15/05/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Principe actif, médicament, fabrication, production, Polepharma, Leem serazetdinov/iStock

« Principes actifs et médicaments : la souveraineté de la France est-elle menacée ? », tel était le thème du colloque organisé le 14 mai par la Pharmacie centrale des armées, Polepharma (groupe d’entreprises pharmaceutiques), le Leem (Les Entreprises du médicament) et le SICOS Biochimie (syndicat de l’industrie chimique organique de synthèse et de la biochimie). Un sujet d’actualité compte tenu des ruptures d’approvisionnement et de stocks de plus en plus nombreuses. Mais le problème de la production de principes actifs en France et en Europe constitue également un enjeu en matière de défense et de sécurité nationale, « face aux menaces non conventionnelles émergentes », comme l’a déclaré en préambule François Caire-Maurisier, pharmacien en chef de la Pharmacie centrale des armées. La situation française interpelle : selon Vincent Touraille, président du SICOS Biochimie, la France est en recul depuis 24 ans : elle est désormais au 4ème rang européen de la production de médicaments en valeur, après avoir été leader de 1995 à 2008. Quant à la production de principes actifs, la France ne compte plus qu’une centaine de sites contre 2 500 en Union européenne et 300 en Suisse. De 60 à 80 % des principes actifs sont fabriqués hors de l’UE. « Nous sommes très dépendants des producteurs d’Asie », a commenté Vincent Touraille. « 90 % de la production d’antibiotiques est réalisée en Chine et en Inde », a également remarqué Philippe Ivanes, vice-président Opérations industrielles de Sanofi Vaccins et président de Polepharma.

Quelles sont alors les solutions ? Bruno Bonnemain, membre de l’Académie nationale de pharmacie, a rappelé les principales propositions de l’institution : avoir une véritable coordination au sein de l’Etat entre les différents services ; identifier les médicaments indispensables qui sont en rupture ou en tension ; revoir les prix sachant que les médicaments les plus en rupture sont des anciens produits dont les prix sont faibles en France ; encourager les sites de production existants à se développer et rapatrier la production de principes actifs en Europe ; mettre en œuvre des incitations fiscales. « Il faut au moins dix ans pour régler le problème », a néanmoins souligné Bruno Bonnemain. Alexis Vandier, directeur général d’Ipsen France, s’est montré aussi réaliste : « Nous ne pourrons pas relocaliser toute la chaîne de valeur en France ou en Europe ».






Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 15/05/2019 à 17:17
    BREZHONEG
    alerter
    Quand j'etais etudiant, les labos francais (Roussel, etc..)c'etait une realité.Tous ceux qui n'ont pas reussi a atteindre la taille mondiale, et qui n'avaient que le marché interieur ont été obligés, étouffés, de se vendre, les uns apres les autres. Inutile d'esperer remettre une industrie en place avec un marché tel qu'il est, piloté par l'Usine A Gaz de Revel.Nous sommes condamné a l'Importation avec Rationnement ,comme fonctionnaient les pays "socialistes".
  • 15/05/2019 à 17:18
    BREZHONEG
    alerter
    Quand j'etais etudiant, les labos francais (Roussel, etc..)c'etait une realité.Tous ceux qui n'ont pas reussi a atteindre la taille mondiale, et qui n'avaient que le marché interieur ont été obligés, étouffés, de se vendre, les uns apres les autres. Inutile d'esperer remettre une industrie en place avec un marché tel qu'il est, piloté par l'Usine A Gaz de Revel.Nous sommes condamnés a l'Importation avec Rationnement ,comme fonctionnaient les pays "socialistes".

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Délivrez-vous encore beaucoup de substituts nicotiniques sans ordonnance ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK