Réforme de l’ALD : comment le gouvernement envisage de faire des économies - 04/03/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
04/03/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Réforme de l’ALD : comment le gouvernement envisage de faire des économies

Le 27 février 2024, Frédéric Valletoux, ministre délégué chargé de la santé et de la prévention indiquait la volonté du gouvernement de réfléchir à la « pertinence du système » des ALD. Des pistes de réformes sont actuellement à l’étude.
Getty Images

La prise en charge en ALD concerne aujourd’hui 13 millions de personnes soit 20 % de la population. Interrogé par le député RN Christophe Benz, Frédéric Valletoux déplorait ainsi quelques débordements. « La prise en charge en ALD représente les deux tiers des remboursements par l'Assurance maladie. Il n'est donc pas illégitime, illogique, comme cela a été fait régulièrement, d'interroger (...) la pertinence de ces dispositifs ».

1 000 euros de reste à charge par an pour les personnes en ALD

Cette future cure d’austérité inquiète déjà les associations de patients. « Les personnes en ALD sont précisément celles qui ont les restes à charge parmi les plus importants.», pointe Catherine Simonin, porte-parole de France Asso Santé et administratrice de la Ligue contre le cancer. Deux études, l’une menée par France Assos Santé sur les personnes en situation de handicap, l’autre par la Ligue contre le cancer objectivent plus de 1 000 euros de reste à charge par an pour ces patients. « Vouloir faire des économies depuis les bureaux feutrés du ministère est une chose, la réalité de terrain en est une autre. Les personnes en situation d’ALD figurent parmi les patients les plus précaires. Leur maladie a des conséquences sur tous les pans de leur vie : au niveau social, professionnel », fait remarquer Frédéric Paing, généraliste à Saint-Lô (Manche) et membre du Collectif Santé en Danger regroupant soignants, pharmaciens, hospitaliers et libéraux.

Des pistes encore imprécises

Si le sujet a été évoqué dans l’arène politique de l’Assemblée, les pistes envisagées semblent encore imprécises. Le ministre n’a pas spécifié de manière claire s’il préconisait une diminution du nombre de personnes en ALD, une réévaluation de la prise en charge ou encore une modulation du remboursement de certains frais de santé en fonction des revenus.

Pour réduire les dépenses de santé, l’exécutif compte beaucoup sur les négociations en cours avec les médecins libéraux. Il s’agirait notamment de faire passer une feuille de route visant à réduire les prescriptions de médicaments notamment les antibiotiques et les analgésiques mais aussi de limiter le nombre d’arrêts maladie.

Une réforme qui interroge sur les dérives de financiarisation du système

À terme, beaucoup d’acteurs du soin s’interrogent sur une financiarisation du système de santé. « Nous risquons de nous diriger vers une santé à deux vitesses : avec des personnes en mesure de payer des complémentaires de santé très onéreuses et d’autres laissées au bord du chemin. La hausse des franchises de médicaments et les dépassements d’honoraires ont des coûts extrêmement lourds sur le long terme : des personnes sans accès aux soins aujourd’hui vont arrêter les dépistages, elles seront plus gravement atteintes et donc nécessiteront sur le long terme des soins plus onéreux. », conclut Catherine Simonin.



Christelle Pangrazzi

Les dernières réactions

  • 04/03/2024 à 12:43
    BREZHONEG
    alerter
    Merci de ne pas utiliser le mot economies ,imposé par le Service de Comm Poutinien des Enarques. Dites et ecrivez, SVP, les "baisses " des remboursements.. Oui je sais, ils n'aiment pas , et ils "tiendront à ne pas laisser dire que", mais on dira quand meme.
  • 05/03/2024 à 05:15
    Clara C.
    alerter
    Dans mon quartier tout est en ALD, sirops, antibiotiques, Dexeryl gen. etc. ALD équivaut Mutuelle gratuit. De toute façon les plafonds annuels des franchises restent inchangés. Pourquoi pleurnicher?
  • 05/03/2024 à 06:49
    Nick64
    alerter
    Et les AME? Et les CMU? C’est seulement la classe moyenne qui va trinquer! Les plus riches pourront payer et les plus pauvres seront pris en charge comme aux US. La différence étant que les américains ont toujours une classe moyenne forte.
  • 10/03/2024 à 09:17
    Mouton Noir
    alerter
    Lettre ouverte aux « Autruches » ….
    Le problème de la nécessité de constante économie est régulièrement remis sur le devant de la scène par nos gouvernant, Ministres, Président de la République, etc ...
    Néanmoins, le problème est plus profond, car ni Monsieur Emmanuel Macron, élu Président
    de notre république, ni qui que ce soient d’autres n’y peuvent pas grand choses; la même problématique
    se retrouve dans tous les pays, y compris les pays hors de la « zone Euro ».
    Hier la Grèce, aujourd’hui la France si nous n’y prenons pas garde, car même nos « Cousins Germains »
    commencent à rencontrer la même problématique. La « Sainte Crise » ne date pas d’hier, et cela fait 40
    ans que « l’on nous sert la soupe ». Alors, posons notre crayon 2 minutes, écoutons 3 minutes et
    réfléchissons 5 minutes ; soit au total 10 minutes. Je me suis penché sur notre économie et l’économie
    mondiale ; l’équation est simple. Sachant que:
     Le PIB mondial est de 70 T€ (1 T€ = mille milliards € = 1.000G€) ,
     La dette publique mondiale est de 210 T€, soit 2,8 fois le PIB,
    Soyons lucide, jamais personne ne pourra rembourser, d’autant que les montages financiers bancaires
    mondiaux font que le plus souvent nous finissons par nous devoir de l’argent à nous-mêmes, seul les
    intérêts des crédits crées de la richesse artificielle. Alors sachant que cette immense ballon de baudruche
    de 30.000€ par habitants (210 T€/7G habitants) est un immense miroir aux alouettes, car la moitié de
    la population mondiale ne gagne pas cette somme durant toute leur vie ...
    Chers Confrères et Concitoyens, arrêtons de nous faire bernés, demandons que nous soyons pris pour
    des citoyens (ou Frères), mais pas pour des cons ... Sachant que lorsque nous empruntons nous ne
    pouvons pas emprunter plus de 25% de nos ressources, la dette mondiale devra être ramenée à 20T€, et
    les 190 T€ qui reste. Je ne voudrais pas être malpoli, mais cela fait 40 ans que l’ensemble de nos
    économies mondiales se font « siphonnées » …
    Il n’y pas loin pour chercher le meilleur exemple, notre pays : « La Gaule », emprunte aux banques
    privées, qui elles-mêmes empruntent à la Banque de France, puis à la Banque Centrale Européenne
    (BCE), pour financer des artificiels déficits budgétaires depuis les années 1970.
    Restez assis amis « Gaulois », la surprise est de taille: car la dette publique française est de 2 T€ (2018),
    et depuis 1970, la France à rembourser 1,8 T€ d’intérêts de dettes (2018).
    Donc la dette publique de la France, est représentée par 90% d’intérêts, soit 1.800 G€ de siphonage
    financier, 10% de réelles dettes publiques, soit 200 G€. Gardons le meilleur pour la fin (ou presque), car
    34% du budget de l’Etat, soit 680 G€, c’est-à-dire nos recettes fiscales, est destiné au remboursement de
    la Dette; nous vivons uniquement sur 66% des recettes, d’où « serrage de ceinture », défaut de budget
    pour tous les services de l’Etat (à commencer par la santé, la justice, l’éducation, etc.…).
    2
    Pour ne pas affamer le « Tiers Etat », l’Etat est contraint de réemprunter environ 3% au maximum, pour
    boucler son budget; et une fois que la « pompe à sous » est mise en route, elle fonctionne toute seule.
    C’est-à-dire, que plus nous pompons pour remplir la baignoire qui fuit, et plus il faut pomper, car plus
    elle fuit; car la dette publique finit par être 90% de fuite, c’est-à-dire d’intérêt de dette artificielle.
    Bon revenons à nos « moutons jaunes », arrêtons de nous exténuez à pomper, et mettons un bouchon
    au fond de la baignoire qui fuit… La dette publique de notre pays passera de 2 T€ à 190 G€, nous allons
    ainsi dégager 600 G€ d’autofinancement par années, de quoi:
     (re) créer de la richesse,
     nous désendetter,
     mettre le salaire minimum à 2.000 € net par mois,
     établir un minimum vieillesse à 1750€ net par mois,
     rétablir du social dans nos campagnes,
     assurer le financement de nos écoles, et de nos hôpitaux,
     dynamiser nos universités et notre recherche,
     remettre en marche notre système de Santé,
     assurer la sécurité avec une police et une justice digne,
     financer la nécessaire transition écologique et les restructurations indispensables de nos
    économies.
     pérenniser l’aide technique aux pays en voie développement, seule voie possible de lutter contre
    l’immigration économique et écologique,
     et même pas besoin de rétablir l’ISF !
    La solution (comme exprimée auparavant vient souvent dans l’énoncé et la compréhension du
    problème : niveau CM1), car « Un problème sans solution est un problème mal posé. » disait Albert
    Einstein.
    Mais je pense que ceci doit être trop simple pour l’oligarchie financière et quelques « Enarque », pour
    qui le livre « 1984 » de George Orwell est tout à la fois un choix politique et une référence économique.
    « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. » disait Albert Camus.
    La solution n’est pas que dans notre « Vielle Nation berceau des valeurs … », mais dépasse nos frontières,
    car vous pourrez mettre qui bon vous semble à la tête de l’Etat: Emmanuel, Marine, Jean-Luc, Pierre,
    Paul, Jacques, tant que le problème ne sera pas résolu, le problème restera, et s’amplifiera sur plus
    plusieurs générations. Si nous ne faisons rien, le ratio [Dette / PIB] sera au minimum de 10 en 2100, et
    il ne sera que bien trop tard.
    Cela fait 70 ans que l’Europe nous permet de vivre en Paix durable et stable, ne l’oublions jamais, car
    l’Histoire pourrait malheureusement « bugger », nous le savons tous …
    Je ne peux finir cet exposé sans cité les propos de Eleanor Roosevelt, prix des Droits de l’Homme,
    rédactrice active de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, en 1948, à la tribune de
    l'Organisation des Nations: « L'avenir appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves. » , « La
    paix mondiale ne peut être le travail d'un seul homme, d'un seul parti, ou d'une seule nation. Cette paix
    doit reposer sur la volonté commune du monde entier. »
    Bon, la solution a été proposée dans les 10 minutes accordées, mais je pense que c'est trop simple ...
    Bonne réflexion ……
    Et avant que les « Autruches » remettent leurs têtes dans le sable, de peur de voir cette réalité en face: «
    Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, mais parce que nous n'osons pas
    qu'elles sont difficiles » (Sénèque)
  • 10/03/2024 à 09:23
    Mouton Noir
    alerter
    Ce texte je l'avais écrit en 2028, en relation à la crise des Gilets Jaunes. Avant nous avions eu la crise des Bonnets Rouges, récemment nous avons eu la crise des Bonnets Jaunes.

    Malheureusement, 5 années plus tard, entre 2018 et 2023, la dette publique Française est passée de
    2,10T€ à 3,04T€, et :
     malgré les énormes progrès scientifiques, technologiques, médicaux,
     malgré la guerre aux portes de l’Europe (conflit Russie – Ukraine),
     malgré la guerre de civilisation au Proche-Orient (conflit Israël - Palestine),
     malgré la pandémie meurtrière du COVID des 4 dernières années,
     malgré la crise climatique majeure depuis 20 années,
     malgré la multiplication des événements de pollutions majeures,
     malgré la fin programmée des ressources naturelles : charbon, pétrole, gaz, uranium,
     malgré la crise des flux migratoires fuyant les guerres, les maladies, les aléas climatiques,
     malgré l’explosion de la dette mondiale, y compris la dette mutualisée de l’Europe,
     malgré l’explosion des violences dans de très nombreux pays, y compris le nôtre,
     et bien d’autres, tellement la liste serait longue.
    En 2023, rien ne semble avoir changer. Pour couvrir ses dépenses et ses déficits, la France prévoit
    d’emprunter 285 G€ complémentaires. Dès lors, pour 2024, la dette publique Française passera à
    3,06T€, et l’année 2024 sera :
     l’année de la guerre nucléaire totale,
     l’année de la remise au « gout du jour » des génocides, des guerres de « religions »,
     l’année du point de non-retour du réchauffement climatique,
     l’année de crise d’exposition aux polluants majeurs, et retombés irréversibles épigénétiques,
     l’année de basculement politiques vers la fin des démocraties,
     l’année des records de la dette mondiale, soit 300 T€ (300% du PIB mondial) , c’est à dire
    42.827,14 € par habitant de notre planète,
     et bien d’autres, tellement la liste serait longue.
    Espérons qu’il ne soit trop tard, car « Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs » (Jacques Chirac,
    02 Septembre 2002)

  • 10/03/2024 à 09:29
    drlouzou
    alerter
    Un peu en décalé avec les ALD, mais sur le fonds l'analyse n'est pas fausse .

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !