Tests antigéniques : prix en chute libre dès le 15 février - 11/02/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
11/02/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Tests antigéniques : prix en chute libre dès le 15 février

Les modalités et le timing de la baisse sur les tests antigéniques (TAG) font grincer des dents les syndicats des pharmaciens d’officine qui sont actuellement en pleine négociation de la nouvelle convention pharmaceutique.
I-Stock

Autant Thomas Fatôme, directeur général de la Caisse nationale de l’Assurance maladie (Cnam), a annoncé la baisse des prix sur les autotests - à 3,35 € le mardi 15 février, soit le jour de l’arrêt de leur vente en grande distribution, puis à 2,90 € à partir du 15 mars prochain - autant il avait jusqu’ici entretenu le flou et le suspense sur celle des tests antigéniques (TAG). « La baisse sera drastique, le test (actuellement au prix de 25,01 €) passera à 20 € le mardi 15 février, puis à 15 € le mardi 15 mars », a annoncé Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), lors de son point d’information hebdomadaire. Sans aucun commentaire. L'attitude impassible de la FSPF à l’annonce d’une baisse de 40 % de la rémunération des TAG provoque l’ire de Pierre-Olivier Variot, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), fermement opposé à cette diminution tarifaire. En réponse à la réaction de colère et à l’incompréhension de l’USPO, Philippe Besset rappelle qu’il s’est fixé pour principe depuis le début de la crise sanitaire de ne pas discuter, négocier ou contester les tarifs décidés par les pouvoirs publics à propos des missions confiées au pharmacien dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. « Les syndicats pharmaceutiques sont informés de ces baisses dans le cadre d’une réunion de concertation avec l’Assurance maladie, la décision est unilatérale et relève du ministre de la Santé », précise-t-il. Dans le même temps, « la baisse prévue pour les tests RT-PCR réalisés par les laboratoires de biologie médicale est de 11 % », relève Pierre-Olivier Variot. Et de condamner « une différence de traitement entre les pharmacies et les laboratoires particulièrement injuste et discriminatoire. »

Les pharmaciens se sentent floués

« Cette diminution ne reconnaît pas le travail accompli par les pharmacies depuis près de deux ans ; elle ne leur permettra plus de s’organiser dans de bonnes conditions pour dépister, diagnostiquer et annoncer le résultat aux patients », avertit Pierre-Olivier Variot. Dans la mesure où le prélèvement nasopharyngé est à 9,60 € et le matériel à 5 €, il restera 0,40 € de rémunération après le 15 mars, « autant dire rien pour rémunérer la valeur du diagnostic, la responsabilité du professionnel de santé, l’enregistrement du résultat, le temps passé pour ces différentes tâches, et payer nos protections individuelles, reprend le président de l’USPO. Cette baisse est humiliante pour le pharmacien qui est traité comme un simple commerçant. » Il craint, qu’à très court terme, cette décision ne décourage les pharmacies de s’investir dans le dépistage du Covid-19. Car, avec l’effondrement des volumes de TAG, la baisse de marge du pharmacien va être sacrément amplifiée !

Autotests remboursés et non remboursés : ce n’est pas le même prix !

Pour les autotests en vente libre, sans prise en charge par l’Assurance maladie, la direction générale des entreprises a indiqué aux syndicats pharmaceutiques que le prix limite de vente de l’autotest pourrait être détaché du nouveau prix remboursé. Le pharmacien pourrait donc contenir un peu l’impact des baisses des prix par un delta de marge préservé sur les ventes OTC. En revanche, pour les autotests remboursés, ce prix limite de vente ne pourra pas être appliqué, évitant ainsi un reste à charge pour le patient.



François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 11/02/2022 à 19:41
    cabernet
    alerter
    C'est vraiment incroyable ...nous allons boire le calice jusqu'à la lie ! et moi je vais arrêter de cotiser à FSPF !
  • 11/02/2022 à 19:56
    pcf
    alerter
    tant mieux ! déjà faire des trous de nez pour aller boire le café , ou sortir , et que ses même personnes ne sont pas vaccinées, ç'est gonflant de voir tout le fric foutu en l'air .à 25.01 c'était encore trop , cela aurait du être 50 euros pour les non vaccinés et 15 euros d'emblée pour le remboursement et une quantité mini , un quota .on verra les plus motivés pour assurer cette mission , adieu les affairistes de tout poil car ça va nous retomber sur le coin de la gueule avec une vague de déremboursement massive ... les non vaccinés chez moi seront tarifiés à 25.01 euros
  • 11/02/2022 à 20:23
    OJF
    alerter
    Dommage que le prix de l'essence ne suivent pas la même direction ! Il suffirait de baisser les taxes pour le faire baisser comme le prix de remboursement des tests antigéniques.
  • 11/02/2022 à 20:40
    SOLDATINCONNU
    alerter
    Les pharmaciens engagés qui testent eux-mêmes dans leur officine à raison de 16 ou 17 en moyenne et ayant acheté et stocker des boites de tests vont payer cher leur dévouement. Les médecins et autres testeurs ne risquaient rien, les tests étaient et seront toujours pris en charge.Le pharmacien va se retrouver avec des tests et des autotests sur les bras. Il faudrait , par équité, l'indemniser en rachetant son stock.par l'état!. L'immense majorité de pharmaciens de proximité, découragée et méprisée, va arrêter de tester à partir du 15 mars et laisser toute la place aux affairistes et le PCR aux labos dont le prix est le double du TAG. Le pire, c'est qu'on donne raison aux pharmaciens qui ne vaccinaient pas et qui , surtout,ne testaient pas non par manque de personnel mais par peur de stocker et par peur de perdre des clients classiques.
  • 11/02/2022 à 20:57
    Farmassien63
    alerter
    Allez, franchement,le prix de 25.01 était exhorbitant,la marge énorme.Les titulaires incitent même les patients à se faire tester....au cas où.....Il y a eu franchement beaucoup beaucoup de tests inutiles..mais pas pour tout le monde.....limite de la déontologie.On a vu la limite du pharmacien prescripteur....
    Fermez les vannes.....
  • 12/02/2022 à 07:22
    SOLDATINCONNU
    alerter
    A "farmassien63"
    Puisque c'est si rentable que ça on vous laisse la voix libre : Ne pas oublier de stocker les boites achetées et payées immédiatement, poser les questions nécessaires ; symptômes, justificatifs divers, prélèvement après désinfection , en attendant les 15 minutes il faut facturer à la sécu si carte vitale mise à jour, se connecter au SIDEP et remplir tout le questionnaire , noter le résultat , imprimer le certificat , expliquer ensuite les démarches à suivre. Tout cela dépasse largement les 20 minutes et pendant ces opérations chronophages , on laisse attendre des personnes avec ordonnance, répondre aux multiples appels téléphoniques pour les tests . Je parle d'une pharmacie normale et non des pharmaciens qui délèguent à des sociétés avec barnum et tout le tralala qui fournissent tout .
    C'est évident que vous ne testez pas alors on tire sur ceux qui font ce travail à votre place en vous laissant philosopher sur les probiotiques ou autres fumisteries plus propres et sans risque d'engager sa responsabilité professionnelle comme la vaccination ou le dépistage.
  • 12/02/2022 à 07:37
    Farmassien63
    alerter
    Tout faux,je teste et je vaccine et je maintiens la limite déontologique du pharmacien prescripteur....trop d'abus.
  • 12/02/2022 à 09:22
    ouf
    alerter
    le prix des autotests à bien baissé chez les fournisseurs donc on répercute à la vente .
    le business des barnums va en prendre un coup !!
    par contre les baisses de prix publique sur les médicaments ne sont pas toujours accompagnées de baisse de prix a l achat !
  • 12/02/2022 à 10:38
    idiotduvillage
    alerter
    ouf ce que vous affirmez sur les baisses de prix public des médicaments remboursables est totalement faux, la baisse des prix est toujours accompagnée d'une baisse du prix d'achat dans le cadre du système réglementé que nous subissons.
  • 12/02/2022 à 12:53
    Arol29
    alerter
    Scoop, dans un an nous ne ferons plus de TAG.
    Tout a une fin, et celle ci n’est pas franchement désagréable.
    La vraie bataille c’est la convention
  • 13/02/2022 à 12:57
    cpvxo
    alerter
    Tous le monde c est gavé avec les test. Trop d abus. Il été temps que ça s arrête.
  • 14/02/2022 à 01:42
    Olivez
    alerter
    Je pense que les pharmaciens sont les seuls à être heureux de la baisse du prix d’un produit qu’ils proposent ... haha sacré mentalité :) du moins cela vient souvent de ceux qui sont jaloux de ne pas avoir pu réellement profiter du système , pour rappel tout est business et les vaccins dès Labos en sont les plus grands représentants
  • 14/02/2022 à 05:57
    bigotpreameneu
    alerter
    Pour les avocats qui se mettent "spontanément" (coucou les gars) à lire ce blog des caissiers de la santé : rappelez vous d'augmenter vos honoraires face à tout pharmacien / médecin français (ou de refuser de prendre leurs dossiers).

    N'oubliez pas aussi que le pharmacien moyen ne connait pas la forclusion

  • 14/02/2022 à 11:07
    BREZHONEG
    alerter
    Chez nous ,quand un prix change, c'est toujours à la baisse, que ce soit pour les medicaments ou pour autre chose.Grace au duo infernal CEPS+SECU, l'nflation n'a pas droit de cité dans les discussions economiques . Resultat: ruptures de livraisons, ruptures dans la production de matieres premieres (.. de medecins, d'infirmier-e-s,etc, dans les hopitaux..).On a chiffré ce que les menages ont économisé (bien obligés..)pendant la Covid,mais les ruptures font aussi faire des economies à la Secu et aux complementaires, et à leurs budgets financés par des cotisations non touchées puisque calculées et 'indexées sur les salaires et non pas sur les demandes de remboursements.
  • 15/02/2022 à 11:14
    Jc49.
    alerter
    15 février et toujours aucune nouvelle de la sécurité sociale ou de nos syndicats concernant le prix à facturer!
    C’est passé au journal officiel ou pas ?
  • 15/02/2022 à 13:58
    Jc 49
    alerter
    Encore une fois nos syndicats prouvent qu’ils ne servent à rien
    Face à la baisse des prix arrêtons de rentrer les tests négatifs sur sidep pour une rentrer que les positifs
    Nous gagnerions du temps et continuerions à jouer notre rôle de professionnel de santé
  • 17/02/2022 à 11:40
    ouf
    alerter
    @duvillage pour comprendre regarde la prochaine baisse de prix de l'ésomeprazole , rabéprazole
  • 17/02/2022 à 12:24
    idiotduvillage
    alerter
    ouf la prochaine baisse de prix de l'ésoméprazole est bien accompagnée d'une baisse du prix d'achat des princeps et d'une perte de marge de 8 cts

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !