14/04/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Salaires en officine : l’inflation relance le débat sur l’augmentation

L’augmentation de 3 % du point à peine entrée en vigueur le 16 mars dernier dans toutes les officines après la parution de l’extension de l’accord du 16 novembre 2021 au Journal officiel, la fédération FO entend remettre sur la table la question de la revalorisation des salaires lors de la prochaine Commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation (CPPNI) qui se tiendra le 25 avril prochain.
Getty Images/iStockphoto

« Lors de la signature de l’accord du 16 novembre dernier, nous avions été prévoyants en demandant l’inscription d’une clause de revoyure. Et nous avons bien fait car si à l’époque, l’inflation annuelle était de 2,7 %, elle est passée fin mars à 4,5 % sur les douze derniers mois, et devrait même grimper jusqu’à 5 % en mai. Nous considérons donc que le compte n’y est pas, d’autant plus que nous avons perdu près de trois mois en début d’année dans l’attente de la parution au Journal officiel de l’accord d’extension. Le sujet sera donc inscrit à l’ordre du jour de la prochaine commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation - CPPNI », annonce Olivier Clarhaut, secrétaire fédéral en charge de la pharmacie d’officine du yndicat Force ouvrière (FO). Avec l’ouverture d’une négociation salariale complémentaire, FO espère obtenir des avancées rapides afin de prendre en compte les récentes évolutions de l’inflation. « Ayant pour habitude de réserver le détail de nos revendications à la CPPNI, je ne vais pas dévoiler dans la presse le montant de la revalorisation du point que nous aimerions négocier, note le syndicaliste. Ceci étant dit, si l’on veut maintenir le pouvoir d’achat des salariés des officines, il faudra intégrer dans les calculs le différentiel entre les 3 % et l’inflation réelle ». Olivier Clarhaut se montre toutefois prudent lorsqu’on lui demande comment se présentent les négociations. « Nous ne sommes pas naïfs. J’imagine que cette revendication ne se négociera pas en séance et qu’il faudra probablement passer par un groupe de travail car les organisations patronales vont se retourner vers leurs instances afin d’obtenir un mandat de négociation. Mais de notre côté, nous nous battrons pour obtenir le meilleur taux de revalorisation possible dans l’intérêt des salariés », conclut-il.






Yves Rivoal

Les dernières réactions

  • 15/04/2022 à 08:20
    olivier91
    alerter
    Rajoutez à cela que la plupart des employeurs n'ont pas appliqué (au moins partiellement) la revalorisation de 3% sur le mois de mars. Et que l'on pourra s'assoir dessus!
  • 15/04/2022 à 09:14
    Jeum37
    alerter
    À celles et ceux qui ne voient pas leur salaire monter assez vite à leur goût: changez de région ! Dans mon département, la pénurie de personnel est elle que les salaires ont grimpé d’au moins 15-20% en six mois !!!
    FO à bon dos de réclamer immédiatement une revalorisation parce que le syndicat sait parfaitement que si on traîne un peu, les départements où le manque d’offre en main d’œuvre fait monter les salaires vont déséquilibrer la hausse moyenne de rémunération en France, coupant court à tout argument de revalorisation !
    Je le répète: dans mon département, depuis l’automne dernier, l’augmentation transforme le brut en net ! C’est ça aussi, l’inflation !…
  • 15/04/2022 à 11:29
    smartiz19
    alerter
    Et les ptits patrons, comme moi, qui n'ont racheté qu'il y a 2 ans pour un emprunt de 12 années, faudrait voir à y penser
  • 15/04/2022 à 14:02
    cpvxo
    alerter
    5% minimum de plus pour combler l inflation!!!et pas sans 6 mois

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Faut-il mettre fin à l'obligation vaccinale des soignants ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !