26/06/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
pharmacie, village, place, médecin, désert Edouard Hannoteaux

La Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP) et l’Association de pharmacie rurale (APR) unissent leurs forces pour lutter contre les possibles déserts pharmaceutiques et la menace qu’ils font peser sur l’égalité d’accès aux médicaments partout en France, en particulier dans les zones reculées où les officines rurales sont en première ligne. Ces deux organisations ont décidé de cosigner et d’adresser une lettre aux 7000 maires ruraux qui accueillent dans leur commune une pharmacie. L’objectif ? Les alerter sur les risques qui pèsent sur la chaîne du médicament et obtenir de leur part qu’ils saisissent le président de la République ou les parlementaires de leur circonscription pour assurer la pérennité du modèle français d’égalité et de disponibilité aux médicaments. Une démarche similaire, et pour les mêmes motifs, avait déjà été conduite auprès des parlementaires, il y a plus d’un an.

Pour justifier cette initiative commune, Albin Dumas, président de l’APR, explique que les sorts de la répartition et de la pharmacie rurale sont liés : « Pour maintenir un réseau de proximité aussi développé en zone rurale, la pharmacie a besoin d’une répartition en bonne santé, la solidarité est nécessaire entre nos deux professions et elle s’exprime aujourd’hui au travers de cette mesure d’alerte, malgré les tensions économiques que traversent nos deux professions. Le respect par les répartiteurs de leurs obligations de service public doit se traduire par une revalorisation de leur modèle économique. »
De son côté, la CSRP rappelle que sans une refonte urgente du système de rémunération des répartiteurs, « les conséquences seront lourdes pour les patients, l’égalité d’accès au médicament sur tout le territoire sera remise en cause, la sécurité d’accès ne pourra plus être garantie dans les mêmes conditions, les risques de rupture de stock seront accrus... », prévient Olivier Bronchain, président de la CSRP. Pour sensibiliser les parlementaires à ce risque, ces derniers avaient reçu mi-juin par courrier un médicament factice, EgaMed, indiqué dans les troubles d’accès aux médicaments.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 27/06/2018 à 12:07
    BREZHONEG
    alerter
    Une defense commune,mais contre qui? Eh bien contre la Cour des Comptes et les ARS,mises en place par les politiques qui ont détécté que l'apparition (prevue ) des deserts medicaux et pharmaceutiques allaient leur rendre la vie (et la reélection)impossible.Ils ont donc mis en place une structure protectrice de fonctionnaires(intouchables) pour pouvoir repondre aux maires et professionnels de santé "j'peux rien faire, monsieur le maire". On a donc un probleme de société majeur: les elus, et les citoyens ne sont plus decideurs pour leur Santé .Le pouvoir a été abandonné a des fonctionnaires,juges de la C D C et ARS.Il doit revenir aux Elus des Regions,comme l'Education et les autres piliers sociaux. Retirons aux ARS la maitrise (comptable) de l'Offre de Soins!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Avez-vous déjà réfléchi aux services que vous alliez faire payer ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK