29/11/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Delpech, Paris, médicaments, Datamatrix, sérialisation, LGO, scanner, pharmacie Philippe Matsas

Réunie en assemblée générale les 27 et 28 novembre derniers, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a pris une motion sur la sérialisation des médicaments. 
Ce système de vérification de l’authenticité d’un médicament entre sa mise en distribution et sa dispensation à un patient entre en application le 9 février 2019, conformément à la réglementation européenne. « Ne partageant pas le choix d’une mise en œuvre stricte du règlement délégué intervenant en application de la directive " médicaments falsifiés " plutôt que celui d’une adaptation à la situation particulière de la pharmacie française en Europe, la FSPF décide de démissionner du collège sérialisation du CIP " France  MVO " », annonce Philippe Besset, vice-président de la FSPF. Pour rappel, France MVO est chargé de la mise en place de la sérialisation en France.

Mais quelle mouche a piqué la FSPF pour prendre cette décision de partir, alors que, via Résopharma, elle avait répondu à l’appel d’offres visant à connecter les officines à la base de données nationales, à l’aide d’un concentrateur ? « Le projet global est très performant en termes de technologie mais il ne sert rigoureusement à rien en termes de sécurité sanitaire pour les patients puisque le sujet de la sérialisation n’est pas de s’occuper de la traçabilité des médicaments », explique Philippe Besset. Et de développer : « Lors de la délivrance, le pharmacien va désactiver le numéro d’identification d’une boîte dont on ne sait pas si c’est la bonne boîte ou pas. » Cette pseudosécurité a un autre effet négatif, elle peut rendre un médicament indisponible à un patient qui en a besoin. Lors du congrès du groupement Giphar en septembre dernier, Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine mettait lui aussi l’accent sur le risque d’incident au moment de délivrer la boîte au patient : « Le combat est là : je ne dois pas recevoir une marchandise que je ne peux pas délivrer à mon patient. Ce patient, à qui je vais dire " vous devez être observant " et à qui je ne vais pas pouvoir délivrer la boîte au moment de la vente car il y a un problème en Hongrie ou ailleurs ! ». Le même Gilles Bonnefond, très remonté contre la FSPF depuis que la polémique sur la prise en charge des honoraires sur les médicaments à 15 % a été jetée en pâture à l’opinion publique lundi 26 novembre, avance par ailleurs une autre explication : « La FSPF tient un double discours guidé par des intérêts particuliers, en fait elle se retire de France MVO parce que sa candidature n’a pas été retenue. »

Reste que la traçabilité est un vrai sujet à traiter et que l’affaire paraît très mal engagée à deux mois de l’échéance, notamment au niveau des développements informatiques des éditeurs de logiciels de gestion de l’officine (LGO). « Ceux-ci n’ont pas développé les préconisations de France MVO sachant qu’il y a mieux à faire avec eux sur la traçabilité », indique Philippe Besset. Ce sujet sera, à n’en pas douter, abordé lors de la réunion ce jeudi entre le ministère de la Santé, la FSPF et les éditeurs de LGO, afin de savoir quel dispositif mettre en place. A cette occasion, ce syndicat fera des propositions au gouvernement afin que les officinaux aient les moyens d’assurer la traçabilité des médicaments dispensés, au besoin en modifiant la réglementation européenne. Pour l’USPO, « il faut changer ce qui a été mal écrit. Outre faire en sorte que tout produit commandé par un pharmacien ne puisse pas être détecté comme invendable au moment de la transaction, il faut pouvoir aussi gérer automatiquement la gestion des numéros de lots et des dates de péremption, via Pharma-ML, les LGO et la lecture des codes Datamatrix », livre Gilles Bonnefond.






François Pouzaud, avec Laurent Lefort

Les dernières réactions

  • 29/11/2018 à 18:08
    BREZHONEG
    alerter
    Et il faudrait que les carrés noirs des datamatrix imprimés sur un fond noir de la boite soient lisibles.....parce qu'alors il faut se taper la frappe des chiffres a la main.
  • 29/11/2018 à 21:04
    pharmaco2b
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 30/11/2018 à 07:02
    MAURICE
    alerter
    C'est rare, mais pour une fois je suis d'accord avec la FSPF, Dans le système français, le système est inutile. Il n'est utile que pour internet, et encore, il faudrait que le client puisse lire le datamatrix, et vérifier si c'est un vrai?
    Ensuite, comment allons nous gérer les vignettes avances, les erreurs, avec le pointillisme de la CPAM, la sérialisation sera une arme redoutable, pour refuser le remboursement.
    La vie du pharmacien devient un véritable enfer.
  • 30/11/2018 à 07:04
    Pharmacien 95
    alerter
    La Fede a raison grosse perte de temps sans intérêt sauf pour ceux qui pensent que les pharmaciens ne sont pas honnêtes ou debiles Cas pratique hier : je commande et facture un produit froid à 500€ , mon patient part à l’hôpital ...je fais quoi si serialisatiin ?
  • 30/11/2018 à 09:47
    cf
    alerter
    La sérialisation est indispensable pour la sortie des médicaments chez Leclerc et Amazone car sécurisera leurs ventes....Faut bien préparer l'ouverture du Monopole des officines où le circuit est déjà sécurisé et donc ou les médicaments falsifiés n'existent pas..!!!!
    Passer chaque petite boite une par une, au lecteur , ne m'enchante guère à cause de la perte de temps..Autre chose à faire, mais tout le monde ( pharmacob) ne doit pas travailler au comptoir parmi nos confrères, ravis de cette nouvelle contrainte..
  • 30/11/2018 à 15:26
    pharmaco2b
    alerter
    JE ME SOUVIENS D UNE INSPECTRICE DE LA PHARMACIE -MME CADI....C QUI LORS DE SON INSPECTION REGARDAIT CHAQUE NUMERO DE LOT DE PLAVIX CAR UN VOL IMPORTANT AVAIT ETE COMMIS CHEZ LE GROSSISTE DU COIN!!!C ETAIT IL Y A 15 ANS!!!je post en MAJUSCULES car mon post precedent a ete efface car j ai traite certains de vieux gateux !!!
  • 04/12/2018 à 09:06
    Solu
    alerter
    Si la sérialisation ne permet pas de pister le produit au delà de la délivrance, elle ne sert pas la sécurisation du réseau de distribution en terme de santé publique et nous sommes en droit de nous demander à qui et quoi elle peut bien servir: à satisfaire l’égo d’un énarque ... au service d’un lobby ?!


Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Comprenez-vous que les pharmaciens de la grande distribution souhaitent que l’Ordre crée un collège des salariés de la distribution ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK