28/02/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
mère, enfant, bébé, allaitement, tire-lait, seins, kitett DR

Devant l’augmentation des remboursements de location de tire-lait, le Comité économique des produits de santé (CEPS) a décidé de faire des économies sur ce poste de dépenses, en baissant les tarifs de remboursement de la prestation de délivrance de ces appareils. Une baisse prévisible. En effet, André Tanti, vice-président du CEPS, en charge des dispositifs médicaux, s’était ému de la hausse des coûts de location lors du 71e congrès national des pharmaciens à Strasbourg (Bas-Rhin). Le 6 février dernier, à l’issue de plus d’une année de discussion avec les prestataires de matériel médical (PSDM), les pharmaciens d’officine et les fabricants, le CEPS a entériné sa décision.

L’Union nationale des prestataires de dispositifs médicaux (UNPDM) a exprimé son inquiétude dans un communiqué de presse du 27 février, devant l’ampleur sans précédent de cette grande braderie sur la délivrance des tire-laits : quasiment – 30 % des dépenses de l’assurance maladie (20 M€) sur cette ligne de la liste des produits et prestations remboursables (LPP), lorsqu’on cumule la dégradation des tarifs de prise en charge et l’encadrement des durées de location.
Si cela va régler le problème du reste à charge pour les mères, avec l’instauration de prix limites de vente, l’UNPDM alerte sur les conséquences en termes de santé publique d’une telle baisse qui « ne permet ni aux entreprises de matériel médical ni aux pharmacies de garantir une même qualité de délivrance des tire-laits aux utilisatrices. »

Cette maîtrise comptable du CEPS va même à l’encontre de son souhait de conserver une relation avec une personne physique qu’il juge indispensable pour les obtenir. « Le CEPS dévalorise la mission de santé publique des prestatataires et des pharmaciens d’officine, et c’est tout le volet de la prestatation de proximité qui est ainsi remis en cause », déplore le communiqué. Et ce que voulait éviter le CEPS, la reprise en main ce marché par le circuit de la vente en ligne, risque fort de se produire. 
« Le constat est pathétique », conclut l’UNPDM, alors que son groupe d’experts avait présenté comme alternative un plan d’économies de 12,3 millions d’euros, soit près de 22% de baisse des dépenses, en instaurant un forfait de remboursement dégressif pour les longues durées d’allaitement.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 01/03/2019 à 07:16
    Freemind
    alerter
    La politique de prévention est une catastrophe en France. Alors que l’on ne cesse de reconnaître tous les bienfaits santé de l’allaitement, on préfère devant l’augmentation de « l’investissement » renoncer.
    Les pouvoirs publics sont vraiment des incapables...
  • 01/03/2019 à 09:51
    prisan
    alerter
    Inadmissible, cela va à l'encontre des recommandations d'allaitement jusqu'à 6 mois. Effarant ...
  • 01/03/2019 à 15:50
    zidou
    alerter
    continuons .....

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Allez vous signer la pétition #MonHomeoMonChoix pour le maintien du remboursement de l’homéopathie ?



Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK