23/10/2020 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Matthieu Vandendriessche

Syndicats de pharmaciens et Assurance maladie sont parvenus à un accord cette semaine : le tarif d’un test antigénique est fixé à 34 euros, comprenant le coût du test lui-même et de l’équipement, le prélèvement, la réalisation du test et la restitution du résultat au patient, son enregistrement éventuel sur la plateforme Sidep. Une somme forfaitaire de 300 euros sera versée aux officines qui, à la fois, réaliseront des tests et les distribueront aux médecins et infirmiers, précise Gilles Bonnefond, président de l’USPO (Union des syndicats de pharmaciens d’officine). « Ce forfait dit d’amorçage pourrait être déclenché après la réalisation d’une vingtaine de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 23/10/2020 à 21:45
    Laura78
    alerter
    Comment allons nous être formé à ses test ?
  • 24/10/2020 à 07:14
    Casquette
    alerter
    D après les premières informations glanées ici et là, il existe des formations en ligne.

    Pour rappel, seuls les docteurs en pharmacie pourront réaliser ce test au complet c est a dire prélèvement + test.

    Les pharmaciens, titulaires et assistants, les étudiants de médecine, pharmacie et les préparateurs pourront remplir la nouvelle fonction de prélever sous condition d habilitation , d accord de ceux ci infispensable pour la réalisation de cet acte hors du champ conventionnel ( notamment la rémunération lié au risque pour ce virus aérien qui fait autant de morts chez les soignants et leurs proches comme l a rappelé notre président dernièrement ) et sous responsabilité du pharmacien.

    Un ou deux preleveurs a équiper , a former, pour cette tâche unique .

    Ce qui me surprend c est que les syndicats semblent avoir aucunes idées organisationnelles ni aucunes idées de comment les labm se mobilisent pour les réaliser.

    Leur local est séparé du reste des autres locaux avec purificateur d atmosphère pour éviter les risques de contaminations de leurs collègues et des autres patients de tests.

    Les médecins ne sont déjà pas chauds pour accueillir des patients avec pathologies ORL sans test covid préalable.

    Je pense que la participation a ce genre d opération a la place des pouvoir publics pour gérer une crise non par manque de test au début de l épidémie mais une absence totale d organisation, de logistique,, d anticipation de scénario et de mise en place de mesure de gestion de crise sur les quelques mois disponibles depuis la fin du confinement par.nps gouvernants et décideurs politiques

    D autre part, d un point de vue purement organisationnel, j aimerais comprendre l anticipation de nos syndicats sur la gestion de ce test a hauts risques ( suffit de voir l équipements indispensables pour le réaliser pour s en rendre compte ).

    -Prise de rdv par tel ( numéro dédié ?) Par combien de personnels quand les labos disposent de plusieurs personnes pour cela et leurs tarifications.

    - gestion unique d accueil de testés ? pour ne pas aggraver la situation sanitaire en mélangeant patients parfois âgé a haut risque avec personne asymptomatique voire symptomatique a l' unité ( individuellement )

    - risque d appauvrissement et sûrement perte de clientèle profonde pour les pharmacies volontaires qui seront désignées comme des lieux a risques par leurs propres patients comme le sont actuellement les cabinets médicaux et leurs salles d attente.

    - risque professionnel élevé comme si le recrutement et l intérêt pour les jeunes pour nos professions pourraient être intéressé a risquer de contaminer leurs propres proches pour compenser des mesures publiques insuffisantes de prélèvements.

    Donc, nos syndicats ont ils prévu le coût humain de cette opération ou ont ils juste vu un coup de main a donner avec une forte marge pour la réalisation de ces test.

    La vie n a pas de prix c est ce que disait notre président en mars.

    Combien valent nos vies largement sollicités a rémunération totalement égales a celles perçus normalement. ?

    Je ne m attends pas a des réponses, les articles ici et l absence de "plan" maintes fois décrites par les syndicats parlent d eux même.

    Juste qui assumera ces responsabilités a la place de l état ? Et qui si il a une conscience arrivera a vivre avec l idée d avoir suicidé ces patients, ses personnels, ses propres proches ?




    -
  • 24/10/2020 à 07:41
    Assistpharma
    alerter
    Bonjour je trouve qu'il est dangereux de réaliser les tests dans les pharmacies pour toutes les raisons décrites précédemment. Devons nous installer une tente sur le parking ? POURQUOI ne pas augmenter les capacités des drives ? Bon courage à tous
  • 24/10/2020 à 10:13
    pasdupe
    alerter
    Dans les officines volontaires, les assistants, les étudiants de médecine, pharmacie et les préparateurs seront donc envoyés au casse pipe alors que le titulaire étudiera dans son bureau
    l 'évolution de son chiffre d affaire...Honte aux syndicats et groupements.....
    .
  • 24/10/2020 à 11:52
    Czentovich
    alerter
    Dans mon officine on va le faire et c'est moi, le titulaire, qui va s'en charger!

    Arrêtez de taper sur les titulaires ce n'est pas le sujet, si vous n'êtes pas content de votre patron changez d'officine
  • 24/10/2020 à 14:21
    posolimited
    alerter
    Chez moi également !
    Vaccinations , tests sérologiques et tests antigéniques à venir pour le titulaires 90% et l'assistante 10% quand il n'est pas là ...c'est de notre responsabilité et autour de moi c'est la même chose . Il est passé le temps ou le titulaire passait le soir mettre à zéro le compteur de la caisse ! Et s'il en existe encore effectivement il a intérêt de surveiller son CA .
  • 24/10/2020 à 15:03
    jf
    alerter
    Je suppose que vous serez très joli ( toute la journée ?) avec charlotte, masque ffp2, surblouse pour assurer ce service pendant que votre personnel délivrera ( sans surveillance ,?), les ordonnances... Ferez vous aussi la désinfection des locaux après chaque prélèvement ?.....C'est effectivement beau et facile de pouvoir se reposer sur du personnel , ce qui exclu du dispositif 40% au moins des pharmacies (avec locaux non conformes et 0 ou 1 assistant partiel ) .. à moins que l'on ne respecte pas les gestes barrières, protections des patients et personnels pour pratiquer à la va vite cette activité rentable...pour le moment.... bons tests
  • 24/10/2020 à 15:05
    jl
    alerter
    PS : et bonne contamination..
  • 24/10/2020 à 15:15
    jl
    alerter
    Ps : BRAVO POUR LE COMMENTAIRE DE CASQUETTE qui prouve que certains ont encore un peu de libre arbitre et se posent les vraies questions sur notre gouvernance des " y a qu'a , et faut qu'on "...
  • 24/10/2020 à 15:35
    Czentovich
    alerter
    Je suis d'accord avec vous au sujet des locaux et nombre d'employés qui excluent beaucoup de pharmacie.

    Le fait d'être joli en combinaison et le matériel nécessaire (que je porterai) je m'en tape un peu.

    Ce que vous ne savez pas, c'est l'agencement de ma pharmacie. Nous avons deux entrées différentes, 3 salles pour diagnostics/dépistage/vaccinations/confidentialité donc largement de quoi organiser ces tests.

    Le personnel ne sera pas "sans surveillance" car il y aura un 2ème pharmacien et de plus nous comptons organiser ces tests sur le temps du déjeuner pour commencer.

    Notre métier évolue et nos missions aussi, il va falloir pour beaucoup agencer ses locaux. Si vous voulez pousser des boîtes toute votre vie c'est votre choix et je respecte ça. Mais ce n'est pas une raison pour dénigrer les autres
  • 24/10/2020 à 16:23
    pasdupe
    alerter
    5000 laboratoires d analyse en 2008 , moins de 900
    aujourd 'hui...Idem bientôt pour la pharmacie..
    Mr Czentovich , ne soyez pas si pressé , vous représentez clairement la pharmacie du futur et je vous en félicite ...

    Je suis voué comme tant d autres à la disparition ,grâce à "l'évolution " de la profession initiée par nos syndicats et les grands groupements visiblement de votre bord..

    Un pousseur de boites.. admiratif
  • 24/10/2020 à 17:29
    Czentovich
    alerter
    La dispensation des ordonnances reste et restera mon activité principale! En plus j'adore cette partie de notre profession.

    Aujourd'hui les labos ne sont pas assez nombreux ou n'ont pas les capacités pour assurer tous les tests j'y suis pour rien. Ce n'est pas une question d'être pressé, on nous propose de participer à une mission de santé publique dans des conditions sanitaires urgentes, à vous de l'accepter ou non!

    Si vous n'avez pas les capacités ou la volonté de le faire, je respecte votre choix contrairement à vous, arrêtez de dénigrer ceux qui ne pensent pas comme vous.

    Et je ne suis d'aucun bord...
  • 24/10/2020 à 19:59
    rab74
    alerter
    ré agencer en ouvrant un 2eme accès, quand on est locataire des murs, c'est....tendu! c'est une activité totalement différente de nos attributs standards, y compris nouvelles missions, un métier différent. pour bien faire, il faudrait consacrer une journée à cette activité et rien d'autre, pour éviter tout risque croisé avec des patients immunodéprimés et autres personnes fragiles. Evoluer, oui bien sûr, mais pas n'importe comment. demandez à un boucher de vendre des couronnes funéraires, même après une petite e-formation, vous serez étonnés de la qualité du service! autant les bilans de médications, le suivi cancero, diabeto etc me semblent judicieux, autant cette activité de testing me semble hors champ! ceci dit, je veux bien consacrer une partie de mes loisirs à aider les centres de dépistages (enregistrements, orientation, explications aux patient), sans mettre mon équipe et mes patients en exposition maximale.
  • 25/10/2020 à 06:13
    Sidonie
    alerter
    Trente ans que les gouvernements cherchent à remplacer des professionnels par d'autres, à réduire le système de santé à sa portion congrue. Bref ce qui était prévisible est arrivé, le bordel complet.
  • 25/10/2020 à 11:04
    essentielle
    alerter
    Moi j’ai entendu que devais se former avec des personnes qu’on connaît qui le font .
  • 25/10/2020 à 11:08
    essentielle
    alerter
    Il y a la destruction des blouses qui a un coup . Les labos payent pour cela .
  • 26/10/2020 à 09:42
    Casquette
    alerter
    Bonjour tout le monde.

    Je ne critique pas les propositions des syndicats et groupements pour participer a la lutte du covid et participer dans les régions qui souffrent de desertification médicale a des missions complémentaires pour compenser l absence de propositions et plan depuis 30 pour traiter ces dossiers ( ce qui revient à dire que ne suis pas dupe que cette absence ne soye pas justement un plan mis en place )l.

    Je demande juste a réfléchir comme dans nos quotidiens nous le faisons entre bénéfices et risques.

    Les propositions pour assurer un maillage national de test covid semble une bonne proposition pour d autres types de dépistage mais ce n' est pas notre travail.

    Que certains aient fait pharmacies officine alors qu ils voulaient être médecins, travailler dans un labo ne doit pas occulter le fait des choix de la majorité des officinaux qui acceptent le risque limité de contamination saisonnière ( virus, grippe, gastro...) Tout en réalisant leur fonction principale :
    le contrôle de délivrance des traitements médicamenteux et l encadrement professionnel, lutte contre les auto medications des populations.


    Sur le sujet, des prélèvements, l' état nous a confié les emmerdes des masques a distribuer, organisé, planifié, gérer les relationnels et faire les intermédiaires pour gagner du temps et jouer les tampons.

    Comme si l URSAFF ne connaissait pas les adresses de tous les professionnels de santé et l état ne pouvait remplir cette mission logistique .
    Ils l ont bien fait pour distribuer des masques gratuits aux populations fragilisées beaucoup plus nombreuses que les cabinets.

    De la même manière, l état dispose de structure vide dont les murs leur appartient ( ancien hôpitaux, postes, annexes de mairie, roulotte itinerante de dépistage diverses ) .

    Ils peuvent rouvrir certains pour faire de l hospitalisation ou effectuer plus de prélèvements en augmentant le nombre de preleveurs dans des conditions plus optimales que nous pour la majorité.

    Les pharmaciens ont acquis le droit de faire des prélèvements depuis plusieurs semaines en externe et peuvent si ils le souhaitent le faire de manière bénévole pour cette cause ou rémunérés selon leur motivations.

    Ce n' est pas a nous de proposer des alternatives aux manquements et décisions prises par l état , involontaires si incompétences, volontaires si rentre dans leur perspective du plan cité plus haut ) et encore moins de mettre en péril nos et vos vies .

    Les kiné, les médecins ont besoin de ces test mais l état ne peut pas les livrer comme pour les masques.
    Ils peuvent pre commander 600 millions d euros d un vaccin covid toujours pas dans les tuyaux et pas capable d assurer la logique des moyens pour ralentir la progression du covid.

    La question n est pas de savoir si nous ne sommes pas content de changer de titulaire, c est de changer de professions et accélérer le processus de déclin du système officinal, pour ne pas être obligé d assurer ce qui est un des points du symptôme de psychopathes : ne pas se soucier de sa propre santé et de celles de ces proches.
    La profession de foi de notre métier en somme.....
  • 26/10/2020 à 09:57
    Casquette
    alerter
    Pourtant des solutions évidentes existent pour infléchir la progression, agir de manière organisé pour effectuer les test de population avec nos moyens actuels tout en conservant nos modes de vie et de loisirs qui sont un des buts de la réalisation du travail récompensé par le salaire.

    Si l'état avait anticipé autrement qu au jour le jour comme relatait notre ministre de la santé et profité de notre connaissance terrain et experiences accumulé depuis des mois , contrairement a eux apparemment au vu de la perte de contrôle du covid.

    L état n a pas pour but de chercher à se déresponsabiliser sur des enjeux cruciaux en responsabilisant des tiers puis a les culpabiliser en les montrant du doigts comme les bouc émissaires.

    Et nous, nous ne voulons pas être des victimes collatérales pour des ambitions personnelles et motivations pécuniaires de tiers ( qui souvent par leur âge, leur âge se trouveront excusé de cette activité )
  • 26/10/2020 à 10:05
    Casquette
    alerter
    Certains peuvent encore user de démagogie en ressassant les discours de Calimero et les tirades d arpagon, jouer les victimes fortuites et se plaindre de tout faire pour assurer leurs missions de chefs d entreprise, de professionnel de santé qui ont oublié leurs serments , et distribuent de belles paroles .

    Par contre, les actes hormis déjeuner dans des reunionites sans fin, valoriser leur ego de baselow , et juger plus important d être considéré comme important en oubliant que quelque soit le trône, nous ne restons assis que sur notre derrière, nous en voyons peu pour faire évoluer la profession dans son exercice réel et initial et les valoriser pour être aussi attractif que nos voisins européens et américains.
  • 26/10/2020 à 10:26
    Casquette
    alerter
    Merci rab74 et pour répondre à czentovich:

    Oui, on nous propose de participer a une mission publique sanitaire désordonnée sans réel moyen ou avec un coup d investissement long terme pour la mener a bien dans des conditions normales.


    900 labm et combien de preleveurs ?

    Augmenter les preleveurs !

    Ce n' est pas une question de locaux , c est justement une question de preleveurs dans le contexte stratégique choisi par la France ( unique en son genre pour être original et peu efficace) .

    Conséquences: si nous 'e desinfectins pas les locaux tous les soirs, transformer le soir vos personnels en équipe de nettoyage et de purification ( encore une belle mission a notre portée), nous serons coupables d avoir accélérer la propagation du virus.

    Ceux qui ont les structures adéquates et l engagement, je vous félicite pour cette participation , pas vraiment utile car il faudrait que le but soit différent de celui actuel .
  • 26/10/2020 à 15:34
    tnttnt
    alerter
    Alors les tests sanguins ne peuvent être faits que par des pharmaciens, c'est un scandale on méprise les préparateurs.
    Les tests antigéniques peuvent être réalisés par les préparateurs, c'est un scandale, on les "envoie au casse pipe" pour reprendre l'expression utilisée.
    Je ne dis pas que tout est parfait mais à quel moment vous allez arrêter de râler ?
  • 28/10/2020 à 15:09
    BREZHONEG
    alerter
    De toute façon , ça sera comme d'habitude : penurie -en Mars Avril, de masques et de gels , en Octobre, de Vaccins grippe et donc en Novembre ,ce sera de tests.Bon confinement les amis !

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Souhaitez-vous vacciner la population contre le Covid-19 dès le début de la campagne ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK