28/02/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Magali Clausener

Suite à son intervention sur France Info concernant l’amendement sur la prescription pharmaceutique au projet de loi de Santé, Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l’ordre des pharmaciens, a organisé un point presse cet après-midi pour préciser la position ordinale. « C’est une proposition que nous soutenons depuis un certain temps et notamment au moment du PLFSS. L’Ordre considère qu’il s’agit d’une vraie problématique liée à l’accès aux soins et aux soins non programmés », a-t-elle déclaré. La présidente de l’Ordre a rappelé qu’il n’était « pas question d’écarter les médecins » mais de proposer « une solution concrète ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 28/02/2019 à 20:58
    Abdelhak Charai, Pharmacien titulaire
    alerter
    Ca serait benefique pour les patients
  • 28/02/2019 à 21:41
    tnttnt
    alerter
    Moi ça me gêne qu'on soit juge et partie. Et personne ne sera là pour contrôler la prescription puisqu'on délivrera dans la foulée. On voit comment ça a tourné avec les vétos, je ne pense pas qu'il faille refaire la même chose avec les pharmaciens.
    Chacun son boulot (surtout qu'on n'a pas le même rapport de force avec les patients que les médecins), il y en a marre de ses nouvelles missions, on n'a pas le temps de tout faire. Les patients n'ont qu'à continuer à faire comme maintenant, c'est à dire appeler SOS médecins
  • 28/02/2019 à 22:14
    Heretique
    alerter
    Mes collègues et moi même sommes déjà agressée régulièrement quand on ne peut pas délivrer un produit par rapport à la législation alors qu est ce que ça va être.
    Pour certain la pharmacie n est qu un commerce comme un autre. Et il ne comprennent pas le refus.

    Si on peut delivrer un monuril, une diprosone, mais qu on refuse pour jne surconsommation ou un mésusage (cf : codéine, qu on ne peux plus délivrer fort heureusement), ils iront voir en face. Un pharmacien moins scrupuleux donnera le produit. Un autre exemple : dulcolax... qui refuse? Quasi personne...Et au final, cela reviendra à de la vente libre comme le reste.
    Je ne suis vraiment pas pour.

  • 28/02/2019 à 22:23
    alro
    alerter
    C'est vraiment du grand n'importe quoi!
    Les pharmaciens ne sont pas médecin!
    Ils vont déjà faire les vaccins pour la grippe!
    Et maintenant prescrire du monuril! Comme ça plus personne ne fera d'analyse et on aura des pyelonephrites voir pire à gogo!
  • 28/02/2019 à 23:14

    alerter
    Il est temps d’évoluer et optimiser nos connaissances pour rendre service au patient et changer notre image de vendeur dans la tête des gens et dont certains pharmaciens ont l’air de souffrir. Les gens ont besoins de gens compétents et disponibles pour éviter de poirotet 6h aux urgences pour une cystite ou attendre une ordonnance médicale par fax sans oscultation ni ECBU. Rien ne vous empêchera de faire faire une BU. La vaccination est une réussite car elle répond à une réelle simplification d’accès au soins. Certes la Demarche doit être bien définies et chacun sera responsable de ses actes. Ne tombons pas dans l’obscurantisme et avançons ensemble, en coopération. Vive les nouvelles missions.
  • 01/03/2019 à 01:38
    Caius
    alerter
    C'est du grand n'importe quoi, servi avec du blabla, de l'argumentation à deux balles assorti de chantage, c'est à dire soit on baisse notre froc soit on est les méchants. Et après qui sera coupable lors des accidents comme les blocages surrénaliens avec les dermicorticoides, le monuril qui deviendra inefficace car donné n'importe comment et à la clé des surinfections rénales et des greffes à la clé,. Tout cela pour compenser la désertification médicale et la violation du serment d'hypocrate qui fait de ces médecins des parjures, de leur ordre qui ne fait pas son boulot et qui lui aussi est parjure, sans parler de cette discrimination anti bouseux, et des ministres tous plus lâches qui refusent de remettre de l'ordre dans ce merdier, alors qui est désigné volontaire d'office pour nettoyer la merde des autres, nous, et comment nous sommes remerciés, par des portes manteaux. Et le pire c'est quand la main qui le plante vient de l'intérieur. C'est sur que les pharmaciens affairistes qui vendent les listes un et deux par complaisance affairiste, qui sont nombreux comme le révèle la présidente vont être content, big business for them..... En fait la présidente veut légaliser de son aveu ces pratiques inadmissibles, confère l'article de l'application BFMTV. Donc, je constate que l'on transforme la pharmacie en drugstore, avec conflit d'intérêt en plus. C'est pour quand le moscontin en vente libre, vu que l'on se prépare à le faire avec le cannabis, d'abord sur ordo pour préparer le terrain, et je précise la plante, pas la molécule seule qui est thérapeutique, obligatoirement avec celle qui en fait de la came, on nous prend vraiment pour des cons. En fait, pourquoi on se pourrie la vie à extraire de la morphine, on donne directe l'opium et une pipe au lieu d'un pilulier, pendant qu'on y est, et après cela on supprime à tour de bras, on brandi le principe de précaution, quand cela arrange, car on en fait pas autant avec les pesticides cancérigènes et tératogènes comme on vient de le voir avec les cas de phocomelie que l'état a "ignoré" et qui a viré les personnes qui ont leve le voile en représailles.... Ignoble. Il est beau le pays qui a écrit les droits de l'homme.
  • 01/03/2019 à 06:28
    Aziz Fazal Karim, Pharmacien titulaire
    alerter
    Voila une excellente initiative.
    Pourquoi le pharmacien n'a t'il pas confiance en lui?

    Je suis Pharmacien et je suis en train de terminer mon doctorat en médecine.
    Le pharmacien a une bonne connaissance du médicament et il peut aider le médecin dans les taches routinières.

    Certes il ne pourra pas poser un diagnostic précis comme le. médecin, car la clinique c'est autre chose, mais pour les petits bobos et les pathologies pas trop compliquées le pharmacien est tout a fait capable de suppléer le médecin.
    Il suffira qu'il se recycle un peu et revoit sa séméiologie.

    Et je suis sur que le médecin appreciera. Il faut travailler en confiance avec son médecin et être proche de lui car le but final est le bien être du malade. C'est une question de confiance entre le médecin et le Pharmacien.

    Un peu de courage, c'est très valorisant.
    Et bravo a ces Medecins et pharmaciens qui veulent travailler ensemble. C'est une équipe au service du malade. Il ne faut pas toujours voir le cote négatif.
    Et puis les choses progressent. Nous sommes au 21 eme siècle, ll faut avancer avec le temps.

  • 01/03/2019 à 08:07
    Caius
    alerter
    Chacun à sa place et les vaches seront bien gardées. Ici, on veut nous faire faire le boulot des médecins pour suppléer à leurs déficiences qui consistent à se planquer en ville et laisser tomber les bouseux que nous sommes. Travailler ensemble c'est une chose, travailler à leur place pour faire leur boulot, c'en est une autre et c'est le sujet du jour, et il n'y a pas besoin d'une pile de diplôme pour le voir, juste un seul, celui de pharmacien. On en a marre de servir de serpiere pour le ministère et autrui qui feraient bien de se mettre en accord avec ce qu'ils prétendent être.
  • 01/03/2019 à 08:46
    tnttnt
    alerter
    Pour une fois qu'on est d'accord Caius :)
  • 01/03/2019 à 10:29
    Caius
    alerter
    Merci, c'est un plaisir, on rejoint ce qu'on disait dans la série d'avant sur les délivrances de complaisance et de la nuisance que cela représente pour les honnêtes pharmaciens qui font leur boulot et passent leur temps à se faire engueuler, du genre le tube de locoid, mais ce n'est que de la crème, où le collyre corticoide, mais mon médecin me le donne d'habitude pour cela, en montrant un œil bien amoché. Le problème, c'est qu'on peut perdre un œil avec cette connerie sur un zona, et j'ai croisé un tel cas. Mais alors qui payera en cas de problème, la ministre, la présidente, ceux qui sous prétexte qu'on est au 21 em siècle sont partisans, et qui alors se débineront. En tout cas notre présidente reconnaît que c'est courant, mais aussi que l'ordre est au courant et laisse faire........
  • 01/03/2019 à 12:24
    roller33
    alerter
    Bien sûr que notre présidente est au courant, d'ailleurs toute la France aussi, et j'espère qu'elle a regardé Envoyé spécial du 21 février sur les dérives concernant les opiacés et où on voyait un journaliste demander du tramadol en prétextant une opération des dents de sagesse ( en n'ayant aucune difficulté d'élocution ni aucun signe de souffrance !?! ) et se voyant délivrer une boîte du "petit dosage " à savoir du CONTRAMAL 50MG et se voyant même proposer un verre d'eau pour le prendre tout de suite ( ce que le journaliste a bien sûr refusé ) pour la modique somme de 4,50 euros ! Consternant... et tout ceci dans l'indifférence générale.
  • 01/03/2019 à 12:50
    Caius
    alerter
    Et manifestement selon l'article de bfmtv cela lui convient et elle est pour la légalisation de cela en fait il semble qu'elle le souhaiterait même. Quand je pense que je fut séquestré pour signer la démission que ma titulaire tentait en vain d'avoir par toutes les façons, chantage menace agressions verbales innombrables mais aussi physique avec comme sbire son conjoint de 130 kg, et donc sous la menace des deux, sachant qu'elle juge les confrères qui envoient le conjoint au comptoir comme elle, cela promet.
  • 01/03/2019 à 14:59
    roller33
    alerter
    Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est qu'on nous parle de petite urgence : dermatite, conjonctivite, cystite or il me semble que nous avons déjà à disposition de l'hydrocortisone en vente libre le temps de consulter son médecin ( l'eczéma n'a jamais tué personne ) et que nous avions l'ATEBEMYXINE en conseil ( collyre et pommade ) laquelle a été listée pour éviter les résistances en même temps que toutes les autres spécialités antibiotiques à usage local ( AUREOMYCINE etc... ). Alors que dire de délister le MONURIL puisque c'est de cela qu'il s'agit si on peut le délivrer à toute personne en faisant la demande ( c'est urgent ! ) : il me semble qu'on marche sur la tête, comme dirait l'autre !
    Et quid du remboursement dans ce cas, le député ayant dit qu'il y aurait remboursement ( comme avec la contraception d'urgence ) nous serions donc juge et partie et cela m'étonnerait que cela passe et dans ce cas dans les déserts médicaux, on accentuerait le fossé entre ceux qui peuvent aller acheter leur médicament et ceux à qui on rétorquera que le pharmacien peut les dépanner ( à leurs frais ) au lieu de lutter contre la désertification.
    Quant aux anti-inflammatoires évoqués aussi, vu qu'ils sont sur liste II on peut déjà dépanner ( en payant ) si on a un historique ( à moins que le prescripteur ne s'y oppose selon la loi, ce que je n'ai jamais vu ) donc encore beaucoup de bruit pour pas grand chose puisque la loi ne concernerait que des antibiotiques ( la plus grosse demande en urgence avec les antidouleurs codéinés lesquels ont été listés récemment ! ) or les antibiotiques sont à risque de résistance si utilisés à mauvais escient et rapidement le MONURIL sera inefficace et donc retour à la case départ : chez le médecin introuvable ... CQFD
  • 01/03/2019 à 18:37
    BREZHONEG
    alerter
    Bref, les contrats d'assurance responsabilité que nous avons tous vont etre caducs d'un seul coup0.Vous pouvez faire confiance aux compagnies pour vous montrer les petites lettres quand il y aura eu un probleme.
  • 01/03/2019 à 19:09
    JamesIDF
    alerter
    Je suis Docteur en Pharmacie et après mes stages en officine, je me suis dit avoir fait tant d’études pour ça... il y a une possibilité de redevenir un vrai acteur de santé publique pour le Pharmacien qui passe pour un commerçant qui veut faire du chiffre, de montrer que le niveau scientifique des pharmaciens n’est pas moindre que de nombreux médecins notamment généralistes, et je vois toutes ses réactions négatives et aigries c’est que ce métier ne vous convient déjà plus... il faut savoir évoluer avec son temps et se moderniser pour l’avenir de la profession.
  • 01/03/2019 à 19:27
    Caius
    alerter
    Je vois que certains ont la caboche qui gonfle dès qu'ils ont leur diplôme. Comme je l'ai déjà dit une cervelle bien gonflée et male faite, car il semble que ce petit donneur de leçon sans strictement aucune expérience veut nous apprendre le métier que pour ma part j'ai un quart de siècle de pratique au comptoir de la vraie vie. Mais c'est la mode, tout juste sortie de la théorie et cela a tout connu et tout vue, la tête bien gonflée à l'arrogance de se croire un pharmacien ce que tu n'est pas encore le gamin et je te rappel que tu nous doit le respect à nous les aînés les pharmaciens qui ne vivent plus dans les illusions de la fac,. Mais en plus il se prend pour un médecin le gamin il croit que son diplôme tout frais fait de lui un médecin
  • 01/03/2019 à 20:04
    caius
    alerter
    En clair, je n'ai pas, ni moi ni les autres pharmaciens, les vrais, ceux qui ont du comptoir, comme Brezhoneg et tnttnt à recevoir de leçons d'un gamin qui ne connaît manifestement ni le métier de pharmacien et encore moins que celui de médecins, mais il est vrai, avec le stage hospitalo-universitaire, cela ce voit déjà à faire le généraliste, voir leur apprendre à eux aussi leur métiers, nous avons un savant, je suis sûr que les généralistes vont bien se marrer..... quelle arrogance, quelle ignorance.... et n'oublie pas que si il y a un métier encore aujourd'hui, c'est à nous que tu le dois, envers et contre tous les gens de ton acabits qui n'ont de cesse de le trahir et en faire un motif de honte. J'en connait une comme cela qui juge les autres et qui a passé sa vie à donner des leçons aux médecins, généralistes et spécialiste, braillant que elle elle shait ce que c'est l'arthrite, pas le généraliste ni le spécialistes, traitant à qui mieux mieux certains de médecins de complaisance pour des arrêts de travail, de les insulter voir leur faire perdre des patients par des mensonges, j'en suis témoin. et j'ai témoigné de cela... quant à toi, il va falloir redescendre sur terre et ce n'est pas à un gamin qui se croit à me dire et aux autres ce que nous devons faire, et ne pas faire, dont défendre notre profession que tu ne connais pas.
  • 02/03/2019 à 11:08
    BREZHONEG
    alerter
    Un peu moins d'agressivité ne nuirait pas au charme de la discussion,Caius. Tu as besoin d'exprimer de la vindicte ,créée par des episodes peu a l'honneur des confreres que tu as croisés, c'est humain. Mais il vaut mieux parler a un jeune sur le ton du conseil, que de s'en servir comme punching ball.
  • 02/03/2019 à 12:39
    Caius
    alerter
    Certes tu a raison,, mais quant le gamin en question est diplômé et qu'il nous sert du aigris et du que notre métier ne nous convient déjà plus, on ne peut pas, et ne doit pas laisser passer cela d'autant que ce genre d'attitude chez de jeunes diplômés je l'ai rencontré trois fois, de se permettre de me et à un autre pharmacien plus âgé que moi, qui lui a fait faire son stage en plus de nous marcher sur la figure. C'est individus seront demain les prédateurs que j'ai croisé, et qui font un tord immense à notre profession. Maintenant je peut te dire que ce que j'ai lâché est une petite partie de mes mémoires.....
    Aujourd'hui, nous avons deux problèmes, un externe qui nous enterre comme on fait avec un pilotis à Venise, et un interne, le plus dangereux, le polypore soufré qui nous mine et en plus l'ordre que nous avons connu à notre début de carrière n'est plus. Depuis adenot il vire à l'acide, confère la condamnation par l'Europe et le lièvre qu'ils ont levé et l'affaire des produits des tableaux a et c est révélateur, d'autant la position de la présidente qui quand on la lit bien est plutôt à en tomber raide.
    Quand je suis rentré à la fac, c'était un peu comme quand on rentre dans les ordres, puis dès mon premier stage, je suis tomber sur un parfait salopard, j'ai cru à l'exception qui confirme la règle, mais, à part là où j'ai fait le deuxième, la liste c'est allongé, le pire du pire étant la dernière qui juge ses pairs.... Et l'apothéose le coup des médicaments listés et la révélation que les fraudes à la délivrance des listes est connu de l'ordre qui ferme les yeux que c'est énorme, en plus d'ailleurs il ne ferme pas les yeux que pour cela, on m'a répondu c'est pas nous c'est l' ars, plus des jeunes qui se prennent pour des dieux doté d'une sale mentalité qui consiste à piétiner les anciens et les pousser dans la decheterie, je trouve que cela fait beaucoup et qu'après avoir fait le punching-ball, je réagit. Il serait temps que se remette à régner l'ordre le et le sens de l'honneur la probité professionnelle plutôt que l'affairisme, la loi de la jungle et une mentalité de malfrat , les valeurs romaines en clair.
  • 02/03/2019 à 13:59
    Christine Felden, Pharmacien titulaire
    alerter
    Et bien et bien! que de haine, vraiment vous êtes tous assez lamentables, et je ne parle pas des fautes d'orthographe qui ne font pas honneur aux "anciens"... Vous "êtes bien sûrs d'être tous pharmaciens?
    Tout le monde peut travailler ensemble, et intelligemment en plus, à condition de rester raisonnables, de se former régulièrement, et de ne jamais perdre de vue le doute salutaire! A méditer
  • 02/03/2019 à 15:31
    Caius
    alerter
    Que de fausse morale, il est vrai que déterrer la fosse à purin cela ne plaît pas à ceux qui l'ont remplis et puis le coup des fautes d'orthographe, c'est le cas typique de rideau de fumé pour dissimuler ce qui dérange, je n'en suis pas surpris, car ce pseudo dépistage ou délivrances illégales de complaisance, c'est un bon biseness plan, et aujourd'hui, ils le touchent du bout des doigts. Ce qui les déchaînes, ils touchent au but. Et je vois bien que vous n'êtes pas concerné par l'éthique la déontologie, faut pas toucher à ceux qui s'assoient dessus. Même et surtout quand ils juges les autres...
  • 02/03/2019 à 15:46
    Caius
    alerter
    A propos du travailler ensemble, est s'emparer du boulot des autres comme la vaccination grippale, vouloir mettre la main sous prétexte de conflit d'intérêt des prescriptions des vetos sans mettre les bottes dans les bouses, prescrir à la place des médecins, on se moque de qui ?
  • 02/03/2019 à 17:58
    tnttnt
    alerter
    @JamesIDF : désolé mais je ne partage pas ton avis.
    1 : les patients viennent nous voir de plus en plus en 1ere ligne et c'est à nous de gérer les urgences et d'orienter les patients
    2 : quand tu vois le nombre d'erreurs sur les ordos, tu comprends à quoi tu sers.
    3 : quand tu vois le nombre d'erreurs de délivrance en pharmacie, tu te dis qu'il vaut mieux se concentrer sur ton boulot pour bien le faire avant de vouloir faire le boulot des autres. Il y a un référentiel de la pharmacie d'officine qui s'impose à nous et une des obligations est de faire un suivi des erreurs. Dans mon officine, on voit 400-450 patients jours. Et bien à la fin de l'année, le nombre d'erreurs répertorié et analysé est loin d'être négligeable (et encore, on ne voit pas tou...)
  • 02/03/2019 à 19:25
    caius
    alerter
    Je suis entièrement de ton avis sur les trois points, c'est quelque chose que j'ai vécu tout au long de mon boulot, faire la serpillière sur les ordonnances et ce dans des conditions de travail absolument lamentables faites exprès pour que ce soit lamentables par une titulaire dont le plaisir c'est d'avoir la peau de ces employés, car je ne suis pas le seul mais j'ai résisté le plus longtemps, mais j'ai pris très cher, car malgré tous ses soins pour me monter contre mes collègues pour que je les harcèle moi au lieu d'elle, je n'ai pas marché dans sa méchanceté, mais quand elle a fait rentré son conjoint, qu'elle envoi au comptoir, le rapport de force a changé et là, ce fut la descente aux enfers. Elle a eu la peau de 4 diplômes qui ont abandonnés le métier, sans parler des nons diplômés. et pour délivrer l'aturgyl de complaisance elle a fait très fort.
    DOnc oui, on a assez de boulot à faire, en plus de se faire engueuler car on refuse avec raison un produit listé , les grands classiques, les anxiolytiques, les gouttes nasales vasoconstrictrices, les hypnotiques, les antibiotiques, les corticoïdes en crème et collyre et même en comprimés. il y a eu le rivotril. Et toujours avec les même motifs de mauvaise fois, j'ai pas eu le temps d'allé voir voir mon médecin, car on ne le dit pas, les loisirs sont prioritaires, enfin si, j'y ai eu droit, , il me donne toujours le collyre à la cortisone quand j'ai cela, il n'y a ça qui marche, le dérinox, qu'il faut mettre au frigo mais qu'il fallait avec ordre du chef mettre dans le tiroir, insuffisance de personnel bien organisé, pas de voiture pour les livraisons alors qu'on les fait, c'est sur internet entre autre et je devais faire avec ma voiture personnelle, en clair c'était de ma poche avec pour remerciement des insultes, agressions, humiliations.
    Pour en revenir au sujet qui fâche, notre métier est déjà assez bien chargé pour ne pas faire celui des autres même si la tendance actuelle c'est de le faire pour avoir un revenu et faire le nôtre bénévolement, en compensation.
    De plus, les prescripteurs qui traînent les pieds, refusent l'informatisation, sabotent le générique, sans parler du rivotril, je l'ai encore en travers celui là, sauf que pour augmenter leurs honoraires, ils acceptent le pognon du générique que nous avons économisés à notre détriment, c'est exceptionnel de voir cela, car en plus de ce défoncer, la cnam nous laisse bien tomber, donc il faut faire en plus son boulot, idem pour le tiers payant, la remise à jour des cartes, et j'en passe. Pendant ce temps, il y en a qui se la coule douce. Ils auraient bien tord de s'en priver d'ailleurs.
    Et l'association colchicine macrolide, et répétitive, et de se faire sauter dessus pour m'interdire de téléphoner et m'obliger de la délivré en écrivant moi, pas elle, sur l'ordo, arrêter la colchicine, pis prendre le macro, puis à la fin reprendre la colchicine..... échec, elle l'a fait une fois, puis abandonné mais je l'ai payé.
  • 04/03/2019 à 01:46
    Pharmaciencensure
    alerter
    Caius je crois que la seule solution c’est que tu te fasses soigner
  • 04/03/2019 à 02:23
    Caius
    alerter
    Tu porte bien ton nom, tu a la mentalité des régimes totalitaires, faire le silence sur leurs saletés. La vérité dérange toujours les malfrats. Cette homme a dit la vérité il faut l'exécuter.
  • 05/03/2019 à 14:25

    alerter
    Caius le troll du forum!bipolaire? Vieille fille?
  • 06/03/2019 à 17:44
    sandikilo
    alerter
    Hé caius t'en as pas marre de ton laïus
  • 06/03/2019 à 18:33
    Caius
    alerter
    Tiens voilà les faibles qui tombent le masque, les pseudo pharmaciens à la sauce leclerc qui se dévoilent. Les magouilleurs de la caisse enregistreuse, les épiciers qui n'attendent que le cannabis en vente libre, des gars qui veulent jouer au toubib, picorer dans la gamelle des autres, hypocrites de services dont les pseudo arguments du genre de celui de bayer, for a better live s'effondrent les uns après les autres car totalement non crédibles. Là nous voyons vos vrai visages avec les canines qui raillent le plancher de l'étage du dessous. La lumière vous aveugle
  • 14/03/2019 à 14:50
    roller33
    alerter
    l'amendement de Thomas Mesnier a été adopté à l'Assemblée : l'usine à gaz est en marche...
  • 15/03/2019 à 07:20
    Caius
    alerter
    Et puis tout les petits copains vont pouvoir faire partie des commissions et s'en foutre plein les poches comme a failli le faire celle qui devait chapeauter le fameux grand débat.
    Et j'ignorais que la cystite et l'angine étaient de vulgaires maladies bénignes. C'est bien connu, la pyélonéphrite et le raa, c'est rien...... Qu'elle honte.
  • 17/03/2019 à 15:25
    Caius
    alerter
    Je dois reconnaître que le développement de cette affaire affairiste devient passionnante. Déjà pour se justifier, ces gens là classes l'angine et la cystite comma pathologie begnines on croit rêver comme je l'ai déjà fait remarquer et je constate qu'à part les médecins qui passent derrière tout le monde trouve cela normal. C'est déjà une preuve d'incompétence qui remet totalement en cause cette transformation du pharmacien en médecin. Ensuite, on nous parle de formation adéquat, faire l'interne dans un hôpital peut être comme les vrais médecins, et puis qu'il y a les fameux tests que l'on a le droit de vendre et de ne pas faire et qu'on marche sur la tête. Je pense que le cynique qui a lancé cela doit avoir un sacré mal au crâne à force de taper le bitume. C'est l'argument le plus bas que j'ai entendu. Alors après les tests, on fera les perfs à la place des infirmières alors qu'on leur demande de remplir la feuille de suivie à notre place pour après toucher le fric, c'est ce qu'a fait celle qui juge les autres les condamne et envoie son conjoint au comptoir. Et puis il dira quoi le test, angine virale ou au A. Et là mni...... Rien.
    Ce qui amène cette remarque, je constate que la meute qui complote contre l'homéopathie prétend faussement qu'elle retarde la vraie consultation, mais trouve normale de la retardé en fourgant n'importe comment dans l'incompétence la consultation pour des angines, cystites, mni, pyélonéphrite et autres pathologies qu'ils désignent comme begnines. Là, ils ne manquent pas de culot.
    Et du conflit d'intérêt absolument évident puisqu'ils accusent les vetos de ce crime que maintenant ils veulent commettre pour leur propre compte en banque. Et là, j'entends, oui mais il suffit de ne pas prendre d'honoraire, juste le bénéfice de la vente plus ceux de gardes..... Là c'est se payer nôtre tête....
    Mais au fait, quand un patient victime de cette complaisance déguisée sera dans un centre de dyalise pour cause de pyélonéphrite, il portera plainte contre qui. En tout cas son médecin fera son enquête, remontera jusqu'à l'imbecile de pharmacien et lui dira, il est responsable de votre malheur, il faut l'attaquer en justice et lui faire bouffer la baraque, et pour ce qui est des assurances, il ne faudra pas trop compter dessus. La preuve ? Les gynécologues vous la fournirons...... A bon entendeur, salut
  • 17/03/2019 à 15:36
    Caius
    alerter
    J'oubliai, il ne faudra pas compter sur les députés, buzyn et Wolf, à part le pied sur la tête pour enfoncer les fautifs, car vous serez responsables car vous aurez suivi la pseudo formation qui vous rendra pseudo compétent mais compétents au regard de la loi, donc coupables de faute professionnel le avec les conséquences au vue des lésions consécutives.
    Moralité, les conseilleurs ne sont pas les payeurs, mais je présume que ce sont les assistants qui s'y collerons sur la base du '' volontariat ''........

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vaccinez-vous plus de patients que ce à quoi vous vous attendiez ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK