15/01/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Les entreprises du médicament (Leem) DR

Ce 15 janvier 2019, Philippe Tcheng, président du Leem (Les entreprises du médicament), a présenté ses vœux à la presse. Il a dressé un bilan plutôt négatif de l’année 2018 en constatant le « décrochage de la France dans plusieurs domaines stratégiques », notamment dans la recherche clinique en particulier en oncologie (la France est désormais derrière le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne) et l’accès des patients aux médicaments innovants avec un délai de 500 jours en moyenne entre l’AMM et la commercialisation des produits.

Il a également souligné la complexité croissante des demandes d’ATU et surtout le décalage des critères d’évaluation des médicaments innovants qui repose sur le service médical rendu (SMR) et l’amélioration du service médical rendu (ASMR). Ainsi, les produits innovants ont souvent une ASMR IV (c’est-à-dire mineure) faute de données suffisantes et ne parviennent pas, par la suite, à accéder au marché français. La Commission de la Transparence de la HAS devrait émettre des recommandations pour la réforme de l’évaluation des médicaments au début du deuxième trimestre de cette année et celles-ci pourraient être intégrées au PLFSS pour 2020. Enfin, Philippe Tcheng a rappelé que les médicaments contribuaient à hauteur de 48 % des économies prévues par la LFSS 2019 avec notamment 980 millions d’euros de baisses des prix nets.

Pour autant, le Leem poursuit ses travaux pour cette année de « défis » avec la transformation du système de santé (« Ma Santé 2022 »), l’accès des patients aux innovations thérapeutiques, la relance de l’attractivité de la France en matière de recherche et de production industrielle, la négociation d’un nouvel accord-cadre avec le CEPS, etc. Le Leem va ainsi travailler sur un plan d’actions pour réduire les ruptures d’approvisionnement des médicaments les plus indispensables, dans la lignée du rapport sénatorial du 2 octobre 2018. Il s’agit de déterminer les médicaments les plus sensibles pour lesquels les obligations de sécurisation doivent être renforcées, les causes souvent complexes de ruptures, le maintien en Europe de sites de production des matières premières actives et des médicaments d’intérêt stratégique, l’encadrement de la distribution en cas de tension ou de rupture d’approvisionnement. Le Leem a déjà pris contact avec la Direction générale de la Santé et transmettra ses propositions au ministère de la Santé. A celui-ci ensuite de travailler en concertation avec les autres acteurs de la chaîne du médicament. Le conseil d’administration du Leem doit plancher lors d’une réunion l’après-midi du 15 janvier, mais aucun calendrier n’a été établi.

Quant à la sérialisation des médicaments, le Leem compte bien qu’elle soit effective au 9 février 2019. Pour rappel, les industriels ont investi 90 millions d’euros pour la mettre en œuvre. La balle est désormais dans le camp des pharmaciens d’officine et des hôpitaux. Pour les pharmaciens d’officine, la question de scanner les médicaments lors de la réception des livraisons ou lors de la dispensation au patient se pose encore.






Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 15/01/2019 à 17:19
    BREZHONEG
    alerter
    si les labos pouvaient ne pas imprimer les datamatrix en noir sur fond noir,svp !!c'est illisible!
  • 16/01/2019 à 07:20
    MAURICE
    alerter
    Et combien va couter à l'officine, la perte de temps, à scanner 100 boites, une à une, à gérer les retours de datamatrix, qui ne passent pas, comment gérer les avances, les erreurs, et sans doute beaucoup d'autres problèmes que nous découvrirons au fur et à mesure.
    L'industrie, nous a déjà pénalisé en supprimant les vignettes, en nous imposant des prix uniques, a prix coutant.
    C'est un système adapté pour traquer les faux sacs Vuitton, Mais totalement inadapté à la délivrance.
  • 16/01/2019 à 07:43
    rab74
    alerter
    c'est sûr qu'il se vend moins de sacs Vuitton que de boites de paracetamol! ce qui m'interpelle c'est la puissance nécessaire à nos ordis pour gérer ce surcroit d'informations, et la capacité des caisses diverses à absorber des fichiers plus lourds et donc à ne pas rejeter les factures que nous présenterons...gare la trésorerie!
  • 16/01/2019 à 09:18
    tnttnt
    alerter
    @Rab74 : ne t'inquiète pas, en terme de puissance nécessaire pour la hardware, c'est totalement anecdotique.
  • 16/01/2019 à 09:19
    tnttnt
    alerter
    @Maurice : ce n'est pas l'industrie qui a supprimé les vignettes, c'est la sécu
  • 16/01/2019 à 17:22
    BREZHONEG
    alerter
    La serialisation va-T- elle egalement empécher les appli d'echange de medicaments?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Souhaitez-vous vacciner contre la grippe quand l’expérimentation sera généralisée ?



Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK