17/03/2021 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Anne-Hélène Collin

Le Danemark, l’Islande, la Norvège, l’Italie, la Bulgarie, l’Irlande, les Pays-Bas, l’Allemagne, la France, l’Espagne... Plusieurs pays européens ont suspendu temporairement et par précaution la vaccination anti-Covid-19 avec le vaccin d’AstraZeneca. L'Autriche et les Pays baltes ont suspendu un lot.Qu’est-ce qui fait ainsi trembler l’Europe ? Des thromboses du sinus veineux cérébral associées à une thrombocytopénie et des saignements, rares mais graves, qui sont apparues à proximité temporelle de la vaccination par le vaccin anti-Covid-19 d’AstraZeneca. Au 10 mars, 30 cas avaient été rapportés en Europe, dont plusieurs décès, sur près de 5 millions de personnes ayant reçu au moins une dose, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 18/03/2021 à 10:00
    BREZHONEG
    alerter
    Dernieres nouvelles :AstraZeneca : un nombre anormalement élevé de thromboses veineuses cérébrales en Allemagne.(lu dans le JIM ce matin 18-03)
  • 18/03/2021 à 13:08
    roller33
    alerter
    triste actualité européenne...

    1- ESPAGNE ( suite ) : 18/03/2021 06:00

    Les événements thrombotiques survenant chez des personnes ayant reçu la première dose d'AstraZeneca dans plusieurs pays européens, dont l'Espagne, n'entraîneront pas le retrait de ce médicament. Cela a été indiqué par des sources de l'Agence espagnole des médicaments, qui assurent que les enquêtes actuellement menées après l'apparition de trois cas - dont l'un a entraîné la mort - en Espagne visent à savoir si le vaccin a pu provoquer une thrombose et, surtout, s'il s'agit de la chute de plaquettes dans le sang, point commun que présentent les cas détectés jusqu'à présent et qui préoccupe le plus les chercheurs.

    S'il est prouvé que le vaccin en est la cause, l'Agence espagnole des médicaments localisera les facteurs de risque qui prédisposent à l'apparition de ce type de thrombose et la limitation de l'utilisation du vaccin à ces groupes.

    La mort d'une enseignante de 43 ans vaccinée avec AstraZeneca et deux autres cas de thrombose sont étudiés
    Aujourd'hui, l'Agence européenne des médicaments (EMA) rendra compte des recherches menées sur ce vaccin. Si elle décide que la vaccination peut être poursuivie parce que les chercheurs n'ont pas constaté que le médicament était à l'origine de ces thromboses, l'Espagne n'autorisera pas immédiatement son utilisation. La ministre de la Santé, Carolina Darias, a indiqué que cette décision serait adoptée dans un conseil inter-territorial convoqué à cette fin. D'abord, a dit la ministre, il faut voir ce qui détermine l'EMA et ensuite «on décidera». L'Espagne a suspendu l'administration de ce médicament pendant «au moins» quinze jours, a rappelé Carolina Darias.

    La ministère de la Santé, par l'intermédiaire de l'Agence des médicaments, a annoncé hier qu'elle enquêtait sur un décès et deux cas de thromboses survenus chez des personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca.

    Lundi après-midi, deux nouveaux rapports d'effets indésirables suspectés ont été enregistrés dans la base de données Fedra du système de pharmacovigilance. Il s'agit d'une femme de 43 ans victime d'un AVC ischémique avec transformation hémorragique décédée lundi, et d'un autre patient atteint de thrombose veineuse abdominale. Tous deux avaient été vaccinés avec le vaccin AstraZeneca au cours des 16 derniers jours.

    La femme décédée, une enseignante de 43 ans à Marbella, a reçu le vaccin AstraZeneca le 3 mars. Après l'inoculation, l'enseignante a commencé à ne pas se sentir bien (maux de tête et inconfort général), elle s'est donc rendue à l'hôpital de Quirón. Selon Diario Sur, les médecins pensaient que ces symptômes étaient typiques des effets secondaires du vaccin.
    Quelques jours plus tard, le 13 mars, elle est retournée à l'hôpital parce qu'elle continuait à se sentir malade. Ils ont effectué un scanner où ils n'ont rien apprécié de significatif. Mais en effectuant le même test le lendemain, ils ont détecté une hémorragie massive qu'ils ont tenté de drainer lors d'une intervention chirurgicale au cours de laquelle ils ont découvert un œdème (accumulation de liquide dans le cerveau) qui a causé sa mort lundi.

    La femme, mère de deux mineurs, travaillait dans un institut de la Costa del Sol et n'avait aucune pathologie antérieure. Selon le protocole, après sa mort, ils ont effectué un test de diagnostic du coronavirus qui est revenu négatif.

    En parallèle, l'AEMPS a enregistré un autre cas de thrombose veineuse abdominale.

    Les deux cas signalés ce mercredi avaient été vaccinés par injection d'AstraZeneca au cours des 16 derniers jours, indique Health.
    Et ils rejoignent celui reconnu par le ministère ce week-end .
    Ainsi, le nombre de notifications de suspicion d'effets indésirables vraisemblablement liés en Espagne s'élève à trois, sur les 975 661 personnes vaccinées dans notre pays avec AstraZeneca.

    Le Ministère de la Santé explique qu'il s'agit de trois cas d'événements thrombotiques qui, par eux-mêmes, «bien que peu fréquents, peuvent survenir dans la population générale». «Cependant, les trois cas ont la particularité que les événements thrombotiques ont été associés à une diminution du nombre de plaquettes dans le sang. Ce fait peut suggérer une activation anormale du système de coagulation qui serait associée à cette formation de caillots. ce ne sont pas les plus courants », justifie le ministère.

    << L'évaluation de ce type de signes peut aboutir à trouver une cause alternative à l'administration du vaccin ou, si elle est attribuable au vaccin, à des mesures qui tentent de minimiser le risque (par exemple, l'identification des facteurs qui prédisposent à l'apparition de ce type de thrombose et la limitation de l'utilisation du vaccin lorsque ce facteur de risque apparaît). L'AEMPS rendra compte en temps voulu du résultat de cette évaluation », ajoute le ministère.

    2 - ITALIE ( suite )

    A - Naples : 16 MARS 2021 09:15

    Sonia Battaglia est une femme de 54 ans qui a reçu sa première dose du vaccin AstraZeneca (lot ABV5811) le 1er mars.
    Elle a été frappée par une hémorragie interne et une crise cardiaque. Une fois admise aux urgences à l' hôpital de la mer, une thrombose a été diagnostiquée. Sonia Battaglia est maintenant dans un état grave, dans le coma.

    Toute sa famille s'est mobilisée pour la femme de 54 ans. Hier, une vidéo publiée par son frère Antonio Battaglia est devenue virale sur le web. Ce dernier a raconté l'histoire douloureuse qui a frappé sa sœur et lancé un appel aux médecins, aux médias et aux institutions.

    De même, les enfants de Sonia, Raffaele et Mario Conte ont publié un long post sur Facebook . Raffaele lui-même a envoyé un appel vidéo à notre rédaction. Le jeune homme a décrit les souffrances de sa mère et s'est adressé aux médecins qui écoutaient: " Je lance cet appel pour que quelqu'un puisse sauver ma mère et empêcher ce qui est arrivé à d'autres personnes ".

    Ma mère n'est pas morte mais nous avons besoin de l'aide de tout le monde pour que tous les médecins puissent la voir… aidez-nous s'il vous plaît. Ma mère (Sonia Battaglia), une femme de 54 ans qui a toujours été en bonne santé, a reçu, il y a une semaine, le vaccin Astrazeneca (LOT ABV5811), date d'expiration 30.06.2021 responsable de la vaccination: Antonio Coppola, date d'administration 1er mars 2021, 15.05.

    Le lendemain du vaccin, elle allait si bien qu'elle est allée travailler. Deux jours plus tard, elle a eu de la fièvre ( elle a été rassurée par le médecin). Troisième jour, ma mère a commencé à vomir sans relâche, nous avons appelé les secours et elle a été mise sous perfusion pour compenser les pertes hydriques.

    Ma mère dormait tout le temps, ne pouvait pas parler, elle s'est même endormie en parlant. Le 12 au soir, nous avons appelé les secours qui, après avoir vérifié ses signes vitaux, ont refusé de l'emmener à l'hôpital et de la garder sous contrôle.

    Le lendemain matin ,soit hier 13 mars j'ai demandé à ma mère de bouger et de lever sa jambe gauche, elle était convaincue qu'elle pouvait la soulever mais, au contraire, elle était totalement immobile! Je l'ai prise et emmenée aux urgences (Ospedale del Mare à Naples) où elle a été hospitalisée d'urgence pour une hémorragie cérébrale au cours de laquelle elle a également eu une crise cardiaque ... après avoir pu parler aux médecins dans l'après-midi, ils m' ont informé que, dans les deux heures, elle avait eu une THROMBOSE MAXIMALE qui avait envahi tous les organes du corps, une HÉMORRAGIE CÉLÉBRALE et une occlusion de l'aorte causée par une plaque.

    Il n'y a aucun moyen d'intervenir car l'héparine augmente encore les saignements cérébraux ! Je vous en supplie, je vous prie d'intervenir pour que nous puissions avoir d'autres consultations médicales, qui mettent en évidence ce poison qu'ils veulent nous injecter ! S'il vous plaît, je vous demande humblement un coup de main, une famille entière est détruite et si vous pouvez nous donner un coup de main, nous vous en serions éternellement reconnaissants.

    B - Catane : funérailles du soldat décédé après inoculation du vaccin

    Mercredi 17 mars 2021-18: 38

    Beaucoup de monde et d'émotion à Catane à l'occasion des funérailles dans la cathédrale, du sous-officier de la marine Stefano Paternò, 43 ans, décédé lundi dernier 17 heures après l'inoculation du vaccin AstraZeneca dans le service médical de la base navale d'Augusta (Syracuse).

    On comptait de nombreuses couronnes de fleurs lors du rite funéraire, célébré en présence des membres les plus proches de la famille du sous-officier - la veuve Caterina Arena et ses deux enfants - et des chefs de la marine d'Augusta. La sœur du sous-officier a parlé depuis la chaire. La sortie du cercueil de la Piazza Duomo a été accueillie par les applaudissements de la foule qui, au milieu de l'émotion générale, a accompagné un lâcher de ballons blancs.
  • 18/03/2021 à 13:46
    roller33
    alerter
    triste actualité européenne ( suite )

    ITALIE ( suite )

    Naples : 18 mars 2021, il y a 1 heure

    Sonia Battaglia, la femme napolitaine de 54 ans qui avait été hospitalisée peu de temps après avoir reçu le vaccin AstraZeneca, est décédée. Elle avait été hospitalisée, en soins intensifs, à l'hôpital de la mer de Naples avec un tableau clinique dramatique de coagulation intravasculaire disséminée.

    Mauvaise nouvelle aujourd'hui. Énorme douleur pour son mari et ses trois enfants Raffaele, Mario et Lorenza qui vont porter plainte contre X pour faire la lumière sur la cause du décès.

  • 18/03/2021 à 13:49
    ficus
    alerter
    @roller33 : tu travailles pour quel labo ?
    Il y a aussi eu des décès avec pfizer si je me rappelle bien mais pas autant de battage médiatique on a juste dit bah c'est des vieux c'est normal les décès...
    Perso je ne me ferai vacciner avec aucun de ces trucs vite faits mal faits, et tant pis si je ne donne pas l'exemple pour une fois.
  • 19/03/2021 à 11:47
    Phil34
    alerter
    Pour rappel pour info :
    contre indication au vaccin AZ : trouble de la coagulation ( hors anticoagulants et hémophilies) !!!! Ça ne vous dit rien ça ? Le problème serait donc connu ?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Délivrez-vous les vaccins anti-Covid-19 à ARNm sous forme de seringues individuelles préremplies aux médecins, infirmiers… ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK