de journée la région Piémont sur son site internet.

    Tous les autres lots peuvent désormais être utilisés, à l’exception de ce lot ABV5811, tandis qu’une réunion des autorités sanitaires a été convoquée.

    La suspension initiale de toute utilisation du vaccin AstraZeneca était « une mesure d’extrême précaution, en attendant de vérifier s’il existe un lien de causalité entre la vaccination et le décès », a expliqué le conseiller pour la Santé de la région du Piémont, Luigi Genesio Icardi, dans le communiqué.

    L’Italie a décidé jeudi d’interdire, à titre de précaution, l’utilisation d’un autre lot de vaccins anti-Covid d’AstraZeneca/Oxford en raison de craintes liées à la formation de caillots de sang.
    Des inspecteurs du ministère italien de la Santé se sont rendus dimanche en Sicile pour mener l’enquête sur la mort d’un militaire de 43 ans décédé le 9 mars dans l’île du sud de l’Italie après l’injection d’une dose du vaccin AstraZeneca. Une autopsie du corps a été réalisée samedi à l’hôpital de Catane (est de la Sicile).

  • 14/03/2021 à 19:32
    exactement
    alerter
    Tellement de personnes sont vaccinées en même temps, c'est obligé que parmi elles certaines développent des pathologies ou meurent sans que ce ne soit prévisible auparavant. Cela arrivera aussi si vous examinez de près une cohorte de millions de personnes ayant acheté un même bouquin en librairie. De là à dire que c'est le bouquin qui a causé la mort... Ce qu'il faut voir c'est l'éventuelle surmortalité par rapport à la population générale. Bien sur si ça tombe sur vous, c'est humain et tellement plus simple d'accuser le bouquin.... mais ce n'est pas pour ça que c'est vrai. Après bien sur il faut rester prudent et étudier tous les signaux.
  • 14/03/2021 à 19:46
    roller33
    alerter
    ITALIE ( suite ) : ouverture de nouvelles enquêtes

    1 - BOLOGNE ( EMILIE-ROMAGNE ) : 14 mars 2021

    Un dossier sera ouvert par le parquet de Bologne sur le décès d'un enseignant, Giuseppe Morabito, directeur adjoint du lycée `` Veggetti '' de Vergato nel Bolognese, disparu hier soir dix jours après l'administration d'une dose de vaccin AstraZeneca. Une enquête pour vérifier s'il existe une corrélation entre la disparition de l'enseignant et la prise du remède.

    Le journal «il Resto del Carlino» le rapporte aujourd'hui .
    "Nous allons ouvrir un dossier, nous allons faire toutes les investigations nécessaires - le procureur en chef, Giuseppe Amato explique au journal - mais il n'y a pas d'alarmisme et pas de suspect pour le moment. Nous vérifierons quelles sont les causes du décès, puis nous en tirera les conséquences ».

    Originaire du sud de l'Italie, âgé de 61 ans, le professeur s'était installé à Vergato il y a de nombreuses années, où il était très apprécié, et avait reçu, le 3 mars dernier, le vaccin AstraZeneca .

    Hier matin, c'est le tournant avec quelques collègues qui ont décidé de rendre visite à l'homme de 61 ans, inquiets du silence du téléphone portable et de la sonnette. L'homme, mort dans son lit, a été découvert par les agents de santé du 118 et par les carabiniers de Vergato.

    «Nous allons déterminer quelles sont les causes - réitère le procureur Amato - dans les prochaines heures nous saisirons le NAS, mais nous ne sèmerons pas la terreur. Nous allons enquêter, c'est notre travail. Nous insistons sur le fait que les vaccins ( s'il y en a ) doivent être faits, en fait ils devraient être faits à tout le monde. Pour le moment, il n'y a pas de problème à cet égard. "

    rem : NAS : service chargé de la criminalité alimentaire et pharmaceutique

    2 - GELA ( SICILE ) : 13/03/2021 - 20:48

    prof en réanimation: le procureur saisit des dossiers médicaux
    La femme de 37 ans a reçu le vaccin Astrazeneca le 1er mars dernier

    Le procureur de Gela a saisi le dossier médical et la documentation concernant le vaccin d'une femme de 37 ans de Gelese hospitalisé hier dans un état très grave à l'hôpital de Sant'Elia.

    La jeune enseignante a reçu le vaccin Astrazeneca le 1er mars. Hier matin, elle a été transportée à l'hôpital de Gela après avoir souffert de graves maux de tête et dans un état de confusion.

    En peu de temps, la situation s'est aggravée et la jeune femme a été transportée par hélicoptère de sauvetage à l'hôpital Sant'Elia de Caltanissetta où elle a subi une neurochirurgie pour une grave hémorragie cérébrale.

    Les médecins avec la collecte de l'anamnèse ont constaté qu'elle avait reçu le vaccin Astrazeneca le 1er mars. Le lot est différent de celui collecté ces derniers jours. La jeune enseignante est actuellement hospitalisée dans des conditions très graves en unité de soins intensifs.
  • 14/03/2021 à 22:02
    roller33
    alerter
    suite des actualités européennes....

    NORVEGE :

    A - Un agent de santé d'une trentaine d'années est décédé dix jours après la vaccination.

    L'Agence norvégienne des médicaments et le NIPH ont été informés d'un décès après vaccination avec le vaccin AstraZeneca.

    Vendredi, la nouvelle est arrivée qu'une femme dans la trentaine, employée dans le service de santé de la municipalité de Tynset, est décédée, dix jours après avoir été vaccinée contre le covid-19.

    "Nous avons signalé le décès parce qu'il coïncide dans une certaine mesure avec la vaccination ", déclare le médecin en chef municipal Tor-Halvor Bjørnstad-Tuveng.

    Il n'a pas été conclu qu'il existe un lien entre le vaccin et la mort inattendue. Cela sera soigneusement évalué, écrit FHI dans un communiqué de presse.

    "Il s’agit d’abord et avant tout d’un incident très tragique, que nous prenons très au sérieux et pour lequel nous voulons faire toute la lumière", déclare le directeur médical de l’Agence norvégienne des médicaments, Steinar Madsen.

    "Nous avons commencé des enquêtes approfondies pour cartographier ce qui s'est passé sur Tynset. Nous parlons d'un jeune agent de santé et nous prenons cela au sérieux", dit Madsen.

    Les autorités sanitaires norvégiennes collaborent désormais avec les autorités sanitaires danoises et l'Agence européenne des médicaments pour examiner la survenue d'effets secondaires graves. Par conséquent, la vaccination avec le vaccin d'AstraZeneka a été suspendue pendant au moins une semaine.

    L'Agence norvégienne des médicaments est en train de collecter des documents et d'examiner l'évolution de la maladie de la femme décédée. Ils compareront également les symptômes avec la vue d'ensemble qu'ils ont reçue des effets secondaires après la vaccination.

    "Il est très important pour nous d'enquêter là-dessus. D'abord et avant tout parce qu'il s'agit d'un incident tragique, mais aussi parce que, à l'Agence norvégienne des médicaments, nous devrions être en mesure de donner de bons conseils aux médecins et au personnel de santé afin que la vaccination soit sûre", déclare Madsen de l'Agence norvégienne des médicaments.

    2 - Trois personnes en Norvège traitées pour des «symptômes inhabituels» après les injections d'AstraZeneca COVID-19

    13/03/2021 à 16H11

    Trois agents de santé en Norvège qui avaient récemment reçu le vaccin AstraZeneca COVID-19 sont traités à l'hôpital pour des saignements, des caillots sanguins et un faible nombre de plaquettes sanguines, ont annoncé samedi les autorités sanitaires.

    La Norvège a interrompu jeudi le déploiement du vaccin AstraZeneca, à la suite d'une initiative similaire du Danemark. L'Islande a ensuite emboîté le pas.

    «Nous ne savons pas si les cas sont liés au vaccin», a déclaré Sigurd Hortemo, médecin-chef de l'Agence norvégienne des médicaments, lors d'une conférence de presse organisée conjointement avec l'Institut norvégien de santé publique.

    Les trois individus ont moins de 50 ans.

    «Ils présentent des symptômes très inhabituels: des saignements, des caillots sanguins et un faible nombre de plaquettes sanguines», a déclaré Steinar Madsen, directeur médical de l'Agence norvégienne des médicaments à la chaîne NRK.

    "Ils sont assez malades ... Nous prenons cela très au sérieux", a-t-il dit, ajoutant que les autorités avaient reçu notification des cas samedi.


    2 - IRLANDE ( suite ) :

    Les autorités irlandaises ont reçu des rapports de coagulation similaires à ceux observés en Europe la semaine dernière, mais rien d'aussi grave que les cas en Norvège, a déclaré le médecin-chef adjoint Ronan Glynn.

    Glynn a déclaré que le fait que les cas norvégiens étaient liés à un groupe de quatre événements de coagulation inhabituels impliquant le cerveau chez les 30 à 40 ans soulevait le niveau de préoccupation le plus élevé.

    Il a déclaré que l'une des raisons pour lesquelles l'Irlande avait agi maintenant était qu'elle devait administrer la semaine prochaine le vaccin AstraZeneca à des personnes du même âge souffrant de maladies sous-jacentes graves.
  • 15/03/2021 à 00:46
    roller33
    alerter
    suite des actualités européennes....

    1 - PAYS-BAS :
    Communiqué de presse | 14-03-2021 | 23h00

    Le ministère de la Santé des Pays-Bas a annoncé dimanche soir suspendre l'utilisation du vaccin contre le coronavirus AstraZeneca, à l'instar de plusieurs autres pays européens au cours des jours passés.

    L'interdiction par précaution aux Pays-Bas est décrétée jusqu'au 28 mars inclus. "Sur la base de nouvelles informations, l'Autorité néerlandaise des médicaments a conseillé, par mesure de précaution et dans l'attente d'une enquête plus approfondie, de suspendre l'administration du vaccin AstraZeneca" contre le Covid-19, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

    L'Autorité des médicaments MEB a conseillé au ministre De Jonge de la Santé publique, du Bien-être et des Sports (VWS) d'envisager de faire une pause temporaire avec le vaccin d'AstraZeneca aux Pays-Bas par mesure de précaution

    Président du MEB Prof. Ton de Boer :

    Avec ces nouvelles informations, nous et nos experts en sécurité avons demandé au ministre de la Santé, du Bien-être et des Sports d'envisager de suspendre la vaccination avec le vaccin AstraZeneca. Il n'y a pas encore de relation de cause à effet entre le vaccin et ces rapports. Le conseil d'arrêter est par précaution jusqu'à ce qu'il y ait plus de clarté. Nous soulignons qu'il s'agit d'une nouvelle image de coagulation sanguine sévère associée à un nombre réduit de plaquettes.

    Il y a maintenant un total de six rapports du Danemark et de la Norvège faisant état de signes graves et rares de formation de caillots (thrombose) et d'une diminution du nombre de plaquettes sanguines (thrombocytopénie) chez des adultes de moins de 50 ans après avoir été vaccinés avec le vaccin AstraZeneca. Aucune relation causale n'a encore été démontrée entre le vaccin et ces rapports. Le conseil de faire une pause est par mesure de précaution jusqu'à ce qu'il y ait plus de clarté.

    Le MEB conseille aux personnes de contacter immédiatement un médecin si, après une injection du vaccin AstraZeneca, la personne présente à nouveau des symptômes après trois jours, y compris des symptômes inattendus et / ou inconnus, et / ou des taches bleues plus grandes ou plus petites (saignement localisé) dans la peau.

    De Boer: «Nous suivons de près la situation aux Pays-Bas et dans d'autres pays. Le comité de pharmacovigilance de l'EMA PRAC étudie actuellement tous les rapports post-vaccination de thrombose et d'autres maladies liées à la coagulation avec le vaccin AstraZeneca. »


    2 - NORVEGE ( suite )

    13. mars 2021 18:31 Dernière mise à jour hier 10:02

    En Norvège, quatre cas de troubles de la coagulation ont été rapportés chez des personnes vaccinées. L'un est mort, tandis que trois sont à l'hôpital. Aucun décès n'avait été signalé auparavant.

    "D'après ce que nous savons jusqu'à présent, il s'agissait de quatre personnes en parfaite santé", dit Madsen.

    "Ces patients sont maintenant examinés de toutes les manières imaginables pour voir s'il y a quelque chose qui peut nous mettre sur la piste de ce à quoi cela est dû", dit-il.

    L'état des agents de santé malades est très grave et assez inhabituel. a déclaré Geir Bukholm, ( directeur du contrôle des infections à FHI ), samedi à Aftenposten.

    Voici un aperçu de ce que nous savons des trois agents de santé malades:

    Ils ont une hémorragie cérébrale et / ou un caillot sanguin.
    Le point commun à tous est qu'ils ont un nombre réduit de plaquettes.
    Ce sont aussi bien des femmes que des hommes.
    Ils sont gravement malades.
    Ils proviennent de différents établissements de santé.
    On ne sait pas s'ils ont des maladies sous-jacentes.
    De plus, on ne sait pas s'ils ont reçu des vaccins issus du même «lot».

    "Nous enquêtons sur cela maintenant, donc nous ne savons pas", dit Steinar Madsen, directeur médical de l'Agence norvégienne des médicaments.

    En outre, l'Agence norvégienne des médicaments a reçu "plusieurs messages" de patients ayant reçu le vaccin. Ceux-ci ont des saignements cutanés plus ou moins importants.

    "Cela peut être un signe sérieux de diminution du nombre de plaquettes", a déclaré Hortemo.

    Il n'a pas donné de chiffres sur le nombre de jeunes qui ont contracté ces signes de maladie. Il n'est pas confirmé s'il s'agit d'une conséquence du vaccin.

    Néanmoins, les jeunes de moins de 50 ans qui ont été vaccinés au cours des deux dernières semaines sont invités à porter une attention particulière aux signes de maladie.
    Les personnes vaccinées sont encouragées à contacter un médecin ou un autre professionnel de la santé si elles soupçonnent des effets secondaires graves ou inattendus après la vaccination.
    "S'ils ressentent une augmentation de la sensation de maladie avec plusieurs taches bleues plus de trois jours après la vaccination, ils devraient immédiatement consulter un service d'urgence ou un médecin généraliste", a déclaré Hortemo.

    Selon FHI, 121 820 personnes ont jusqu'à présent été enregistrées comme vaccinées avec le vaccin AstraZeneca.
    Au 9 mars, 885 rapports d'effets secondaires suspectés avaient été reçus, dont 31 étaient graves et 854 n'étaient pas très graves.

  • 15/03/2021 à 15:38
    trinitty
    alerter
    le lobbying de Pfizer peut aller jusqu'à dénigrer son concurrent, et c'est hélas le quotidien de ces gens qui n'ont pas d'autre objectif que de faire de l'argent, la santé des personnes est le dernier de leur soucis

    CQFD
    j'ai été vaccinée par le Astra zeneca, je vais bien merci
  • 15/03/2021 à 16:29
    roller33
    alerter
    suite des actualités européennes....

    1 - Allemagne : 15/03/21 15h30.

    Vaccinations avec Astrazeneca suspendues en Allemagne

    Les vaccinations avec le vaccin Astrazeneca sont suspendues en Allemagne par mesure de précaution .
    Le gouvernement fédéral suit une recommandation actuelle de l'Institut Paul Ehrlich (PEI) , a déclaré un porte-parole du ministère fédéral de la Santé.

    Après de nouveaux rapports de thrombose des veines cérébrales dans le cadre de la vaccination en Allemagne et en Europe, l'institut considère que des études complémentaires sont nécessaires.
    L' Agence européenne des médicaments (EMA) décidera "si et comment les nouvelles découvertes affecteront l'approbation du vaccin".


    2 - ITALIE ( suite ) : 13/03/2021 - 17:09

    Un agent de la section des opérations navales de la police des douanes de Tarente est tombé malade quelques jours après avoir reçu le vaccin anti-Covid . Il s'agit d'un homme de 43 ans, originaire de Sicile, en service dans la capitale des Pouilles. L'homme est resté dans le coma pendant des jours à l'unité de soins intensifs de l'hôpital Santissima Annunziata de Tarente. Il n'est pas encore certain que la cause de la maladie soit le vaccin et une enquête a été lancée.

    Ce douanier originaire de Sicile, mais en service à la section navale de Tarente des Flammes jaunes, a subi la première injection du vaccin Astrazeneca avec ses autres collègues de la même force armée. Au moment de l'injection de la dose, il était en pleine santé et en pleine efficacité physique ( sinon, il n'aurait pas pu recevoir le vaccin ). Aucune pathologie antérieure, donc, et rien qui suggérerait un tel épilogue.

    L'homme ne s'est plaint d'aucune pathologie antérieure. L'ASL ajoute qu'après avoir été vacciné par Astrazeneca dans l'après-midi du 26 février, "au cours de la nuit, il a enregistré l'apparition d'une hyperpyrexie (très forte fièvre), qui persistait dans les jours suivants.

    L'homme avait reçu le vaccin le 26 février et avait eu des symptômes de grippe la nuit suivante. La fièvre très élevée a également duré les jours suivants jusqu'au 5 mars, date à laquelle l'homme a également eu un léger ralentissement psycho-moteur puis s'est aggravé le dimanche 7 mars. À ce moment-là, l'homme de 43 ans a été transporté aux urgences de l'hôpital des Pouilles et après les premiers contrôles de santé, il a été admis à l'unité de neurologie et d'AVC (il s'agit du service de thérapie neurologique semi-intensive pour les patients atteints de maladies cérébrovasculaires comme l'ischémie et l'hémorragie cérébrale en phase aiguë).

    À partir de ce moment, l'état de l'agent s'est rapidement dégradé jusqu'à un état de coma,"le patient a été transféré au centre de réanimation et d'anesthésie et intubé.".

    Aucun événement thrombotique ne s'est produit et les hypothèses sur l'état du patient «peuvent être envisagées dans des réactions à tout type de vaccin», nous font-ils savoir.

    Depuis ce matin, cependant, les conditions de l'homme se sont améliorées et maintenant, selon le dernier bulletin de la société de santé, il s'est réveillé d'un coma, "il est alerte, répond en nature aux questions et ne présente pas de déficits neurologiques focaux. ". déplace spontanément les membres et répond aux stimuli. Par conséquent, il sera extubé et a déjà été transféré au service de neurologie comme communiqué par l' ASL de Tarente.

    «le patient est constamment suivi par plusieurs équipes de spécialistes qui informent le commandement de la Guardia di Finanza des conditions de la personne sous contrat.
    Pour le moment, nous restons confiants sur les aspects sanitaires et cliniques ».

    Selon ce que l'ANSA apprend du commandement provincial de la Guardia di Finanza de Tarente, jusqu'à présent, environ 400 soldats en service ont subi la vaccination de la première dose d'Astrazeneca, mais dans aucun autre cas des effets indésirables particuliers n 'ont été signalés.



  • 15/03/2021 à 17:26
    roller33
    alerter
    1 - ITALIE ( suite ) : Le vaccin AstraZeneca suspendu en Italie

    Décès présumés après la dose d'Astrazeneca, le procureur de Catane enquête

    CATANIE - Une enquête a été ouverte par le parquet de Catane sur d'éventuelles contre-indications du vaccin AstraZeneca sur des sujets thrombophiles.

    L'enquête, contre des inconnus, suppose le délit prévu par l'article 443 du code pénal: «Commerce ou administration de médicaments cassés ou imparfaits», comme l'écrit le journal La Repubblica.

    «Nous vérifions - dit le procureur Carmelo Zuccaro - si certains sujets thrombophiles peuvent avoir une prédisposition à activer certains facteurs détonnants. Il peut y avoir des contre-indications dans le vaccin pour certaines personnes, des contre-indications qui n'ont pas été analysées compte tenu du temps limité disponible pour la préparation du médicament ».

    Hier également, à Catane, des tests ont été effectués sur le sang et sur certains organes prélevés (foie et rate) sur le corps de Davide Villa, le policier décédé le 6 mars, seize jours après le vaccin. Les spécialistes avaient pour mission de rechercher la "prédisposition génétique à la thrombophilie héréditaire (facteur V de Leiden), le facteur II muté, les mutations sur le gène Mthfr (variantes C677T et A1298C)".

    Entre-temps, la première partie de l'autopsie du corps du sous-officier de 43 ans Stefano Paternò, décédé il y a cinq jours à son domicile de Catane, a été réalisée hier et a duré plus de trois heures, à la morgue de la Hôpital Cannizzaro de Catane Misterbianco, le lendemain de l'administration à Augusta de la première dose de vaccin Astrazeneca, dont le lot a ensuite été retiré par l'AIFA.

    C'était une première étape qui, pour le moment, selon les rapports de plusieurs sources, n'a apporté aucune réponse aux questions posées. D'autres examens seront effectués la semaine prochaine.

    Lors de l'autopsie, outre les experts désignés par le parquet de Syracuse et les consultants des quatre suspects et de la partie lésée, le procureur Gaetano Bono était également présent, qui coordonne l'enquête avec le procureur Sabrina Gambino. Les enquêtes ont été déléguées aux carabiniers des Nas de Catane.

    Le parquet de Syracuse a nommé un comité d'experts composé de quatre consultants: un spécialiste en médecine légale, Giuseppe Ragazzi, un spécialiste en hématologie (expert en hémostase et thrombose), Marco Marietta, un expert en toxicologie médicale Nunziata Barbera, et un spécialiste des maladies infectieuses, Carmelo Iacobello.

    Aujourd'hui, les inspecteurs du ministère de la Santé seront en Sicile pour des contrôles. Ils iront d'abord au 118 à Catane, puis à Asp à Syracuse, puis à la base d'Augusta. D'autres étapes possibles sont en cours d'évaluation.


    2 - FRANCE : L'utilisation du vaccin AstraZeneca est suspendue en France jusqu'à au moins mardi, et ce par précaution dans l'attente d'une décision de l'autorité européenne

    "Sur la recommandation du ministre de la Santé, en lien avec les autorités sanitaires françaises, la décision qui a été prise, en conformité avec notre politique européenne, c'est de suspendre par précaution la vaccination avec AstraZeneca, en espérant la reprendre la plus vite possible si l'avis est favorable", a-t-il déclaré lors d'un point presse en direct de Montauban (Tarn-et-Garonne).

  • 15/03/2021 à 18:29
    Pharma06
    alerter
    Idem, mon équipe officinale est vaccinée avec le astra zeneca et tout le monde va bien!
    par curiosité je suis allée regarder les points de situation hebdo sur le site de l'ANSM des 3 vaccins: celui de Pfizer présente également de nombreux effets secondaires graves qui passent totalement inaperçus dans les médias....
  • 17/03/2021 à 02:47
    roller33
    alerter
    ITALIE ( suite )

    A- 15/03/2021 - 14:01

    Mercredi dans la cathédrale de Catane, les funérailles du soldat décédé après le vaccin

    CATANIA - «Nous attendons la vérité de l'autopsie, nous voulons savoir comment le sous-officier Paternò est mort. Pour cela, nous avons fait l'exposition avec la famille. On s'attend à pouvoir dire quelque chose après les résultats histologiques, dans une vingtaine de jours ». L'avocat Dario Seminara, l'avocat de la famille de Stefano Paternò, le maréchal de la marine décédé le 9 mars d'une hémorragie cérébrale quelques heures après avoir reçu le vaccin avec AstraZeneca, a déclaré à Adnkronos.

    "C'est un examen complexe - dit l'avocat Seminara - qui apportera des réponses importantes".

    Entre-temps, aujourd'hui, le procureur de Syracuse a autorisé la libération du corps de Stefano Paternò. Les obsèques seront célébrées mercredi dans la cathédrale de Catane, en présence des chefs de la marine.

    Quatre personnes sont inscrites au registre des suspects par le procureur de Syracuse, dont le PDG d'AstraZeneca. Pour les magistrats, il s'agit d'un "acte dû".


    B- 16/03/2021 - 15:08

    L'avocat Seminara fait le point sur l'enquête: l'avocat a désigné cinq experts qui ont participé à l'autopsie

    SYRACUSE - «Les consultants recommandent une attitude plus critique afin d'approfondir les résultats et de pouvoir exprimer une opinion au moins après l'examen histologique. Mais il faudra attendre une vingtaine de jours ». L'avocat Dario Seminara, assiste Caterina Arena, épouse du sous-officier Stefano Paternò, décédée mardi dernier, seize heures après avoir reçu la première dose du vaccin AstraZeneca.

    L'avocat a désigné cinq experts qui ont participé à l'autopsie ordonnée par le procureur Gaetano Bono, qui dirige l'enquête coordonnée par le procureur général Sabrina Gambino. Ce sont Angelo Indelicato, Giancarlo Guerrera, Lucio Di Mauro, le capitaine du navire Francesco Oristanio et Dario Condorelli.

    La famille a toujours maintenu une corrélation entre l'administration du vaccin et la mort de Stefano Paternò. Et la nouvelle du retrait temporaire du vaccin en Italie n'est pas surprenante.

    << C'était un devoir de protéger la communauté en attendant la résolution des questions posées par le parquet: il est juste que cela soit fait pour que nous puissions voir si en plus du lien temporel qui existe manifestement car c'est une affaire dans laquelle la mort survient au bout de 16 heures seulement de l'administration du vaccin, il faut voir s'il existe effectivement un lien étiologique entre le vaccin et la mort: c'est précisément la réponse que nous donnera l'autopsie. Certes, nous avons fait beaucoup d'hypothèses, mais je ne peux pas les dire maintenant car il est juste de les vérifier à la lumière de tests histologiques ».

    L'épouse du sous-officier décédé, quant à elle, a expliqué les raisons qui l'ont amenée à porter plainte après la mort subite de son conjoint: "Mon fils m'a demandé:" Maman, pourquoi papa est-il mort? " Et je dois lui donner une réponse ».

    «Mon mari était une personne humble, aimée de tous, toujours disponible pour tout le monde sans jamais vouloir rien en retour. Il était généreux, bon. Il a été vacciné et a déclaré que la seule solution pour sortir de cette pandémie était le vaccin et donc il l'a recommandé à tout le monde - poursuit Caterina Arena, mère de deux garçons âgés de 11 et 14 ans -. Par exemple, à ma mère, dans la soixantaine, elle avait l'habitude de dire: «Le prochain quart de travail est à vous, faites-vous vacciner» ».

    Initialement, la dose de vaccin n'avait provoqué qu'une élévation de la température chez Stefano Paternò, résolue par la prise de paracétamol. «Il allait bien, il a même récupéré après un peu de fièvre. Et puis la nuit je me réveille car il se met à trembler, il a les yeux ouverts et son regard est vide et j'ai tout de suite compris que la situation était grave. J'ai appelé mon frère, le 911, et nous avons commencé un massage cardiaque. Puis les médecins sont arrivés et, au bout de 45 minutes ont déclaré le décès ». Caterina Arena a tenté de réagir, de se donner des réponses: "Pour mes enfants, pour moi, pour tout le monde, car elle peut être utile pour toute la communauté".


    C - 15/03/2021 - 13:57

    interview de Caterina Arena à Non è Arena sur La7: "Je suis ici pour donner une réponse à mes enfants"

    CATANIA - "Le moment le plus sombre est la nuit avec mes enfants qui me demandent pourquoi leur père est mort, c'est le pire moment de la journée". Cela a été avoué par Caterina Arena, la veuve de Stefano Paternò, le sous-officier de la marine sicilienne décédé d'un arrêt cardiaque après le vaccin AstraZeneca

    Caterina Arena a trouvé la force de répondre aux questions de Massimo Giletti, elle l'a fait avant tout pour ses enfants et pour le fort désir de justice qu'elle ressent en ce moment.

    «Nous devons attendre l'autopsie - dit-elle en se rappelant le jour de la vaccination de son mari - il était une personne en bonne santé et était heureux de se faire vacciner.

    De retour à la maison après le vaccin, nous sommes allés chercher notre fils à une séance d'entraînement, quand nous sommes rentrés à la maison, il a dit qu'il tremblait de froid, la fièvre était de 39°C, il a mangé, a pris du paracétamol et est allé se coucher. Au bout d'une heure, la température était de 36,5°C, il s'est levé et a commencé à regarder un dessin technique avec mon fils et a bavardé avec des collègues et des cousins, il allait bien, il était calme. À 23h-23h30, nous nous sommes couchés et il allait bien. Il n'avait aucune allergie, il ne souffrait de rien ».

    «Après m'être couchée - a rappelé Caterina Arena - vers deux heures j'entends un gros ronflement, ce n'est pas le bruit habituel, mon mari se raidit alors, je l'appelle, mais il ne répond pas, ses yeux sont ouverts, mais il regarde dans le vide . Je comprends que la situation est grave, j'appelle mon frère et le 118. Je fais le massage cardiaque, après 15 minutes l'ambulance arrive et les médecins interviennent, mais après 45 minutes ils disent qu'il n'ont pas réussi et qu'il était mort ».

    «Je suis là pour répondre à mes enfants - dit la femme -. Je dois leur donner une réponse sur la raison de sa mort, c'est une réponse que nous devons tous avoir ».
  • 17/03/2021 à 05:51
    roller33
    alerter
    suite des actualités européennes....

    1 - DANEMARK : 14 mars 2021

    L'Agence danoise des médicaments souhaite clarifier les informations concernant le décès au Danemark après la vaccination avec le vaccin AstraZeneca.

    C'est une image inhabituelle de la maladie autour du décès qui a fait réagir l'Agence danoise des médicaments.
    Un tableau similaire de la maladie a également été trouvé par l'Agence danoise des médicaments dans quelques autres rapports de la base de données européenne des effets indésirables.

    Plus récemment, la Norvège a décrit samedi des effets secondaires suspects qui sont similaires dans le tableau de la maladie.

    La femme danoise avait un tableau clinique inhabituel avec un faible nombre de plaquettes, des caillots sanguins dans les petits et grands vaisseaux et des saignements, explique Tanja Erichsen, responsable de l'unité. Cela a incité les experts professionnels de l'Agence danoise des médicaments à réagir.

    Plus de 136 090 citoyens danois ont maintenant été vaccinés contre le COVID-19 avec le vaccin d'AstraZeneca.
    Aucun citoyen n'a reçu la deuxième dose du vaccin.


    2 - ESPAGNE :

    Le ministère de la Santé a décidé d'arrêter temporairement l'utilisation du vaccin AstraZeneca après la détection de cas de thrombose dans certains pays européens. Cependant, un cas a également été signalé à l'intérieur des frontières espagnoles.

    Ce week-end, il y a eu un cas de thrombose du sinus veineux en Espagne chez un patient qui avait reçu le vaccin contre le coronavirus développé par la société AstraZeneca , comme l'a rapporté la directrice de l'Agence espagnole des médicaments, María Jesús Lamas.

    Ce fait, et après avoir appris que des cas similaires ont également été détectés en Norvège et en Allemagne, un total de 11 cas , a conduit l'Espagne à décider de suspendre temporairement et provisoirement l'administration de ce vaccin , jusqu'à ce que le Comité d'évaluation des risques de pharmacovigilance ( PRAC) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) publie une évaluation détaillée de tous les cas.

    De fait, il existe des preuves d'un cas de thrombose du sinus veineux cérébral chez un patient ayant reçu le vaccin contre le coronavirus développé par la société AstraZeneca.

    «Nous avons eu connaissance d'un cas en Espagne de thrombose du sinus veineux qui se présentait avec une diminution des plaquettes, ce qui implique une activation irrégulière de la coagulation», a rapporté Llamas, en signalant que le patient se rétablit.

    Concernant les symptômes qui peuvent apparaître, le directeur de l'Agence espagnole des médicaments a expliqué qu'ils apparaissent généralement entre 3 et 14 jours après l'administration de la dose et que les sujets les plus gravement atteints subissent un mal de tête «inhabituel et invalidant» qui ne cède pas aux analgésiques, qui s'aggrave en position couchée et s'accompagne de vertiges. vomissements, troubles visuels ou saignements irréguliers.

    Cependant, Llamas a prévenu que seuls 11 cas de ce type de thrombose ont été détectés chez les 17 millions de personnes auxquelles ce vaccin a été administré , pour lesquelles il a mis en évidence la difficulté de détecter ces «quelques cas» dans les essais cliniques.

    939 534 doses de ce vaccin ont été administrées en Espagne et un seul cas s'est produit .


    3 -ALLEMAGNE :

    L'Allemagne a suspendu l'utilisation du vaccin COVID-19 d'AstraZeneca, a déclaré lundi le ministre de la Santé Jens Spahn, à l'instar de plusieurs pays européens amenés à marquer une pause suite à des informations faisant état de troubles de la coagulation sanguine chez des receveurs.

    Spahn a déclaré que la décision faisait suite à une recommandation de l'Institut Paul Ehrlich (PEI), l'autorité allemande en charge des vaccins, à la suite de nouveaux cas de thrombose enregistrés, dont trois décès.

    «La décision d'aujourd'hui est purement préventive. C'est une décision purement technique et non politique. Et c'est pourquoi je suis ici la recommandation de l'Institut Paul Ehrlich », a déclaré Spahn, ajoutant que les cas étaient très rares.

    L'Île-du-Prince-Édouard a déclaré dans un communiqué que de plus en plus de cas de troubles de la coagulation avaient été signalés après la vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca depuis jeudi.

    L'institut a noté une «accumulation évidente» de cas de thrombose veineuse cérébrale très rare associée à un manque de plaquettes sanguines connu sous le nom de thrombocytopénie et d'hémorragie.

    Le contexte est de sept cas de thrombose veineuse cérébrale signalés en Allemagne , qui sont temporairement liés aux vaccinations.
    Sur les sept cas survenus en Allemagne , trois ont été mortels , a déclaré Cichutek sous ARD.

    «Nous devons exclure que le vaccin soit nocif», a déclaré le patron de l'Île-du-Prince-Édouard Klaus Cichutek sur ZDF lorsque Astrazeneca a été arrêté.

    Clemens Wendtner, responsable des maladies infectieuses et de la médecine tropicale à la clinique Munich Schwabing, a déclaré que l'incidence de fond, ou le risque normalement attendu, pour cette maladie était de deux à cinq cas pour 1 million d'individus par an.

    La thrombose de la veine sinusale est beaucoup moins fréquente: trois à cinq cas par million d'habitants surviennent en Allemagne chaque année. Les femmes sont trois fois plus susceptibles d'être touchées.

    Sept cas ont maintenant été rapportés pour les 1,6 million de vaccinations avec Astrazeneca. Trois personnes sont mortes.

    Jusqu'à présent, la préparation Astrazeneca a été injectée plus de 1,6 million de fois en Allemagne .
    Jusqu'à présent, seules 217 personnes ont reçu une deuxième vaccination avec Astrazeneca.


    4 - PAYS BAS :

    Le ministère néerlandais de la Santé a annoncé dimanche suspendre pour deux semaines l’utilisation du vaccin développé par le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca et l’université d’Oxford, après le signalement de cas de caillots sanguins notamment au Danemark et en Norvège.
    Cela était dû à la survenue d'une combinaison rare mais grave de thrombose et d'un nombre réduit de plaquettes.

    Dix cas d'effets secondaires potentiellement liés au vaccin AstraZeneca contre le coronavirus, dans lesquels la formation de caillots sanguins a pu jouer un rôle, ont été signalés aux Pays-Bas, sans lien avéré à ce stade, a déclaré lundi un centre néerlandais de surveillance des médicaments.

    Aucun cas de diminution du nombre de plaquettes n’a été rapporté pour le moment, a fait savoir le centre Lareb qui est chargé d’identifier les risques liés à l’utilisation des médicaments aux Pays-Bas dans un communiqué :

    "Cette image spécifique n'a pas été rapportée aux Pays-Bas jusqu'à présent"


    5 - SUEDE :PUBLIÉ 16 MARS 2021

    Mardi matin, c’est la Suède - alors qu’AstraZenica est un groupe pharmaceutique, né de la fusion du suédois Astra et du britannique Zeneca - qui a elle aussi décidé de suspendre l’administration du vaccin, là aussi « par mesure de précaution »

    "C'est rare mais grave, et peut arriver pour de très nombreuses raisons différentes, mais il y a eu un certain nombre de cas où il y a eu un lien, en termes de timing, avec les vaccinations AstraZeneca", a déclaré Tegnell à l'agence de presse suédoise TT.

    «Nous parlons d'environ 10 à 20 cas en Europe sur plusieurs millions de vaccinations.»

    L'Agence suédoise de la santé publique a déclaré qu'aucun cas de caillots sanguins associés à de faibles taux de plaquettes n'avait été signalé en Suède.

    L'Agence suédoise de la santé publique a décidé de suspendre l'utilisation du vaccin covid-19 d'Astra Zeneca jusqu'à ce que l'enquête de l'Agence européenne des médicaments sur les effets secondaires suspectés soit terminée.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Délivrez-vous les vaccins anti-Covid-19 à ARNm sous forme de seringues individuelles préremplies aux médecins, infirmiers… ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK