07/08/2020 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Matthieu Vandendriessche

Par leurs démarches commerciales, les prestataires de services et distributeurs de matériel à domicile (PSDM) empêchent les pharmaciens d’officine d’accéder à la prise en charge de patients en sortie d’hospitalisation. L’Inspection générale des affaires sociales (Igas) le confirme dans son rapport sur le secteur mis en ligne le 28 juillet. Elle réitère un constat déjà établi en 2013 et note que la situation n’a guère changé : « Les contrôles opérés par les pouvoirs publics sont très limités malgré les dérives avérées liées aux pratiques commerciales dans un contexte de forte concurrence ». En effet, selon ce rapport étayé d’une centaine de pages, « la ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 07/08/2020 à 20:22
    Jacq29
    alerter
    Les chirurgiens et leurs secrétariats sont constamment sollicités par des commerciaux de structures comme Archipel à Brest qui viennent chercher la prescription dans les hôpitaux. Le pharmacien n’a ni le temps ni l’expertise pour aller démarcher commercialement les secrétaires en leur amenant des viennoiseries au petit-déjeuner ou en leur offrant le déjeuner... Des clubs/amicales d’anciens dans les villages se font offrir des bouteilles de vin et des boîtes de rillettes à ramener chez eux en contre-partie d’assister à des présentations des services et produits dispensés par des structures de matériel médical... Les présidents de ces associations se voient offrir un portable et une bouteille de champagne pour les avoir laissés faire leurs marketings aux heures des tournois de pétanque et de dominos...
  • 07/08/2020 à 22:30
    Stéph29
    alerter
    @Jacq29
    Quel intérêt a un prestataire de santé d'aller démarcher des chirurgiens sachant qu'ils ne sont pas pourvoyeurs de prescriptions pour ces structures ?

    Concernant les prestataires, étant moi-même commerciale terrain depuis de nombreuses années, je peux vous assurer qu'Archipel n'est pas la pire au niveau des pratiques que vous citez Jacq29 (à tort selon moi). D'autres (...) ne sont pas en reste. À une seule différence : ces 2 là "achètent" le silence des pharmacies locales moyennant de juteuses commissions pour une information aux patients (ou clients, c'est selon) nulle voire inexistante.

    Un conseil : dénoncer à l'ARS toute pratique "illégale" à condition d'être propre soi-même.

    DAVID S.
  • 08/08/2020 à 07:37
    rab74
    alerter
    et depuis quand les chirurgiens ne sont pas fournisseurs de prescriptions? cannes anglaises, fauteuils roulants, gilets d'épaule et coussins d'abduction, bottes de marche, bouées askle, matelas anti escarres...tout ce qui file chez (...) alors qu'on a tout, et que le patient est encore dans son lit d'hôpital? même l'incontinence en sortie d'urologie est captée par ces sociétés...la seule demande qui remonte des patients c'est...l'élimination des déchets et la récupération des non utilisés en cas de décès. Eux vendent et nous on ramsse! Quant à la dénonciationà l'ARS, sans avoir la main sur les contrats signés dans l'enceinte de l'hôpital, ça n'est pratiquement jamais suivi!
  • 08/08/2020 à 07:42
    Jacq29
    alerter
    Steph29 :
    Comment expliquez-vous que les pharmaciens de Brest et Morlaix voient de moins en moins d’ordonnances de location de lits, de fauteuils, d’oxygène, etc... Quand on apprend par hasard de nos patients qu’ils ont récupérés du matériel suite à une hospitalisation et ne savaient pas que nous pouvions aussi, en tant que docteurs en pharmacie diplômés en orthopédie et pas technico-commerciaux avec 2 mois de formation, offrir ces prestations, quand un médecin retraité admet qu’elle a écrit un courrier à la direction de l’hôpital de Brest, sans suite, car elle n’avait pas compris pourquoi l’hôpital ne lui avait proposé qu’UN prestataire pour prendre en charge ses ordonnances de matériel médical à sa sortie... Il ne s’agissait pas pour elle de mettre en lice des diplômés universitaires comme elle avec des technico-commerciaux mais plutôt du manque d’information de la part de l’hôpital qui lui a fait se sentir obligée de prendre CE prestataire et de ne pas avoir le choix d’un autre prestataire ou d’un pharmacien. Je ne connais pas Orkyn mais Mad’Ouest est dirigé et encadré par des pharmaciens coopérateurs CERP qui sont en majorité à Brest...
  • 08/08/2020 à 09:29
    cabernet
    alerter
    et quand ces structures, sociétés ou pseudo associations, délivrent de l'oxygene médical alors que leur pharmacien responsable (qui ne vient déjà que 3 heures par semaine) est en arret de maladie pour plusieurs mois sans remplaçant donc fonctionnent en toute illégalité. Fait signalé à l'ordre qui n'a rien fait ...si ce n'est continuer encourager les ARS à venir tatillonner le petit potard du coin... c'est plus facile !
  • 08/08/2020 à 13:07
    pcc1
    alerter
    Et ils ne se préoccupent pas de dispensation adaptée,ils en collent du sol au plafond sans s'inquiéter de l'état de santé ni du besoin réél,sans parler de périodes d'hospitalisation qui peuvent survenir,vu chez des patients et vécu dans ma famille chez une grand tante chez qui il y avait 2 pièces de pansements,compléments alimentaires....sans que cela ne dérange l'infirmière plus que cela....non plus d'ailleurs.
  • 08/08/2020 à 13:20
    pcc1
    alerter
    Quant aux chirurgiens,ici dans une clinique un chirurgien transmet tout directement à une société à plus de 250 km...une soi disant infirmière passe tout livrer et est" joignable en cas de "problèmes".
    (...)
    Bref rien de nouveau .
  • 10/08/2020 à 16:35
    galenus
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 11/08/2020 à 10:05
    BREZHONEG
    alerter
    Ca fait longtemps que ça dure, et moi ,j'avais proposé de lancer sur ce probleme nos etudiants de 5eme annee en stage hospitalo -universitaire.Puisqu'on a la chance d'avoir des gens dans la place,ne pas se gener pour s'en servir.Ils travaillent pour eux aussi ,Dans 4- 5 ans ils seront contents de voir revenir des prescritionsgrace a leur combat.
  • 12/08/2020 à 20:34
    galien02
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.
  • 14/08/2020 à 12:32
    eurasio
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Souhaitez-vous vacciner la population contre le Covid-19 dès le début de la campagne ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK