15/08/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
médecins, infirmiers, décret, pratique, arrêté, pharmaciens, psychiatrie Sevenhead/Pixabay

Un arrêté paru au Journal officiel mardi 13 août vient compléter la mise en place de l’exercice infirmier de pratique avancé (IPA), instauré par un décret du 18 juillet 2018.

Cet exercice permet à des professionnels infirmiers d’élargir leurs compétences dans le champ clinique. Après une formation spécifique, ils pourront renouveler, adapter voire prescrire des traitements ou des examens médicaux, assurer une surveillance clinique et mener des actions de prévention ou de dépistage. Cela se fera en accord avec les médecins qui confieront à ces infirmiers le suivi de certains de leurs patients dont l’état de santé est stabilisé. Il faudra également que ces professionnels exercent au sein d’une équipe de soins, par exemple en maison ou en centre de santé, en établissement hospitalier ou médico-social.

L’arrêté paru mardi précise que le renouvellement ou l’adaptation d’une prescription est possible pour l’infirmier de pratique dans le cadre d’une procédure écrite établie par le médecin. Cela concerne les médicaments anticancéreux, mais également de nombreux médicaments utilisés en psychiatrie : thymorégulateurs, psychostimulants, antipsychotiques atypiques (par exemple amisulpride, rispéridone, clozapine), neuroleptiques conventionnels (par exemple halopéridol, sulpiride), antiépileptiques approuvés dans le traitement de troubles psychiatriques (acide valproïque, carbamazépine). Le renouvellement ou l’adaptation de la prescription sera  aussi possible, dans les mêmes conditions, dans le traitement de substitution aux opiacés.

Les IPA pourront de plus faire procéder aux dosages de certains de ces médicaments. L’arrêté a été publié avec un décret qui fixe les modalités générales de ces actions. « Le protocole d’organisation est établi entre un ou plusieurs psychiatres et un ou plusieurs infirmiers exerçant en pratique avancée », indique ce décret. Celui-ci permet la dispensation des prescriptions des IPA par les pharmaciens. Le remboursement de ces prescriptions est également avalisé par le décret.

Se former à la pratique avancée nécessite au minimum 3 ans d’exercice. La première est un tronc commun et la deuxième année est centrée, selon la mention choisie, sur les pathologies chroniques stabilisées et polypathologies courantes en soins primaires, l’oncologie et l’hémato-oncologie, la maladie rénale, la dialyse et la transplantation rénale. La santé mentale et la psychiatrie vont intégrer les enseignements à la prochaine rentrée.

Environ 400 futurs IPA ont intégré les enseignements en 2018 (70 ont intégré directement la deuxième année). Des IPA se déploieront donc sur le terrain dès 2020. Plus d’un millier d’IPA devraient être formés d’ici 2021.






Les dernières réactions

  • 15/08/2019 à 00:28
    Nicilas 34
    alerter
    Et on va donner les soins infirmiers aux jardiniers ....l'art de tout tirer vers le bas dans ce pays ...alors qu'il suffirait d'encadrer un peu plus les médecins pour une répartition géographique et un nombre d'heures minimum à faire par semaine et des gardes le dimanche et jours fériés tout comme leur cousins potards ....
  • 15/08/2019 à 09:31
    tnttnt
    alerter
    "Alors qu'il suffirait" : malheureusement tout le problème est là. La dernière fois qu'ils ont essayé, grève des internes dans les hôpitaux et le gouvernement a cédé. Les MG installés n'étaient pas contre mais on ne peut pas se permettre d'avoir des hôpitaux paralysés.
  • 15/08/2019 à 11:30
    gelsemium
    alerter
    Infirmiers pro-pharmaciens !! Quelle est cette politique ? Que font les syndicats de pharmaciens ? Que fait l’Ordre ? On nous fait vacciner et on nous retire le suivi des patients. A quoi servent les bilans de médication, les EP ? On marche sur la tête.
  • 15/08/2019 à 17:53
    patrick48
    alerter
    Bonjour, les pharmaciens vaccinent et font des bilans sur les traitements prescrits par les médecins.
    Les infirmiers vont pouvoir prescrire et faire l analyse d une maladie chronique par délégation du médecin
    Et dans ce flou artistique les prestataires naviguent entre l hôpital et les patients avec là livraisons de matériel de perfusion, produits pour stomisé et pansement.
    Tout le monde médical et paramédical est à la botte de la sécu qui distribue les bons et mauvais points
    Comment vivre dans cette jungle ou l on perd son identité professionnelle ?
    Bonne journée
  • 15/08/2019 à 18:19
    tnttnt
    alerter
    De toute façon, on est tellement embourbé dans les déserts médicaux qu'il faut bien faire quelque chose ? Donc c'est peut-être un gloubi boulga infâme mais je trouve qu'il y a du positif.
    Parce qu'avant de voir les futurs médecins arriver (depuis la fin du numerus clausus même si le nombre de médecins sera toujours limité...) ça va demander pas mal d'années.
  • 16/08/2019 à 10:34
    xav84
    alerter
    Il était temps!! Depuis le temps que nous les infirmiers courront partout pour des choses aussi simple que de prescrire des bilans oubliés par les médecins ou attendre des reconductions/adaptations de traitement parce que « le médecin vient à peine de partir » !!
    De plus ce master ne fait que rendre légal ce que l’on fait parfois déjà ! (Donner ou non un traitement, diminuer la dose..cocher le bilan oublié, en rajouter un..)
    Il faut surtout garder en tête qu’un IPA ne fera pas ce qu’il veut il bossera AVEC le médecin, l’IPA reste paramédical même s’il a des compétences élargies.
  • 16/08/2019 à 10:35
    Ide
    alerter
    Bonjour,
    Je suis infirmière je tiens a signaler mon étonnement et mécontentement nous avons des formations complètement différentes.. .pourquoi les médecins font autant années d'étude alors!
    Les infirmières vont prescrire les pharmaciens vaccinent.. ..les tarifs des consultations n'augmentent pas...
    Si les médecins tiennent le coup chapeau!
    Pourtant nous avons un bon système de santé et pouvons prendre en charge correctement avec une bonne collaboration.
    Moi perso je vais prendre la porté de sortie
  • 16/08/2019 à 15:50
    Beren
    alerter
    A quoi servent nos syndicat???
    A quoi sert l ordre d accepter cela???
    Quel va être le rôle du médecin???
    Une honte!!! Et en plus, notre rémunération n augmente jamais
  • 16/08/2019 à 18:41
    pharmaco
    alerter
    Encore une fois, les autorités de santé semblent avoir oublié que le spécialiste du médicament est ....... le pharmacien.
    Plutôt que de penser que tout le monde peut tout faire (les pharmaciens vaccinent, les IDE prescrivent des médicaments, les médecins font ce qu'ils veulent.....), redonnons à chacun les moyens d'exercer son "cœur de métier"
  • 16/08/2019 à 21:54
    tnttnt
    alerter
    D'accord avec toi sur ce que tu dis. La seule chose c'est que ça ne règle en rien la pénurie de MG pendant au moins les 10 années à venir.
    Sinon je suis d'accord, les pharmaciens qui vont prescrire sans contrôle (car le médecin est contrôlé par le pharmacien), perso je suis contre. Et tout le monde va aller nous demander un ATB en nous expliquant qu'il ira le chercher à côté si on ne lui file pas... Ca va être folklorique
  • 17/08/2019 à 07:48
    Halimos
    alerter
    Bonjour,
    Je ne suis pas d'accord avec cette politique.
    Le médecin a fait beaucoup d'année d'étude durant les quelles à bien pris connaissance aux médicaments et leur effets secondaires notamment sur l'état de santé du patient. Et une vision globale en assumant l'entière responsabilité sur tout effet indésirable ou Indépendance notamment dans les médoc psychotrope. Si cette politique vise que les malades qui ont une maladie chronique anticancéreux, ou psychiatrique cela signifie pour moi manque de considération envers ces patients car ne stress de voir le médecin fait partie du traitement sur le plan psychologique.
    Il faut former et encourager les médecins.
  • 17/08/2019 à 08:00
    Sidonie
    alerter
    A la retraite depuis peu, étant chronique, j'ai donc du trouver un médecin,qui d'emblée, m"a averti qu'il ne travaille pas le vendredi, et pas de visites à domicile. Les infirmiers(es) sont beaucoup plus au service que les médecins, qui sont atteints du syndrome 35h.
  • 17/08/2019 à 08:57
    AG
    alerter
    Du n'importe quoi, comme d'habitude.
  • 17/08/2019 à 13:35
    jpf
    alerter
    À priori l’IPA doit exercer dans une équipe de soin, ce qui exclu les infirmiers libéraux.
  • 26/08/2019 à 10:20
    BREZHONEG
    alerter
    Eh oui, pour faire durer le systeme asphyxié progressivement par la Secu , on a décidé de "faire du nombre" pour boucher les trous avec ce qu'on avait sous la main. Naguere, quand on manquait de profs, dans mon college les cours de chimie ont été assurés par le pharmacien du quartier ( pour faire le niveau debutant: fonction base -fonction acide,hein...) Mais quand je dis a mes clients qu'on revient au niveau "apres guerre" avec les penuries dans toutes les mailles du reseau, je ne suis pas loin de la realité..Et pendant ce temps, notre Ordre met en valeur une soit disant solidité d'un reseau homogene,etc....Ca veut dire qu'il ne va rester que des grosses boites (que les jeunes ne pourront pas se payer) et du service (?) par la télé informatique.Chers etudiants,votre avenir , c'est de plus en plus d'etre salariés et de moins en moins d'etre liberaux.Avec toute la comprehension de la Presidente.
  • 27/08/2019 à 14:18

    alerter
    Et ,e médicaments seront ils remboursés par le Sécu et mutuelles,?
    Ou le pharmacien en plus d.avancer le travail , et son savoir va attendre le remboursement à jamais?
    Et va continuer à donner de conseil gratuit bien sûr
    Ex: patiente diabétique arrive à la Phcie avec son appareil pour contrôler de Glucose. Femme en ceinte et diabète .
    Le médecin lui avait dit de venir à la phcie pour apprendre à utiliser l’appareil et savoir tous à propos de la diàbete et grossesse.
    Évidement les médecins à reçu l’argent t d’une consultation
    Et le temps de l’info et formation dans ce Pays est gratuit car le savoir et la formation d’une pharmacien ne vaut-il la peine de le payer?
    En fin Pharmacien .... lamentable
  • 29/08/2019 à 04:27
    Liliane Deleplace, Autre professionnel de santé
    alerter
    La réaction a été supprimée car elle ne respecte pas la charte du site.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Continuez-vous à ouvrir des DMP ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK