26/10/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Stéthoscope, médecin, ordonnance DR

« MG France s'oppose aux tentatives de démantèlement du métier de médecin généraliste ». Dans son communiqué du 26 octobre, le syndicat des médecins généralistes ne mâche pas ses mots quitte à verser dans l’outrance. En ligne de mire ? L’amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019 visant à expérimenter la délivrance de médicaments à prescription médicale obligatoire pour certaines pathologies dans un cadre protocolisé. Mais aussi la vaccination antigrippale en officine. 
Dès les premières lignes, MG France annonce la couleur : « Au prétexte de soulager les médecins généralistes qui subissent une baisse démographique malgré nos alertes qu'aucun politique n'a écouté, certains se proposent de démanteler notre métier en confiant aux uns les vaccinations et aux autres le renouvellement des traitements chroniques, voire la modification de ces traitements ». On l’aura compris, les médecins ciblent les pharmaciens et les accusent de leur prendre une partie de leur travail. Et le syndicat n’hésite pas à employer tous les arguments pour éviter « une confusion des rôles respectifs des acteurs de santé » y compris en rabaissant les pharmaciens au statut de vendeurs de médicaments. La « sécurité sanitaire [des patients] n'a rien à gagner de dispositifs de distribution qui confondraient les rôles de vendeur et de prescripteur », écrit MG France. Et d’ajouter : « Dans un contexte économique tendu pour l'assurance maladie, il faut protéger les professionnels qui délivrent les médicaments du risque de conflit d’intérêt qui serait la conséquence de cette confusion des rôles ». 
Evidemment, MG France « s’opposera fermement et sans concession à tout amendement qui porterait atteinte à l’intégrité du métier de médecin généraliste ». Le syndicat table aussi sur la mobilisation des patients en demandant « aux médecins généralistes de mettre en garde leurs patients contre les dérives liées à des initiatives locales hasardeuses et périlleuses pour leur santé ». Quid du protocole médical et de coopération conclu avec le médecin traitant comme le précise l’amendement. La colère est mauvaise conseillère, dit un proverbe populaire… 






Magali Clausener

Sur le même thème

Les dernières réactions

  • 26/10/2018 à 20:31
    pharmaco2b
    alerter
    Et oui,comme les medecins ne veulent plus travailler 60h /semaine..nous les pharmaciens sommes la pour les aider!!plus d appel a 3h du mat de garde de nuit par le comissariat pour un fosfomycine..je pourrai le delivrer a 18h!!
  • 26/10/2018 à 20:40
    pharmaco2b
    alerter
    delivrance de pilules sans visite gyneco,vaccination anti-grippe,tenue du carnet de vaccination avec les rappels afferents,delivrance de collyres antibiotiques,delivrance de fosfomycine,TELEMEDECINE!!!Les medecins sentent bien que leur "Monopole"est en train de leur echapper...mais pour cela faut TRAVAILLER et pas boucler la semaine le vendredi a 12 h et apres demmerde toi!!!
  • 26/10/2018 à 20:50
    pharmaco2b
    alerter
    il ne restera bientot aux medecins que les pathologies lourdes ..et a 25 euros la consult ,ils vont regretter de ne pas etre plombiers!!!!!!!!!!
  • 26/10/2018 à 21:26
    MARGT
    alerter
    ILS SONT EN COLÈRE LES MG...RIDICULE CAR NOUS SOMMES COMPLÉMENTAIRES ET LONGTEMPS ON NOUS A SOUS ESTIME. LA PROFESSION DE PHARMACIEN SE MÉDICALISÉ ET TANT MIEUX.BRAVO BUZYN DE NOUS REDONNER NOS LETTRES DE NOBLESSE CAR ON LE VAUT BIEN.
  • 27/10/2018 à 06:52
    MAURICE
    alerter
    Il s'agit de faire face à une pénurie dramatique de médecins, et ceci pour 10 ou 15 ans le temps de former suffisamment de médecins, pour pallier aux erreurs du passé.
    Et nous sommes dans l'urgence.
    Tergiverser ne sert à rien, il faut prendre les mesures indispensables, et libérer du temps médecin.
    Il est certain que les médecins doivent apprendre à travailler, sans arrogance, avec toutes les autres professions médicales, et cela n'est pas dans leur culture.
  • 27/10/2018 à 07:23
    rab74
    alerter
    c'est sûr qu'avec des rdv à 8 jours pour une conjonctivite, ça devait arriver! et d'accord avec pharmaco2b:la cystite de sortie d'urgence à 2 h du matin, on oublie car on traite au premier passage...et, faisons râler encore plus nos "collègues" médecins: on lui file les bandelettes test pour vérifier que le ttt a marché et on évite les complications, la secu a économisé 68 euros+8euros. c'est pas beau ça? oui nous sommes des vendeurs (par la force des choses), mais nous sommes avant tout des professionnels de santé et nous avons aussi un code de déontologie que nous respectons à tout le moins autant que les MG. c'est aussi pour ça que nous réclamons un paiement de prestation plutôt qu'à la boite!
  • 27/10/2018 à 11:20
    pov
    alerter
    Un peu de modération et moins d'orgueil de la part des 2 professions aiderait sans doute à aboutir à de bonnes solutions. Sur le terrain des équipes de soins primaires, les rapports sont plus simples quand "l'interconnaissance" fonctionne.
  • 27/10/2018 à 11:58
    wonderphienne
    alerter
    A s installer en ville ou sur nos côtes pour leur qualité de vie, à baisser leur horaires il est normal que nos politiques s adaptent. Les temps changent. On aura moins d attentes, moins d arrêts maladie peut être en ville et plus de soins en campagne
  • 27/10/2018 à 12:14
    Pcc1
    alerter
    Expérimentation dans 3 départements ou régions peut-être pendant 3 ans ... avec gros lobbying contre comme pour les génériques et la vaccination de la part des médecins,d'ici là un autre ministre ou d'autres députés...ils sont tranquilles encore un moment.
  • 27/10/2018 à 14:44
    BREZHONEG
    alerter
    Meme pas! c'est deja fini, ca n'a pas été voté !
  • 27/10/2018 à 15:47
    sanddykilo
    alerter
    Faut vivre avec son temps ... et votre emploi du temps mesdames et messieurs les medecins
  • 27/10/2018 à 18:16
    MAURICE
    alerter
    Décidément dès qu'il s'agit de faire face a une situation exceptionnelle, nos députés sont en dessous de tout.
    Nous continuerons a envoyer les patients aux urgences, puisque les médecins ne sont plus présents pour les prendre.
    Dommage.
  • 28/10/2018 à 08:56
    PoussinCH
    alerter
    La puissance des lobbys!!!
  • 30/10/2018 à 14:17
    Pcc1
    alerter
    Quand on nous a vendu la 5ieme année AHU...il y a quelques 30 ans et plus ( signé pour 5 ans d'études on nous en
    rajoute une au passage) on nous disait au Canada les pharmaciens prescrivent vous verrez c'est super d'où ce passage obligé d'un an à l'hopital pour faire de la clinique.En 2018 on voit que cela n'a pas bougé,les mauvaises langues disaient que c'étaient les pharmaciens chefs de service et profs qui voulaient leurs externes pour faire comme leurs homolgues médecins je crois que finalement elles avaient raison...
  • 03/11/2018 à 12:21
    Hughost
    alerter
    Maurice, si on manque de médecins de ville ce n'est absolument pas parce qu'on ne forme pas assez de professionnels. C'est simplement que c'est devenu tellement peu attractif de faire de la MédGé de ville que les jeunes choisissent majoritairement des spécialités, et que ceux qui font quand même le choix de la MédGé préfèrent exercer en salariat qu'en libéral. Vous pouvez doubler le nombre d'étudiants en médecine, c'est pas ça qui les poussera plus à faire de la médecine libérale.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Seriez-vous favorable à une interdiction pure et simple du libre accès pour l’automédication en pharmacie ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK