14/03/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
LIT, Matelas Pixabay

Alors qu’il est en croissance constante en raison de la prévalence des maladies chroniques, du vieillissement de la population et du développement du « virage ambulatoire », axe fort du projet « Ma santé 2022 », souhaité par le gouvernement, le secteur de la prestation de santé à domicile doit s’adapter, lui aussi, à un contexte budgétaire contraint. Lors de la 6e édition des Rencontres de la santé à domicile qui s’est tenue mardi 12 mars, Charles-Henri des Villettes, Président de la Fédération des prestataires de santé à domicile (PSAD), a rappelé les économies insoutenables prévues pour l’ensemble de la profession, au titre de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) 2019. En effet, pour cette année, l’Etat attend de ce secteur 150 millions d’euros d’économies sur les prestations et dispositifs médicaux délivrées aux patients (+ 50 % par rapport à 2018). Un coup de chaud tarifaire subi également par l’Union nationale des prestataires de dispositifs médicaux (UNPDM) et leurs membres dont les pharmaciens d’officine. Ces deux organisations, regroupant des acteurs concurrents sur le marché du maintien à domicile, sont devant un vrai paradoxe. 

A l’occasion de cette journée, la Fédération des PSAD a renouvelé sa demande aux pouvoirs publics que les PSAD soient reconnus comme des acteurs de santé à part entière, et même des acteurs essentiels de la prise en charge à domicile, en complémentarité avec les autres acteurs de santé (médecins, pharmaciens, infirmiers…). Mais aussi qu’ils soient valorisés comme tels, et que cette reconnaissance se traduise par des modifications législatives et réglementaires. Pour arrêter avec les économies drastiques, elle souhaite mettre en œuvre avec les autorités de nouveaux modes de régulation et développer, là où c’est possible, les mécanismes de paiement à la performance en substitut d’une régulation par des baisses tarifaires. 

Les PSAD comme les pharmaciens revendiquent d’être parties prenantes de la transformation du système de santé, mais sont-ils prêts à travailler ensemble, dans le cadre d’une interprofessionnalité acceptée au service du patient à domicile ? C’est une autre histoire.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 15/03/2019 à 08:00
    rab74
    alerter
    payement à la performance? Quels critères pour les patients en toute fin de vie perfadom par exemple? leur décès étant inéluctable, quelle évaluation? Il y a risque de ségrégation des patients (comme ça s'est vu dans l'enseignement pour avoir de bons résultats d'établissement). il faudrait surtout une chasse impitoyable au gaspi si j'en juge par ce qu'on nous rapporte en matériel non utilisé, et ça passe aussi par une formation des familles accompagnantes (protocoles, identification et entretien basique des appareils, restitution de ceux ci au lieu de les balancer à la benne....)

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Comprenez-vous que les pharmaciens de la grande distribution souhaitent que l’Ordre crée un collège des salariés de la distribution ?




Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK