27/09/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Bonnefond, USPO, syndicats, FSPF, pharmacie, patron DR

Avant même de découvrir le nouveau coup de rabot sur les médicaments dans un projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2019 sans surprise et dans la continuité des années précédentes, la pharmacie a frôlé la catastrophe, a-t-on appris lors du tour d’horizon de l’actualité professionnelle effectué le mardi 25 septembre par Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). Alors que la modification du mode de rémunération, au vu des sept premiers mois de l’année, est en train de stabiliser la marge de l’officine, « la Direction de la Sécurité Sociale (rattachée à la fois au ministère de la santé et au ministère de l’action et des comptes publics NdlR) estime que la réforme de la rémunération est trop favorable aux pharmaciens qui sont - et  c’était le but - moins impactés par les baisses de prix », rapporte le président de l’USPO. Ayant pris cette alerte très au sérieux, il a sollicité, dès la connaissance des intentions des deux ministères de ne pas poursuivre la réforme engagée jusqu’en 2020, une réunion d’arbitrage. Celle-ci s’est tenue la semaine dernière au cours de laquelle Gilles Bonnefond a très clairement dit « qu’il était hors de question de toucher à une virgule du texte de l’accord sur la rémunération. » 
Il aurait été entendu puisque « la réforme en cours se poursuivra bien sur les bases fixées dans l’avenant conventionnel, dans les montants des honoraires et les arrêtés de marge prévus pour 2019 et 2020 », rassure le président de l’USPO.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 27/09/2018 à 17:55
    rubmed
    alerter
    Trop favorable ? Avec une perte de marge supérieure à 6 millions d’euros sur les 8 premiers mois de l’année versus 2017 qui était déjà catastrophique ?
    J’ai l’impression que nos syndicats se font enfler à chaque rencontre avec les pouvoirs publics ...
  • 27/09/2018 à 18:00
    BREZHONEG
    alerter
    Elle a deja été touchée par la catastrophe: 10% des officines desormais disparues, une dependance totale des petits chefs fonctionnaires, qui ne respectent leur signature que quand nous sommes perdants,une inflation et des deserts medicaux et pharmaceutiques qui vont nous bouffer lentement mais surement, voila la cage où nous sommes enfermés. Le moment est venu de refuser la continuation avec la Secu, grosse usine a gaz qui s'etend comme une tumeur sur tout ce qui depend d'elle.
    Il faut avoir le courage de faire le tour des facs et meme plutot des lycees ,pour dire que le Medical , c'est desormais une vie controlee et financierement mediocre,pour assecher le plus possible les reseaux sur lesquels regne SS (Soviet Supreme). Il est temps de passer a une structure legere pour les gros risques,et un compte epargne medicaments (projet Saltiel) pour nous.
  • 27/09/2018 à 22:43
    cabernet
    alerter
    mais nous sommes en pleine catastrophe ... la liste est longue ... à commencer par ces fameux entretiens thérapeutiques où la sécu réussi à nous en enlever un bon 1/4 pour cause de non respect des critères et nous paye un an apres la marge ridicule des médicaments onéreux , les indus exorbitants réclamés des années ensuite l
  • 28/09/2018 à 07:06
    MAURICE
    alerter
    Le Jacobinisme a pris une tournure extrême, c'est la France qui est près de l'abîme.
    c'est devenu une véritable machine infernale.
    Les maires démissionnent, les médecins décrochent, et les pharmacies disparaissent.
    C'est le but de ces technocrates phagocytaires.
  • 28/09/2018 à 07:26
    rab74
    alerter
    et quand il ne restera rien de ce qui fonctionne encore actuellement (notre réseau entre autres), les technocrates iront couiner parce que le pharmacien de garde n'a plus de celestène pour leur petit dernier qui a une otite! leur incapacité à construire ne fut ce qu'un avenir proche pour la population est hallucinante, et l'incapacité de la dite population à les virer l'est encore plus. on baigne dans l'absurde...je viens de subir un contrôle fiscal....parce que mes revenus ont baissé de façon notoire: la double peine! et la personne qui nous a contrôlé, charmante au demeurant,ne connaissait rien de rien à la pharmacie (elle ne savait même pas comment étaient construits nos revenus: marge, honoraires?). Il semblerait que nos ministères de tutelle en soient au même point, alors, forcément, ils ne peuvent pas prendre les bonnes décisions. c'est quand la révolution?
  • 28/09/2018 à 09:50
    MAURICE
    alerter
    moi aussi j'ai subit un contrôle fiscal la raison: baisse de la valeur de l'officine, ils doivent avoir du mal à comprendre le processus économique. Ils ont été obligé de reconnaître que c'était justifié.
    Quant-à la Révolution, il reste les urnes.
    Hollande n'était finalement pas si mal il était drôle lui.
  • 28/09/2018 à 15:27
    swannn
    alerter

    USPO le syndicat qu'est beau
    le syndicat qu'il vous faut
  • 28/09/2018 à 19:35
    pharmaciencensuré
    alerter
    Le problème c'est de savoir ce que veut dire "catastrophe" pour Gilles Bonnefond qui ne nous dit pas ce qui était proposé et qui a donc pris seul la décision pour la profession de continuer à soutenir un accord bancal qui la fragilise économiquement.
  • 29/09/2018 à 17:15
    BREZHONEG
    alerter
    Oui, consulter tous ces pov'cons de phiens de base, Bonnefond et Gaertner sont au moins d'accord sur un point: ne pas le faire. (comme au moment du changement -historique!- de remuneration).
  • 13/03/2019 à 16:51
    gill
    alerter
    que la secu se porte garant des jeunes pharmaciens en particulier en milieu rural et qu on mette un trai final a la politique de maitrise de sante cest ca l avenir avant que l on finisse en gilet jaune

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vaccinez-vous plus de patients que ce à quoi vous vous attendiez ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK