Ruptures de stock, recrutement, charges administratives : faire grève ? - 18/01/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
18/01/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Ruptures de stock, recrutement, charges administratives : faire grève ?

Getty Images/iStockphoto

Dans ses vœux à la presse, la semaine dernière, Pierre-Olivier Variot, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), manifestait son ras-le-bol face aux dérives et problèmes qui s’amoncellent depuis un an et qui privent les pharmaciens d’officine d’un exercice serein. Les plaintes de ce syndicat concernant les ruptures de médicaments, les difficultés de recrutement et le manque d'attractivité des études aggravés par une réforme Pass/LAS obsolète et inadaptée, les ratés du tiers-payant et les charges administratives chronophages qui s’accumulent, l’absence de revalorisation des gardes…sont restées lettre morte auprès de l’Assurance maladie.

Réunie en conseil d’administration extraordinaire le 17 janvier pour décider d’un plan d’actions, l’USPO a annoncé dès le lendemain hausser le ton par une série de mesures de coercition mises en place en plusieurs actes et en parallèle. « Dès le début de la semaine prochaine est prévue une campagne d’affichage (l’affiche sera téléchargeable sur le site de l’USPO, NdlR) dans les officines sur les pénuries de médicaments et leurs conséquences dans la prise en charge de la santé de nos concitoyens, annonce Pierre-Olivier Variot. Dans le même temps, nous allons mener une enquête auprès des Français avec l’aide de France Assos Santé pour savoir ce qu’ils attendent du pharmacien et comment ils nous perçoivent. » Un questionnaire court (moins de dix questions portant sur les services à l’officine, la prise en charge des urgences et des soins non programmés, la coordination des soins, etc.) leur sera remis au comptoir. Ils pourront aussi le retrouver en ligne au moyen d’un QR code. 

Mais ce n'est pas tout. « Nous avons demandé un rendez-vous en urgence au ministère de la Santé et auprès du directeur général de la Caisse nationale de l’Assurance maladie », indique Pierre-Olivier Variot lançant un ultimatum qui expirera fin février : « Nous n’attendrons pas deux mois pour engager des mouvements de protestation forts, à savoir la grève des gardes et la fermeture des officines », lance-t-il avec fermeté. Il espère rallier l’ensemble de la profession à ce mouvement dès ce 18 janvier, lors d’une réunion au ministère rassemblant l’autre syndicat, les groupements et les étudiants en pharmacie, en présence de la section A de l’Ordre des pharmaciens.



François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 18/01/2023 à 19:33
    BREZHONEG
    alerter
    Faire greve? aucune chance que ça les fasse bouger,ainsi que ça s'est passé il y a 30 ans.Si vous n'avez pas un pouvoir de nuisance,ils sont trop occupés (par des choses importantes,elles..) pour vous recevoir.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !