02/11/2020 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Fabienne Colin

Dimanche 1er novembre, le Premier ministre annonçait bientôt « interdire la vente de produits » dits non essentiels en grandes surfaces (un décret est attendu dans les heures à venir à ce sujet), par équité avec les commerces de proximité et pour sécurité sanitaire. Vernis, maquillage, bouillotes… la mesure concerne-t-elle aussi les officinaux ? Les acteurs de la profession se veulent rassurants. « La pharmacie vend uniquement des produits de santé, selon une liste limitative proposée par l’Ordre », rappelle Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). De fait, le pharmacien ne craint pas une interdiction de vendre certains produits comme ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 02/11/2020 à 17:08
    Domino
    alerter
    C’est quoi une « infraction au code de déontologie » quand on est entouré de pharmaciens qui ne le respectent jamais ?
    Il faut dire à Monsieur Besset d’aller constater lui-même le nombre de pharmaciens qui vendent des Fleurs de Bach, des Slendertone, des miroirs, des brosses à cheveux, des vélos, des pantys amincissants, du maquillage, etc.
    Alors oui, certaines officines sont concernées et elles doivent respecter la loi.
  • 02/11/2020 à 18:34
    BREZHONEG
    alerter
    Oui, la methode la plus simple consisterait a fermer la pharmacie bazar vendant beaucoup de "pipo" ,puis, apres avoir dégagé un espace facile a trouver dans leurs nombreux m2,remettre a la vente en presence d'un Inspecteur et un Conseiller Ordinal, uniquement ce qui releve de la medecine..Le resultat serait interessant....
  • 03/11/2020 à 07:52
    idiotduvillage
    alerter
    BREZHONEG, le résultat serait d'autant plus interessant que les porteurs d'ordonnance apportent plus de 90% du chiffre d'affaires du réseau officinal.
  • 03/11/2020 à 09:43
    sr38
    alerter
    Les Fleurs de Bach sont des compléments alimentaires, en revanche cela ne vous dérange pas de vendre des sprays gorge, nez de chez UPSA (ou autres) qui ont le statut de DM pour échapper à la réglementation ??
  • 03/11/2020 à 09:51
    charlie 67
    alerter
    C'est du grand n'importe quoi
  • 03/11/2020 à 10:30
    idiotduvillage
    alerter
    Les Fleurs de Bach et les DM sont des produits hors monopole pouvant être vendu n'importe où.
  • 03/11/2020 à 10:35
    sr38
    alerter
    J'ai rarement vu des produits UPSA en vente à Jardiland .....même s'ils contiennent des huiles essentielles comme dans le cas des sprays que j'ai évoqué
  • 03/11/2020 à 11:50
    tnttnt
    alerter
    En même temps, nous ne sommes pas responsables de la législation sur les DM que bcp de labos utilisent. Les pouvoirs publics n'ont qu'à faire leur boulot.
    @SR38 : comment reprocher à des pharmacies de vendre des produits qu'ils ont le droit de vendre ??
  • 03/11/2020 à 12:16
    sr38
    alerter
    Nous sommes responsables de ce que nous mettons sur nos rayons et dans nos tiroirs. Et je pense (naïvement ?) que s’il est possible d’engager une conversation et/ou d’apporter du réconfort, de l’écoute au prétexte des Fleurs de Bach ou d’une brosse à cheveux cela sera toujours quelqu’un qui ne restera pas au bord de la route. Pour rebondir sur le terme pharmacie bazar : humain et pharmacien ça rime, non ?
  • 03/11/2020 à 16:57
    Domino
    alerter
    Les pharmaciens n'ont pas le droit de vendre les fleurs de bach article R4235-10 et les médecins ne peuvent les prescrire article R4127-39.
  • 03/11/2020 à 18:02
    Czentovich
    alerter
    @Domino : L'homéopathie est remboursée et largement prescrit par les médecins. Du coup vous refusez leur délivrance?
  • 03/11/2020 à 18:27
    erwann
    alerter
    @Czentovich: l'homéopathie est autorisée à la vente et la prescription, contrairement aux fleurs de bach. Ce n'est donc pas comparable en terme législatif. En terme d'efficacité, les deux se valent et peuvent être remplacés par n'importe quel placebo...
  • 03/11/2020 à 18:32
    idiotduvillage
    alerter
    Les Fleurs de Bach sont des compléments alimentaires, pourquoi seraient elles interdites ? Elles sont considérées comme n'ayant aucune activité thérapeutique, comme tous les compléments alimentaires ou autres DM.
  • 03/11/2020 à 19:23
    Czentovich
    alerter
    @Erwan : en réponse à Domino je parlais de l'article R4235-10

    Mais je suis d'accord avec toi
  • 04/11/2020 à 16:16
    drlouzou
    alerter
    Si les pharmacies délivrées que des médicaments essentielles,
    les pharmacies discount fermeront, et ça me plait assez ....

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Souhaitez-vous vacciner la population contre le Covid-19 dès le début de la campagne ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK