Vaccin Covid-19 d'AstraZeneca suspendu : que dire aux patients tout juste vaccinés ? - 16/03/2021 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
16/03/2021 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Vaccin Covid-19 d'AstraZeneca suspendu : que dire aux patients tout juste vaccinés ?

DR

La vaccination contre le Covid-19 avec le vaccin d’AstraZeneca est suspendue « temporairement » depuis le 15 mars. En cause, la survenue de nouveaux cas inattendus d'événements thromboemboliques et de troubles de la coagulation dans plusieurs pays européens, actuellement analysés par l’Agence européenne du médicament (EMA).

Dans l’attente, que dire aux patients tout juste vaccinés ? « Les personnes déjà vaccinées n’ont aucune démarche spécifique à accomplir. Elles sont invitées, comme pour toute vaccination, à consulter leur médecin en cas de symptômes signalant un effet indésirable », répond sommairement la Direction générale de la santé dans le DGS-Urgent publié le 15 mars à 21 h. L'institut Paul-Ehrlich, centre de recherche et agence de sécurité sanitaire allemand qui a recommandé la suspension du vaccin d’AstraZeneca pour l’Allemagne, recommande aux personnes ayant reçu ce vaccin et qui « se sentent de plus en plus mal plus de 4 jours après la vaccination - par exemple avec une céphalée sévère persistante et un saignement cutané bien délimité - (de) consulter immédiatement leur médecin ».

« Les événements observés l’ont tous été dans les dix jours qui ont suivi la vaccination, répond le Pr Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale ce 16 mars dans la matinale de France Inter. Donc on peut penser que pour ceux qui ont un délai supérieur, les patients ne doivent pas s’inquiéter. Pour ceux qui ont été vaccinés très récemment, il faut juste être attentif : s’il se passe quelque chose d’anormal, consultez votre médecin, c’est du bon sens. » 

Quant à la deuxième dose, qui doit être administrée 9 à 12 semaines après la première, son sort dépend de l’avis de l’EMA, rendu probablement le 18 mars. En attendant, des livraisons aux injections, tout est suspendu. Pour rappel, les flacons ouverts du vaccin d'AstraZeneca ne se conservent que 48 heures au réfrigérateur.

De quelles thromboses veineuses s’agit-il ?

Le vaccin anti-Covid-19 d’AstraZeneca serait associé à une « augmentation frappante d'une forme spéciale d'une thrombose veineuse cérébrale très rare (la thrombose du sinus veineux cérébral) en association avec un déficit de plaquettes (thrombocytopénie) et un saignement », qui survient « à proximité temporelle de la vaccination », a indiqué l'Institut Paul-Ehrlich, après analyse des données européennes depuis le 11 mars, jour où tout a basculé. Des thromboses « qu’on n’a pas l’habitude de voir dans les embolies pulmonaires “classiques” », résume le Pr Alain Fischer. C’est cette atypie qui pousse les autorités à suspendre la vaccination. Le nombre de cas dans la population vaccinée ne semble pas supérieur au nombre de cas attendus dans la population générale.

« Rien n’indique à ce stade que ces événements sont en lien avec la vaccination, souligne l’ANSM dans un communiqué du 15 mars au soir. Ces événements sont rares. A ce jour, peu de cas ont été signalés en France, dont aucun cas de décès, dans le cadre de la surveillance renforcée mise en place depuis le début de la vaccination. » « Nous sommes toujours fermement convaincus que les bénéfices du vaccin d'AstraZeneca dépassent largement les risques d'effets indésirables », a répété à de nombreuses reprises Emer Cooke, directrice exécutive de l'EMA, lors d'une conférence de presse ce 16 mars. L’agence européenne poursuit les investigations, notamment pour identifier les caractéristiques qui auraient pu augmenter les risques de thromboses veineuses cérébrales chez les patients.



Anne-Hélène Collin

Les dernières réactions

  • 16/03/2021 à 20:45
    roller33
    alerter

    1 - PAYS-BAS :
    Communiqué de presse | 14-03-2021 | 23h00

    Le MEB ( L'Autorité des médicaments )
    conseille aux personnes de contacter immédiatement un médecin si, après une injection du vaccin AstraZeneca, la personne présente à nouveau des symptômes après trois jours, y compris des symptômes inattendus et / ou inconnus, et / ou des taches bleues plus grandes ou plus petites (saignement localisé) dans la peau.

    2 - NORVEGE ( suite )

    13. mars 2021 18:31

    Les personnes vaccinées sont encouragées à contacter un médecin ou un autre professionnel de la santé si elles soupçonnent des effets secondaires graves ou inattendus après la vaccination.
    "S'ils ressentent une augmentation de la sensation de maladie avec plusieurs taches bleues plus de trois jours après la vaccination, ils devraient immédiatement consulter un service d'urgence ou un médecin généraliste", a déclaré Hortemo.

    3 - FRANCE :

    L'INVITÉ DE 8H20 : LE GRAND ENTRETIEN France Inter
    Mardi 16 mars 2021 par Nicolas Demorand , Léa Salamé


    Alain Fischer, pédiatre, professeur d'immunologie et président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, est l'invité du Grand entretien de France Inter.

    extraits : à partir de 4min20s

    LS : Qu'est-ce qu'on a observé ?

    AF : Chez une série de personnes vaccinées, la survenue de thromboses avec des anomalies de la coagulation que l'on an'a pas l'habitude de voir dans les embolies pulmonaires "classiques".

    On entre dans le technique :

    - un manque de plaquettes

    - des anomalies de la coagulation qu'on appelle une coagulation intravasculaire disséminée ( ça parlera aux médecins )

    - une consommation des facteurs de la coagulation qu'on observe dans certaines situations par exemple d'infections graves ou autres.

    Et est-ce qu’il y a des manifestations cliniques ou biologiques qui sortent de l’ordinaire ? C’est plutôt sur cet aspect qu’il y a discussion. Je dis bien “discussion”

    ND : Que dites-vous aux 1,3 million de Français qui ont déjà reçu leur injection d’AstraZeneca ?

    AF : Les événements observés l’ont tous été dans les dix jours qui ont suivi la vaccination. Donc on peut penser que pour ceux qui ont un délai supérieur, ils ne doivent pas s’inquiéter. Pour ceux qui ont été vaccinés très récemment, il faut juste être attentif : s’il se passe quelque chose d’anormal, consultez votre médecin, c’est du bon sens. Au-delà de ça, le nombre d’événements dont on parle est très faible, autour d’une dizaine de cas. C’est tout petit, mais c’est le caractère atypique qui justifie cette attention particulière.

    Tous les scénaris sont possibles.

    Est-ce qu’on détecte un signal qui laisse penser qu’il y a un rapport avec la vaccination ?
    Si c’est le cas, il faut reprendre dans ce contexte l’analyse bénéfice/risque revue et corrigée, au vu de ces connaissances.

    Ensuite, on se demandera s’il faut modifier par exemple les personnes à qui on doit proposer ce vaccin, est-ce que des personnes ne doivent pas le recevoir, est-ce que d’autres au contraire doivent le recevoir, etc."

    Aujourd'hui, on est dans une situation de doute raisonnable scientifique.

    L'INVITÉ DE 8H20 : LE GRAND ENTRETIEN France Inter
    Mardi 16 mars 2021 par Nicolas Demorand , Léa Salamé

    extraits : à partir de 17min10s

    Adrien ( pharmacien ) :

    Je trouve la décision de suspendre le vaccin AZ honteuse.
    Le réseau de pharmacovigilance n'évoque pas plus de risque de thrombose que dans la population générale.
    Cette décision est une décision politique et une perte de chance pour les personnes à risque qui attendent de se faire vacciner.
    Est-ce qu'on suspend aussi la pilule contraceptive ?

    AF : on n'est pas du tout dans le même registre.

    S'il n'y avait ( et c'était la situation telle que je l'ai perçue ce week-end ) que le signalement d'accidents thromboemboliques, d'embolie pulmonaire ou de manifestations de ce type, clairement le nombre de cas n'était pas tel qu'il y ait une alerte.

    C'est le fait qu'il y ait quelques cas très atypiques et troublants qui justifie cette pause , cette réflexion, cette analyse.
    Le temps n'est pas perdu, il est nécessaire pour l'analyse.







  • 17/03/2021 à 15:32
    BREZHONEG
    alerter
    On savait qu'on aurait un "flop" avec la vaccination en pharmacie,vu le fonctionnement en amont,mais avec la suspension AstraZ., nous avons eu 2 flops pour le prix d'un. Comme disait Giscard en 74,je vois la fin de la crise. (eh oui,ça fait 50 ans que les politiques me racontent des carabistouilles,d'où mon immense respect pour eux et ceux qui fonctionnent comme eux ).
    .

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !