17/04/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
cendrier, cigarette, mégots, pharmacien, sevrage Pixabay

Lors du débat «  Services, conseils et prestations : lesquels privilégier en 2019 ? », organisé par Le Moniteur des pharmacies le 31 mars pendant le salon PharmagoraPlus, le sujet du sevrage tabagique a été abordé à travers la mise en place d’entretiens spécifiques. « Nous sommes aujourd’hui dans une dynamique où le remboursement conduit à une très nette accélération du recours aux substituts nicotiniques. Jusqu’à présent, nous avons toujours marqué une limite à la question de savoir si celui qui dispense peut prescrire », déclarait Nicolas Revel, directeur général de la Cnam en janvier dernier au Moniteur des pharmacies. Les pharmaciens sont-ils légitimes pour réaliser des entretiens de sevrage tabagique ? Ne sont-ils pas alors « juges et parties » en conseillant des substituts nicotiniques et en les vendant ? « On entend cet argument, mais il y a eu des précédents, répond Carine Wolf-Thal, présidente de l’Ordre. Il faut faire confiance au pharmacien qui ne vend pas tout et n’importe quoi. C’est un professionnel de santé qui peut mener des entretiens de sevrage tabagique avec des grilles et des arbres décisionnels car les patchs ne sont pas toujours la bonne solution. A l’Assemblée nationale [lors du vote du projet de loi de santé NdlR], cela s’est joué à quelques voix. » « Un député a dit que les pharmaciens allaient s’autoprescrire, mais nous sommes sur un axe de prévention. Lorsque nous sommes sur la pilule du lendemain, sur la vaccination, nous sommes déjà en prescription. Est-ce qu’il y a eu des problèmes ? Dans le cadre du sevrage tabagique, nous ne sommes pas seulement sur les dispositifs médicaux. La question est : comment aide-t-on pendant six mois les patients à avoir plus de chances de réussir grâce au suivi de leur pharmacien ? », a commenté Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). Pour Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), « il faut prendre en compte la problématique prescripteur/prescrit. Il ne faut pas que pour les patients, la confiance soit altérée par cette dichotomie. En revanche, il y a un champ dans lequel il faut, de façon très large, pousser la diffusion des produits de santé et des médicaments, c’est la prévention. Et nous sommes tous favorables à ce que le pharmacien prescrive en matière de vaccination, de pilule de lendemain. Et pour le sevrage tabagique, il faut que le pharmacien ait le droit de prescription ».

Concrètement, l’Ordre et les syndicats ne baissent pas les bras. « On va y arriver mais il faut proposer quelque chose de plus complet », a d’ailleurs déclaré Gilles Bonnefond.

En Paca, une expérimentation menée depuis 2 ans par l’URPS Pharmaciens dans le cadre du « Mois sans tabac » a démontré tout l’intérêt de l’accompagnement des patients et de la pertinence de la posture motivationnelle. 






Magali Clausener avec Laurent Lefort

Les dernières réactions

  • 17/04/2019 à 18:05
    BREZHONEG
    alerter
    Prescription egale honoraire de prescription. La SECU n'acceptera que difficilement cela,oU alors avec la condition "perimetre constant" comme d'hab'.Malgré l'inlation qui est devenue bien réelle Et donc la question est : sur qui et sur quoi va t elle se servir pour compenser?
  • 18/04/2019 à 07:58
    rab74
    alerter
    quant à notre légitimité...le centre d'addicto du coin prescrit les patches complètement hors AMM (posologie type 2patches à 21+1 patch à 14+12 gommes à 2mg/jour, durée 3 mois à renouveler), à des personnes en IR sévère et sous traitement psy lourd. Quand on émet une réserve, la réponse est "c'est moins pire que de fumer"...je ne vois donc pas où il y pourrait y avoir problème si nous étions prescripteurs....d'autant que, comme pour les cystites et les conjonctivites, on gagne mieux notre vie en vendant du complément alimentaire que du medoc! des raisonnements à la "familles rurales" ou à la isabelle da silva!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Délivrez-vous encore beaucoup de substituts nicotiniques sans ordonnance ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK