16/04/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
dessin, respiration, cigarette Rino

Depuis deux ans, l’URPS pharmaciens de la région PACA expérimente le sevrage tabagique dans le cadre du « Mois sans tabac » qui se déroule chaque année en novembre. Il s’agit notamment de former les pharmaciens à l’entretien motivationnel dans le cadre du DPC. La formation est dispensée par la faculté de pharmacie de Marseille (Bouches-du-Rhône). L’accompagnement des fumeurs qui souhaitent arrêter le tabac comprend une première consultation de sevrage, une réévaluation du plan de sevrage à 8 jours, un suivi durant un mois et, enfin, une évaluation à 30 jours. Les officinaux volontaires sont rémunérés 50 € par patient.

Les premiers résultats (2017) ont été publiés dans la revue Le pharmacien hospitalier et clinicien (Elsevier Masson) de mars 2019 et ceux de 2018 paraîtront cet été. 111 patients ont été suivies par 29 pharmaciens en 2017 et 104 fumeurs par 16 pharmaciens en 2018. En 2017, 46,8 % des fumeurs avaient complètement arrêté de fumer au bout d’un mois (41,3 % en 2018) et 79,2 % avaient réduit le nombre de cigarettes (67,7 % en 2018). « En 2018, les budgets ont été réduits, ce qui explique le nombre moins élevé de pharmaciens s’étant impliqués dans l’action, explique Félicia Ferrera Bibas, pharmacienne à Allauch (près de Marseille), vice-présidente de l’URPS pharmaciens PACA et maître de conférences associée en pharmacie clinique à la faculté de pharmacie de Marseille. Concernant les pourcentages de 2018, nous avons été moins drastiques dans notre méthode de sevrage. Concrètement, nous avons décidé d’adapter un rythme plus progressif en fonction des patients afin de les accompagner de manière plus confortable et d’être plus à leur écoute. » Selon Félicia Ferrera Bibas, le résultat le plus encourageant est le nombre de fumeurs qui n’étaient pas motivés mais qui ont arrêté le tabac : 20 % en 2017 et 26,09 % en 2018. « Cela prouve la pertinence de la posture motivationnelle », commente-t-elle. Et au-delà, cette expérimentation montre la valeur ajoutée du pharmacien d’officine dans le sevrage tabagique.






Magali Clausener

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avez vous encore en stock des masques de la dotation d’Etat ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK