Trods sérologiques, pharmacien correspondant : la rémunération plantée  - 10/06/2021 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
10/06/2021 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Trods sérologiques, pharmacien correspondant : la rémunération plantée 

Getty Images/iStockphoto

Coup de tonnerre lors de la Commission paritaire national (CPN) du 9 juin. En dénonçant officiellement la tacite reconduction de la convention pharmaceutique dans un courrier daté du 6 juin, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) gèle toutes les négociations en cours dont celle portant sur la rémunération du pharmacien pour le dépistage prévaccinal du Covid-19 par Trod sérologique. Le sujet a pourtant été évoqué hier mais le tarif proposé par Thomas Fatome, directeur général de la Caisse nationale de l’Assurance maladie (Cnam), bien en deçà des demandes des deux syndicats pharmaceutiques, a été rejeté en bloc par leurs représentants. De toute façon, la décision finale reviendra au ministre de la Santé qui décidera seul du tarif par un arrêté ministériel.

De fait, les autres chantiers en cours, la rémunération officinale et la rémunération du pharmacien correspondant, les nouvelles missions débattues dans le cadre du comité paritaire national des programmes d’accompagnement (CPNPA), telles que la dispensation à domicile, le dépistage du cancer colorectal, l’accompagnement du patient dans le sevrage tabagique, etc. restent en rade. De même, les demandes de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), d’indemnités pour le travail administratif de la vaccination Covid-19 et pour retard de paiement de la rémunération sur objectif de santé publique (ROSP) génériques ont essuyé une fin de non-recevoir.

Le paiement de cette ROSP génériques, en retard depuis plusieurs semaines, échappe, lui, à ce coup d’arrêt de la vie conventionnelle. « L’Assurance maladie nous a indiqué que ce règlement devrait intervenir dans le courant de la semaine prochaine », a indiqué Pierre-Olivier Variot, président de l’USPO, en conférence de presse ce 9 juin.

Une nouvelle convention avant la fin de l’année ?

Une nouvelle période de négociation va donc s’ouvrir, d’au moins 6 mois (eux-mêmes renouvelables 6 mois en cas de désaccord), sans en connaître pour l’instant le calendrier. Pierre-Olivier Variot estime que cette décision « met la profession en grande fragilité » compte tenu que se profilent un projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) de « sortie de crise », les échéances électorales de la présidentielle, ainsi que la menace d’un règlement arbitral en cas d’échec des négociations.

Tandis que l’USPO milite pour un toilettage de l’actuelle convention et sa poursuite par avenants, Philippe Besset, président de la FSPF, met en œuvre le mandat qui lui a été confié et se veut rassurant sur l’agenda des discussions : « La convention est devenue complètement illisible, il s’agit juste d’avancer les négociations sur une période s'étendant de septembre à décembre 2021, alors qu’elles auraient dû s’ouvrir en janvier 2022, compte tenu que la convention se termine le 7 mai 2022. »



François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 10/06/2021 à 22:09
    Jean64
    alerter
    Nous ne serons pas les péripatéticiennes de la CNAM! Non aux pourboires, grève nationale!
  • 10/06/2021 à 23:08
    ouf
    alerter
    très bien , il faut revenir au coeur de métier : le médicament
  • 11/06/2021 à 10:16
    Jeum37
    alerter
    En ce moment, il suffit de réclamer pour recevoir. Le gouvernement déverse des milliards chaque semaine, « quoi qu’il en coûte » !
    Il serait donc peut-être temps de s’inspirer des médecins, qui ne se privent pas pour exiger des augmentations sans contreparties (augmentation de la ROSP quand la nôtre plonge, MG France qui veut passer à 70€ la consultation, nouvelle grille de rémunération à l’hôpital après une prime exceptionnelle l’an dernier, etc.). Sinon, la filière médicament servira comme toujours à financer le déficit de la sécu (honoraires des autres professions de santé compris…) !
  • 11/06/2021 à 11:07
    BREZHONEG
    alerter
    Pour le Pharmacien Correspondant,ça va laisser du temps a ceux qui veulent renouveler de bien relire leur police d'assurance professionnelle.......PS ci joint titre dans Journal International de la Medecine(JIM) ..Covid : la vaccination chez les médecins et les pharmaciens ne décolle pas

    Avec près de 3 millions de doses en stock dans les officines ou les cabinets libéraux, les soignants de ville sont à la traîne par rapport aux centres de vaccination.
  • 12/06/2021 à 07:24
    PF
    alerter
    la convention pharmaceutique était loin d'être obsolète. La dénoncer maintenant c'est tirer une balle dans le pied de la profession. Après le quoi qu'il en coûte, il va être l'heure de faire des économies.
    les promesses électorales de Philippe Besset sont irréalistes.
    De plus, il se base sur ses résultats aux URPS pour dénoncer la convention, alors que ses explications n'ont jamais été données... ce n'était pas dans son programme. Ses électeurs savaient-ils à quoi leur vote les engageaient ??? Je ne le crois pas.
    De plus, il annonce une nouvelle convention effective au premier janvier 2022, ce qui est irréalisable, un minimum de 6 mois entre la signature et son application est légal.
    Là, on risque vraiment de vérifier : on sait ce qu'on perd ( une réforme qui a très bien fonctionné), on ne sait pas ce qu'on gagne ( un règlement arbitral à l'horizon ?).
    Décidément, très mauvais choix de la FSPF. L'avenant 11 est une bonne réforme, il le reconnait, donc pourquoi tout risquer sur un coup de dé ???
  • 12/06/2021 à 17:42
    BREZHONEG
    alerter
    Le bilan des paris risqués est assez imposant ; 1)les entretiens, pour les anticoagulants par exemple, c'est un flop. 2)Là,on se lance a corps perdu dans les vaccinations,avec local special....jusqu'a l'année prochaine, où la vaccination ARNm se fera par spray nasal.(travaux de l'Université d'ORLEANS et d'un institut Agro) Pari risqué, non,.Quand aux télé cabines,a part les grands angoissés comme michel Drucker,......Enfin , le droit de renouveler est une savante manoeuvre pour diviser les Professions Medicales Liberales,,comme les aime la Secu,et qui va surtout plaire aux petites madames pour leur pilule,mais que nous avons deja remplacé en entammant quand il faut une boite a regulariser quand il y aura l'ordo. Bref,depuis 2017, pas terrible tout ça....Enfin ,moi,bientot retaité, ce que je vous en dit..
  • 16/06/2021 à 14:27
    BREZHONEG
    alerter
    Besset annonce un calendrier......Mais avec la Presidentielle, rien ne va se faire. Toujours cette ritournelle si caracteristique du Modele Francais : " y ' faut attendre que...".

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vos équipes sont-elles prêtes à soutenir le mouvement de grève du 30 mai ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !