19/11/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
tirelire, cochon, argent, épargnant, dépenses Alexas_Fotos/Pixabay

L’arrêté du 12 novembre 2018 portant approbation de l’avenant n° 12 relatif à la Rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) Génériques pour l’année 2018 a paru ce lundi 19 novembre au Journal officiel. Pour rappel, cet avenant avait été signé par l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) avec l’Assurance maladie le 14 mars dernier. Cette publication officielle permettra aux pharmaciens d’être payés de leur ROSP génériques 2018 en mars ou avril prochain. 

Attention ! Cet avenant prévoit une baisse de 25 millions d’euros en 2018 de la ROSP  Génériques à 115 millions d’euros et un objectif national de substitution à 90 % pour la fin de cette année en excluant la lévothyroxine. « Un manque à gagner néanmoins compensé par le plan d’investissement de l’assurance maladie de 280 millions d’euros sur 3 ans », rappelle Gilles Bonnefond, président de l’USPO. 

De son côté, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) n’a pas signé cet avenant en raison de l’augmentation significative du taux de substitution qui le rend difficilement atteignable (de 86 % en 2017 à 90 %), de cette perte de 25 millions et de la suppression du bonus garanti pour les meilleurs substitueurs. « La FSPF n’a pas signé, car cette baisse fait partie intégrante de la signature de  l’avenant n°11 sur la réforme de la rémunération », rappelle son président, Philippe Gaertner, qui évalue la perte de ROSP à 1 100 € en moyenne pour chaque officine

Sur les paramètres ayant déterminé la baisse de la ROSP, les analyses divergent entre les deux syndicats. Comme chaque année, la ROSP est basée sur un partage de l’économie supplémentaire liée à la substitution entre l’assurance maladie et les officinaux. « Ce volume d’économie supplémentaire diminue mécaniquement pour deux raisons : la réduction de l’écart entre le prix du médicament princeps et son générique et un taux de substitution élevé », explique Gilles Bonnefond. Mais pour Philippe Gaertner, c’est le relèvement des objectifs dans la ROSP 2018 (augmentation des seuils bas et des seuils hauts de substitution) qui fait baisser mécaniquement son montant.
Quoi qu’il en soit, la chute risque d’être brutale au moment de la prochaine mise en paiement de celle-ci par rapport à la ROSP perçue en 2017, gratifiée, il est vrai, d’une prime bien involontaire de l’Assurance maladie de 25 millions d’euros (165 M€ au lieu des 140 M€ prévus), grâce à la qualité du travail de substitution des pharmaciens, notamment sur la rosuvastatine. Un excédent que Nicolas Revel, directeur général de l’Assurance maladie, entend récupérer sur la ROSP 2019. 
Comme l’avenant n° 11 a planifié une nouvelle baisse de la ROSP de 15 millions en 2019, « ce n’est plus sur la base de 100 millions d’euros mais de 75 millions d’euros que s’ouvriront les négociations sur la ROSP 2019, ce n’est pas acceptable », alerte Philippe Gaertner.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 20/11/2018 à 07:00
    MAURICE
    alerter
    baisse de 25 millions d’euros en 2018 de la ROSP ... Un manque à gagner néanmoins compensé par le plan d’investissement de l’assurance maladie de 280 millions d’euros sur 3 ans », rappelle Gilles Bonnefond, président de l’USPO.
    Va-t-on continuer à subir le Borlolo de ce gouvernement de voleurs.
    Comme il n'est pas question pour nous de protester dans la rue, nous pouvons au moins envoyer un carton rouge à l'Elysée, par courrier, en exprimant le Ras-le-Bol d'une profession qui ne mérite pas ce mépris.
  • 20/11/2018 à 12:58

    alerter
    Bien d’accord avec Maurice ! A ce rythme et en plus avec toutes les nouvelles baisses de prix on sonne le glas de notre profession... et qu’on ne nous dise plus que le médicament coûte cher c’est nous prendre pour des idiots. A quand une reconnaissance de notre profession ?
  • 20/11/2018 à 16:06
    BREZHONEG
    alerter
    On peut aussi mettre le bazar, mais tres calmement et sans risque pour notre image et notre economie, en reclamant par notre reseau de 22 000 pharmacies la fin de la Secu a 2 vitesses : Secu Alsacienne pour tout le monde!
    Voila, les Gilets Jaunes, si vous voulez bien emmerder qui vous savez, ce qu'il faut mettre dans votre programme,puisque les pharmaciens continuent a pleurnicher sans rendre les coups !!!
  • 23/11/2018 à 19:41
    rab74
    alerter
    pour moi, ce n'est ni plus ni moins qu'un hold up: le travail a été fait (objectif dépassé) et l'économie réalisée a bien profité à la cpam, non? une sorte d'indu pas indu...y en a qui partent au tribunal pour moins que ça! grève du zèle je vous dit: tolérance zero sur les ordonnances non conformes, nouvelles missions en stand by: ils verront vite quelles économies ça représente, de nous laisser travailler sans nous faire systématiquement les poches! quand on parle de compensation sur 3 ans, encore faut il pouvoir les faire, ces 3 ans!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.


MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK