13/02/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
DR

Ce 13 février, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté son projet de loi de santé en Conseil des ministres. Cette loi devrait être examinée par le Parlement au cours du premier semestre. En voici les principaux points  :
-    la suppression du numerus clausus à la rentrée 2020 pour les médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentaires et sages-femmes. Le concours limitant le nombre d’étudiants admis en 2e année est également supprimé en 2020 ; 
-    les effectifs des étudiants en 2ème et 3ème années seront fixés par les universités  en lien avec les ARS ;
-    l’habilitation du gouvernement à légiférer par ordonnances sur les CPTS si les négociations conventionnelles actuelles n’aboutissent pas ; 
-    la création d’un acte de « télésoin » pour les pharmaciens et les infirmiers en complément de la télémédecine ;
-    la « labellisation » de 500 à 600 hôpitaux de proximité qui seront recentrés sur la médecine générale, la gériatrie et la réadaptation. Le gouvernement pourra réviser la carte hospitalière par ordonnances ;
-    la création d’un statut unique de praticien hospitalier par ordonnances afin de faciliter l’exercice mixte à l’hôpital et en libéral ;-    
-    la création d’une plate-forme de données de santé qui va remplacer l’Institut national des données de santé ; 
-    la création d’un espace numérique pour les patients.






Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 14/02/2019 à 07:32
    rab74
    alerter
    numerus clausus supprimé mais nombre d'étudiants décidé par les ars...tout est dans la formule! c'est comme de dire qu'il n'y a plus de nègres mais des gens de couleurs, plus d'aveugles mais des non voyants etc etc...en appelant un chat un chat et en analysant les problèmes avant d'essayer de les résoudre, on gagnerait en clareté et en temps! de même que prévoir de légiférer si les negos n'aboutissent pas: légiférez direct, osez être ce que vous êtes: des dictateurs. Quant à la labellisation des hôpitaux de proximité: belle façon de faire marche arrière après avoir tout désingué dans l'arrière pays! à quand les gilets verts et blancs?
  • 14/02/2019 à 08:04
    MAURICE
    alerter
    20% de médecins formés en plus, ceci signifie donc 20% de places d'étudiants en plus, donc 20% de financement supplémentaires.
    Le financement suit ?
    Sans doute encore de l'enfumage, pour masquer l'incurie politique.
  • 14/02/2019 à 12:03
    BREZHONEG
    alerter
    Le manque de medecins ne sera pas réglé par 'l'augmentation de l'acces a leur diplome".Ce sont des femmes, de plus en plus, et elles n'ont pas envie d'aller dans certains coins perdus.Et en tant que femmes de medecins ,non plus. Si on veut attirer les diplomés là où il en faut, il n'y a pas de miracle: il faut copier les methodes utilisées ailleurs : les entreprises paient mieux les expatriés quand elles les envoient d'installer a l'etranger.L'Etat paie mieux les fonctionnaires dans les dom tom et les pays qui veulent des cooperants.
    Donc, pour les deserts, la consultation a 25 euros, c'est niet!!Fini!!.C'est ce que demandent les artisans et reparateurs rien que pour le deplacement!!.Madame la Secu, ca devient de plus en plus visible que le probleme, c'est vous. Flinguer l'OFFRE sous pretexte qu'il y a trop de tout(medicaments, soins et soignants)...., ça commence a faire des morts !!
  • 14/02/2019 à 13:53
    Margt
    alerter
    ET BIEN moi je trouve que SUPPRIMER le NUMERUS clausus est une excellente idée, les déserts médicaux devenant un réel problème. ET si on est encore en PÉNURIE IL faudra pendant 5ans LES obliger à pourvoir CES villes sous dotées. Un début de SOLUTION à l'horizon.
  • 14/02/2019 à 17:06
    sanddykilo
    alerter
    Oui je suis d'accord avec le commentaire précédent pour moi c'est une bonne chose . Bien sûr que cela ne réglera pas tout mais un peu de concurrence poussera les medecins à être moins exigeants sur leur lieu d'exercice.
  • 14/02/2019 à 23:13
    brucine
    alerter
    Je suis passé en 2ème année de pharmacie la dernière année avant concours, ce n'était pas hier.

    Mais curieusement et tous les ans, le même nombre d'étudiants était admis: quelque part, un vrai concours était sans doute plus honnête que de massacrer tout le monde histoire de ne pas dépasser le chiffre fatidique, puis de repêcher au petit bonheur la chance.

    J'ai lu quelque part qu'il en sera de même des nouvelles dispositions, les facultés établissant leurs "capacités d'accueil".

    Supprimer le numerus clausus ne signifiera pas que les étudiants deviendront prolifiques, et encore moins qu'ils iront s'installer à Trifouilly les Oies.
  • 15/02/2019 à 11:02
    BREZHONEG
    alerter
    je suis de la meme annee que toi,apparemment.C'est vrai que les notes bizarres, pour freiner le nombre de recus, c'etait la norme !Ceci dit ,quand on voit le fric que va couter les subventions aux locaux tout neufs(c'est pas ça qui manque, ce sont les medecins dedans ) et les assistants administratifs (qui ne voudront pas aller dans les deserts,) on sedemande pourquoi la methode toute simple des consulations a 50 euros n'est pas utilisée....puisqu'il y a du fric ! Eh bien , cest parce qu'il faut amuser la galerie pendant que le travail de sape continue.....

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avez-vous ou allez-vous participer au Grand débat national ?



Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK