Prochaine convention pharmaceutique : ces 4 sujets qui fâchent - 21/02/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
21/02/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Prochaine convention pharmaceutique : ces 4 sujets qui fâchent

Malgré leur proposition commune à l’Assurance maladie, les voix des deux syndicats, l’Union de syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) et la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), ont encore des discordances sur le projet de convention nationale pharmaceutique. Revue de détail.
Getty Images/iStockphoto
Les grands conditionnements

La baisse de l’honoraire sur les grands conditionnements à 2,55 €, comme le souhaite l’Assurance maladie, n’est pas acceptable ni pour la FSPF, ni pour l’USPO. Tous deux demandent le maintien de l’honoraire à 2,70 €. La FSPF a ainsi fait savoir que la baisse de l’honoraire sur les grands conditionnements est pour elle la seule pierre d’achoppement.

La valorisation de l’acte vaccinal

La valorisation de l’acte vaccinal en officine des adultes et adolescents en deux volets, - 7,50 € quand la personne à vacciner lui est adressée par un courrier de l’Assurance maladie et 9,60 € quand le pharmacien est amené à prescrire un vaccin après avoir vérifié l’éligibilité du patient à ce vaccin -, proposée par l’Assurance maladie ne satisfait pas l’USPO, à la différence de la FSPF. « Le pharmacien est prescripteur de la vaccination antigrippale et doit donc être rémunéré 9,60 € pour son acte vaccinal », défend Pierre-Olivier Variot, président de l’USPO.

Le pharmacien correspondant

Dans le texte conventionnel, le pharmacien correspondant trouve uniquement sa place dans les zones sous-denses en médecins. Un regret pour la FSPF, un point non négociable pour l’USPO : « C’est un nouvel échec essuyé par le pharmacien correspondant après celui de 2019. L’Assurance maladie le tue une nouvelle fois, alors que le manque de temps médical va devenir une véritable catastrophe dans quelques années. On ne peut pas organiser le pharmacien correspondant dans des secteurs où il n’y a pas de médecin ! », explique Pierre-Olivier Variot.

La dispensation à domicile

Pour la dispensation à domicile, l’USPO regrette qu’elle soit limitée au Prado, un service de l’Assurance maladie mis en place en 2010 et qui vise à organiser le retour à domicile de patients hospitalisés. Si la FSPF se contente de l’indemnité fixée à 2,50 €, l’USPO la juge insuffisante et demande le double (5 €).



François Pouzaud

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !