01/03/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

La préparation du projet de loi Santé bat son plein. Jeudi 28 février, la profession a été auditionnée par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale pour faire valoir ses propositions. Le calendrier est serré : les amendements à ce projet de loi devront être déposés avant le 8 mars, l’ouverture du débat parlementaire étant prévue entre le 15 et 20 mars. La veille de cette audition, Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officines (USPO) présentait ses propositions.  La première d’entre elles concerne une modification des règles concernant le seuil d’embauche d’un adjoint aujourd’hui dénaturées par l’explosion des ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 01/03/2019 à 17:52

    alerter
    En fait, l’UPSO voudrait que le nombre de pharmacien adjoint soit fonction du chiffre d’affaire des compléments alimentaires et de para que vendent les pharmacies? Ils ont réfléchi longtemps pour trouver cette solution?
  • 01/03/2019 à 18:20
    BREZHONEG
    alerter
    .....et les produits les plus techniques et innovants seraient une regrettable gene dans notre metier.
  • 01/03/2019 à 18:31
    BREZHONEG
    alerter
    .....et les produits les plus techniques et innovants seraient une regrettable gene dans notre metier,n'est ce pas ! .Mais, cher Bonnefons, il y a aussi une autre façon de voir les choses: ces produits necessitent de la competence,et la competence ,ça se paye. Il faut donc qu'un syndicat proteste tres vite contre l'echelle des paliers de marge qui n'obeit qu'aux besoins financiers de la grosse usine a gaz agonisante,et pas aux besoins d'entreprises devant remunerer des gens tres qualifiés( et nombreux, pour traiter toutes les solutions de rafistolage que les politiques deversent sur nos comptoirs). En nous les presentant comme une merveilleuse mise en valeur DU PHARMACIEN....cocu.
  • 02/03/2019 à 15:24
    cf
    alerter
    Gilles Bonnefond, a redit en conférence de presse le 27 février dernier : « plus le métier évolue, plus la pharmacie va avoir besoin d’adjoints »....Grâce aux nouvelles rémunérations liées aux nouvelles missions , entretiens, bilans, vaccinations, télémédecine.. Etc..que Mr Bonnefond se félicite d'avoir bien négocié avec Mr Revel et grâce aux nouvelles marges, il est évident qu'un ou 2 assistants supplémentaire par officine est nécessaire et facilement rentable ..Les 60 000 euros annuels de salaire et charges par assistant supplémentaire seront rapidement compensées... et on pourra donc vendre des médicaments très chers à 96 euros de marge comme des petits pains....En plus ,le titulaire pourra si besoin demander pour lui même la prime d'activité s'il n'atteint pas le smig..
  • 02/03/2019 à 15:58
    BREZHONEG
    alerter
    Oui,il demande des adjoints,mais il oublie d'en demander le financement.Quel dommage ! Juste apres la signature de l'avenant 11 et la baisse de 57 millions de boites vendues !.
  • 02/03/2019 à 16:00
    cf
    alerter
    Une solution au problème serait de ne pas vendre ces médicaments très chers, de ne pas faire d'entretiens, de bilans, de télémédecine,ETC.... et donc de ne pas embaucher d'assistants devenus inutiles en abaissant son chiffre d'affaire....Mais Monsieur Bonnefond et mR Revel ne seraient pas contents... Continuons à être serviles et dociles et obéir aux donneurs d'ordres

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Un paiement au fil de l’eau (à l’acte) sera-t-il suffisant pour vous donner envie de faire des entretiens et des bilans de médication ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK