Tests en officine : les pharmaciens, ces petits chimistes ? - 01/02/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
01/02/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Tests en officine : les pharmaciens, ces petits chimistes ?

Un projet de décret prévoit d’étendre aux pharmaciens d’officine le nombre de tests qu’ils pourront réaliser. Le Syndicat des biologistes (SDBIO) s’insurge contre cette possibilité.
Getty Images

Un décret pourrait autoriser les pharmaciens à réaliser de nouveaux tests dont celui de la syphilis. Un projet auquel s’oppose le SDBIO. Ce n'est pas la première fois que les biologistes sont défavorables à la réalisation de tests en officine. Bis repetita. «  Est-il raisonnable d’improviser ce dépistage au moyen d’un test sur bandelette (immunochromatographie rapide) sur sang total réalisé en pharmacie, alors même que les performances analytiques (sensibilité et spécificité) suivant les différents stades de la syphilis, ne sont pas toujours évaluées et sous la seule responsabilité du fabricant ? », s’interroge le syndicat. Et d’enfoncer le clou : « l’expérience du Covid-19 a montré que des tests réalisés dans de mauvaises conditions, notamment en pharmacie, ont conduit à des résultats erronés et une prise en charge inadéquate des patients ».

Pour le SDBIO, cette décision n’est pas la bonne alors que le dispositif de dépistage des IST (infections sexuellement transmissibles) sans ordonnance, comprenant le dépistage de la syphilis, est en passe d’être généralisé en laboratoire de biologie médicale pour toutes les personnes de moins de 26 ans. Et de demander : « Si un dépistage de la syphilis « à la carte » est autorisé en pharmacie, pourquoi ne pas l’envisager également en laboratoires dont l’accessibilité est tout aussi importante que le réseau de pharmacies ? »

Le syndicat s’est donc prononcé, dans le cadre de la Commission nationale de biologie médicale, contre l’extension du dépistage de la syphilis en pharmacie d’officine.

Et de conclure : « Pour un même examen, une même situation clinique de demande de dépistage, la dualité de la biologie médicale devient évidente et de plus en plus insupportable : des exigences de haut niveau de qualité pour les laboratoires et un niveau petit chimiste pour d’autres ».



Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 01/02/2024 à 20:09
    Rixtou
    alerter
    Où va t’on avec toutes ces déréglementation? C’est quoi le projet? On détruit tout et on reconstruit ? C’est quoi l’intérêt du patient?
  • 01/02/2024 à 20:16
    ouf
    alerter
    l'objectif de cette déreglementation : la médecine low cost
  • 02/02/2024 à 06:43
    Ratanhia
    alerter
    En même temps , tout et son contraire .
  • 09/02/2024 à 14:22
    Dante
    alerter
    L'intérêt Rixtou est d'apprendre aux pharmaciens à vivre sans le médicament (car celui ci sera bientôt sur internet avec le projet de loi) et de nous donné plein de petites missions à quelques euros pour nous permettre de faire faillite moins rapidement

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !