13/09/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

Alors que les actes de téléconsultation seront tarifés à partir du 15 septembre, les syndicats de pharmaciens et l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (UNCAM) ont lancé mercredi 12 septembre les travaux sur la télémédecine.  Cette réunion a permis d’effectuer un premier tour de piste afin de déterminer le champ d’intervention des pharmaciens. « Nicolas Revel, directeur de l’UNCAM, propose que la pharmacie puisse être un lieu de télémédecine comme établissement requérant dans le cadre d’une téléconsultation en appui du patient, rapporte Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Dans ce cadre, le pharmacien aurait un ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 13/09/2018 à 16:40
    BREZHONEG
    alerter
    4 QUESTIONS/ 1) investissement dans la cabine de télé medecine,combien de dizaines de milliers d'euros?2)location a d'autres?
    3)Disponibilité pour le rendez vous imposée par qui?le medecin?le pharmacien?le malade ?
    4) Le travail d'assistant du medecin, c'est plutot celui de l'infirmier(e). Les cabinets infirmiers reclameront ils aussi le droit d'investir dans la télé medecine?Ca va mettre une bonne ambiance entre professionnels, ce qui sera tres bon pour la Secu: diviser pour regner!
  • 14/09/2018 à 09:25
    MAURICE
    alerter
    autre question: comment financer de tels investissements, dans les déserts médicaux, avec des pharmacies en perdition?
  • 15/09/2018 à 11:10
    BREZHONEG
    alerter
    De toute façon , ce n'est pas le materiel ou les maisons medicales qui manquent , ce sont les generalistes pour s'en servir.Et le temps passé devant la camera sera le meme (ou meme plus long), donc le medecin ne pourra pas passer plus de malades qu'en contact direct. Contact direct qu'il ne pourra plus avoir avec ses malades du voisinage,pendant qu'il est en ligne avec ceux qui sont a 200km. Bref , peut etre beaucoup moins la panacée qu'on ne le croit.
  • 17/09/2018 à 13:35

    alerter
    Autant que le Pharmacien ne soit considéré pour la population comme un acteur de plus dans la santé et non simplement celui qui «  leur donne » le boites de medicaments « bombons pour beaucoup d’entre eux gratuits » et qui traduits leur ordonnances , car évidement le temps de pharmacien et gratuit et non pas celui du médecin, et un temps record car les clients sont pressés ...autant que le pharmacien ne soit t-il valorisé et respecté d’abord par le pouvoir politique et d’apres par la population, le pharmacien ne pourrait-il montrer ses 6 ans d’études et avec compromis ses connaissances en directe .
    Alors pour la télé pharmacie ... j’ai beaucoup de doutes .

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vaccinez-vous plus de patients que ce à quoi vous vous attendiez ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK