04/10/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
médicaments, réfectoire, vieux, silver economy, Korian Frédéric Thual

Invitée par l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) à livrer son analyse sur la réforme « Grand âge et autonomie », trois jours après le lancement le 1er octobre d’une consultation citoyenne sur Internet par Agnès Buzyn, ministre de la santé, Marie-Anne Montchamp, présidente de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) a appelé les pharmaciens à s’impliquer dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Et en premier lieu à participer à la préparation de cette réforme qui fera l’objet d’un rapport fin janvier ou début février 2019, à l’issue de la concertation nationale et des travaux de dix ateliers thématiques. « Vous êtes des contributeurs structurants de cette réforme et dans le cadre de cette communauté de réflexions, votre profession doit faire partie des organisations auditionnées », lance-t-elle. 

« Pour que la réponse sur le territoire puisse être abordée sous tous ses angles », la présidente de la CNSA estime en effet que les pharmaciens doivent être associés aux travaux de réflexion, car ils peuvent apporter leur contribution prospective, notamment sur l’approche domiciliaire du patient âgé. Elle souhaite également l’intervention de la profession « pour une approche structurée du suivi des patients psychiatriques pour lesquels le seul lien avec l’observance est le pharmacien. »
Concernant les points cardinaux de cette réforme, elle a insisté sur la prévention, la transformation de l’approche institutionnelle, la résilience qui doit se traduire par un décloisonnement entre les professions de santé « afin d’apporter une offre de réponses aux personnes âgées dépendantes qui soit organisée, à la fois personnalisée et collective, qualitative et efficiente, donc fondée sur des preuves et l’évaluation. » 

Répondant aux propositions et attentes de la présidente de la CNSA, Gilles Bonnefond lui a assuré « qu’elle pouvait compter sur les pharmaciens pour relever le défi du grand âge et concrétiser la coordination des soins autour des personnes âgées dépendantes. » Selon lui, l’EHPAD doit être le lieu privilégié de cette réforme. « Il est important d’attirer le médecin de ville vers l’EHPAD, de mettre en place un protocole de soins, d’avoir une surveillance partagée des patients entre les pharmaciens et les infirmières, de décharger le médecin des renouvellements de prescription, et ensuite de pouvoir transposer ce modèle au niveau des équipes de soins primaires », propose le président de l’USPO.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 06/10/2018 à 06:40
    MAURICE
    alerter
    Depuis longtemps le pharmacien est soutient des personnes âgées, au comptoir, on écoute les confidences, la solitude, puis vient le temps, ou l'on va chercher l'ordonnance, on retourne les produits, consacrant un peu de temps au dialogue. Nul besoin de structures technocratiques, qui ne ferons qu'éloigner les professionnels de santé.
  • 08/10/2018 à 07:25
    rab74
    alerter
    les missions évoquées par la ministre sont déjà largement proposées dans notre officine, mais personne n'y adhère:
    - entretiens bilan de médication: pré carré des médecins, qui pour autant ne le font pas
    -aide à l'observance: méfiance sur le pilulier (ça va me coûter combien? ma fille les fait, l'admr me donne mes médocs!)...c'est comme ça qu'une de mes patientes m'a affirmé ne prendre son glucophage que le mardi(!!) parce que sa fille lui faisait ses piluliers...sauf que c'était "à midi", et pas "le mardi"!
    donc nous filer des missions que nous remplissons déjà ok, mais le faire savoir haut et fort aux autres professionnels de santé, et nous rémunérer à l'acte, pas au forfait un an après!
  • 08/10/2018 à 16:02
    BREZHONEG
    alerter
    Ces missions ont un but non révélé mais bien precis: nous aider a disparaitre vite et nombreux.Elles sont donc présentées comme une compensation faisant accepter la perte de rentabilité de la vente de medicaments. Mais cette perte est rapide, et la compensation tres faible et tres lente a se mettre en place.Ajoutez un delai de paiement completement hors la loi par rapport a la recente loi sur les mauvais payeurs ,et l'escroquerie est en place.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Allez-vous profiter de la possibilité offerte aux pharmaciens d’un dépistage gratuit du Covid-19 ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK