Prochaine convention pharmaceutique : gagnerez-vous plus ? - 25/02/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
25/02/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Prochaine convention pharmaceutique : gagnerez-vous plus ?

Getty Images

« Une bonne négociation, c’est quand personne n’est content, et c’est justement le cas », souligne Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) à propos de la future convention nationale pharmaceutique.

Après 4 mois de réunions de discussions avec l’Assurance maladie, il se déclare « plutôt satisfait » de cette négociation. « Bien sûr, nous aurions aimé voir dans ce texte une rémunération spécifique pour les officines de proximité en difficulté, un honoraire plus élevé pour la dispensation à domicile ou encore une accélération des interventions pharmaceutiques sur l’ordonnance », regrette-t-il.

Mais le plus important est que l’Assurance maladie ait levé (après arbitrage du ministère de la santé) le seul point de blocage qui restait en suspens pour la FSPF. A l’exception des pilules contraceptives, l’honoraire de dispensation pour grands conditionnements à 2,70 € s’appliquera à l’ensemble des médicaments conditionnés pour un traitement de trois mois, ce qui rapportera 50 M€ par an au réseau officinal.

Parmi les autres avancées encourageantes, la FSPF se félicite de l’engagement du ministre de la Santé à prendre un arrêté de marge sur l’égalisation des marges d’une part entre médicaments « hybrides » et leurs génériques, d’autre part entre médicaments biologiques de référence et médicaments biosimilaires, ce qui permettra de faire sauter le verrou sur la substitution du pharmacien.

La revalorisation de 30 % de l’honoraire de vaccination contre la grippe, l’ouverture au champ de la vaccination de l’adulte et de l’adolescent de 16 ans et plus au même tarif que les médecins (9,60 €) sont autant de bonnes nouvelles.

Un euro pour les stups

Même dans les motifs de déception, la dispensation à l’unité à 1 € en est un , il y a aussi des points positifs. « Ce tarif va s’appliquer également au déconditionnement des médicaments stupéfiants », annonce Philippe Besset.

Selon lui, la revalorisation sur le cœur du métier et l’existant (dispensation des boîtes trimestrielles, ROSP génériques, vaccination grippe…) rapportera environ 100 M€, en attendant une nouvelle étape des négociations en 2023 portant sur la rémunération de la dispensation du médicament.

Les nouvelles missions qui vont arriver cette année (dépistage de l’infection urinaire, dépistage du cancer colorectal, entretien pharmaceutique court avec la femme enceinte…), obéissent au principe de « travailler plus pour gagner plus ». Pour qu’elles puissent être rémunérées à l’acte, il faudra cependant des évolutions législatives.

Philippe Besset devrait obtenir un mandat de son syndicat mardi 1er mars pour la signature de la convention.



François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 25/02/2022 à 20:58
    PF
    alerter
    rappelez-nous, vous aviez bien promis 800 M d'euros lors de la campagne aux URPS... On en est loin... très loin semble-t-il.
  • 26/02/2022 à 08:36
    Jeum37
    alerter
    Je suis du même avis que PF: le budget de la sécu revoit tous les ans entre 900 millions et 1,2 milliards d’économies sur la filière médicament donc espérer recevoir au mieux 100 millions, c’est une aumône face à de violents coups de rabot dans notre outil !
    Plutôt que d’en être satisfaits, nos syndicats devraient regarder comment font les voisins (médecins, kinés, biologistes, prestataires de matériel médical…): ils n’attendent pas 2023 pour voir ce que ça donnera, ils réclament tout de suite, avant les propositions de la sécu (ou dès la première mesure impactant leur économie, ils s’insurgent fortement pour qu’elle soit la dernière), afin de donner la base de la négociation. Ils n’attendent pas qu’on leur serve l’inacceptable pour s’avouer satisfaits d’en avoir « évité » 10%…
  • 26/02/2022 à 15:43
    smartiz19
    alerter
    On dirait qu'il faut trouver des coupables à la pandémie, et comme on nous a "largement" payé selon les dires de la sécu (pas moi, je n'ai pas testé), il faut que quelqu'un paie.
    Mais ils vont tuer la filière, on a besoin de médecins dans les campagnes, et bientôt, ce seront les pharmacies, qui disparaîtront à leur tour.
    Les actes sont à l'opposé des paroles des autorités de santé.
    Quand nos syndicats s'en apercevront ils ?
    Quand les patients et donc les futurs votants, dans quelques jours, s'en apercevront ils ?

    Lentement et sûrement, on détruit notre système de santé en prétextant vouloir le réformer, le sauver.
    Dans l'actualité, cela me fait tout de même un peu penser à Poutine et son discours à propos de l'Ukraine. Pas vous ?
  • 27/02/2022 à 10:14
    BREZHONEG
    alerter
    Oui, c'est tout à fait ça.A l'ecole de l'Agit ¨ProP du¨Parti, et à Sciences ¨Po. aussi, on apprend ça : 1) On attaque . Fort pour pouvoir avoir l'air de faire des concessions--2) on rassure en disant ce que les gogos ont envie d'entendre (nous allons nous rencontrer ,tout est negociable,etc..etc° ----et 3) on continue à faire ce qu'on voulait faire. Et les gogos ressortent en disant "ça aurait pu etre pire". En attendant l'attaque suivante,jusqu'a disparition des 10 400 pharmacues proposée par la Cour des C. en 2017.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !