18/10/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Masako Masukawa

Plusieurs députés ont déposé un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019 pour expérimenter « la dispensation, par les pharmacies d’officine, de certains médicaments à prescription médicale obligatoire dans le cadre d’un protocole médical et de coopération conclu avec le médecin traitant et les communautés de santé des structures d’exercice coordonnées ». L’expérimentation débuterait le 1er janvier 2019 et durerait 3 ans. Elle serait limitée aux pharmacies de deux régions déterminées par le ministère de la Santé. Un décret en fixerait les modalités et un arrêté la liste des médicaments.

Dans l’exposé des motifs, les députés notent qu’en « mars 2018, 20 % des officines suisses proposaient ce service aux patients. Plusieurs pathologies ont été identifiées comme la cystite, la conjonctivite ou l’eczéma par exemple ». Ils insistent sur la coopération interprofessionnelle qui « est dans la droite ligne des coopérations recherchées au travers des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) qui devront mailler le territoire ». 

Cet amendement tombe à point pour la FFMPS (Fédération française des maisons et pôles de santé) qui a travaillé sur le sujet et envisageait ce type de dispensation à la condition que le pharmacien fasse partie d’un réseau interprofessionnel. La fédération a déjà élaboré avec la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) un protocole médical pour la cystite non compliquée de la femme. Il permettrait aux pharmaciens de délivrer de la fosfomycine. Ce protocole est en cours de validation par la Haute Autorité de santé. 






Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 18/10/2018 à 20:14
    Coco 39
    alerter
    Je ne suis pas contre cette proposition...en effet le délai d'attente pour un RDV chez un médecin est parfois long, et finalement pas utile à condition que ce soit bien un PHARMACIEN qui prescrit et non un préparateur en pharmacie ( pas tout à fait les mêmes études!!)... Et comment sont remboursés ces médicaments non prescrits par un médecin??? Désolée, mais déjà la sécurité sociale a une sacrée tendance à diminuer les remboursements, alors sans ordonnance quelle solution a été retenue pour les remboursements ?
  • 18/10/2018 à 21:03
    Marred
    alerter
    Superbe initiative qui va dans le sens du temps et que nous réclamons depuis des années. Vive le pharmacien prescripteur. ( encadré bien sûr)
  • 18/10/2018 à 21:29
    Hpc6
    alerter
    Cher coco 39, Il y a tout type de pharmacien comme il y a tout type de préparateur.
    Merci de ne pas opposer les deux professions qui sont complémentaires et indispensables l'une par rapport à l'autre.
  • 18/10/2018 à 23:11
    ADH
    alerter
    Malheureusement ce genre de pratique est difficile à mettre en place en France avec la confusion préparateur/pharmacien qui s'est installée au comptoir.

    Les autorités, la profession, les médecins et un nombre croissant de patient savent que la majorité des dispensations ne sont pas contrôlées par un docteur en pharmacie mais par un BP.

    Quand il s'agit de dispensation, tout le monde ferme les yeux même si l'analyse pharmaceutique d'ordonnance est bâclée. Mais quand il s'agit d'exercer en dehors du contrôle du médecin ce n'est pas acceptable.

    Morale de l'histoire: le monde de l'officine doit gagner en crédibilité en mettant en place des processus de contrôle sur chaque dispensation par un pharmacien avant de réclamer des missions qui sont en adéquation avec la formation de docteur en pharmacie.
  • 19/10/2018 à 07:33
    rab74
    alerter
    adh d'où sortent vos affirmations? êtes vous au courant qu'un référentiel de bonnes pratiques de dispensation existe et est vivement encouragé par l'inspection? connaissez vous la norme iso9001, que beaucoup de nos confrères ont mis, ou sont entrain de mettre en place, qui impose un double contrôle de l'ordonnance? Quant à l'opposition pharmacien/ préparateur, elle n'a pas lieu d'être, puisque la délivrance, de toute façon, doit être faite sous le contrôle et la responsabilité du pharmacien! c'est le travail en équipe qui fait la force d'une profession, pas les prises de têtes sur le diplôme.
  • 19/10/2018 à 09:19
    ADH
    alerter
    @rab74

    L'idée de mon message n'est pas de mettre toutes les officines dans le même sac mais de pointer du doigt un problème qui existe dans la grande majorité des officines.

    Environ 10% des officines sont accréditées iso 9001, les contrôles de l'inspection sont rares et ne peuvent pas détecter le problème en question.

    "la délivrance, de toute façon, doit être faite sous le contrôle et la responsabilité du pharmacien" On est d'accord mais dans les faits le "contrôle effectif" prévu dans l'article L4241-1 du CSP n'est pas respecté dans la grande majorité des officines.

    Je ne remet pas en question le rôle du préparateur dans le fonctionnement d'une officine comme prévu dans l'article cité mais que le contrôle effectif n'est pas respecté. Dans la grande majorité des officines les préparateurs exercent en toute autonomie.

    L'objet de mon message précédent et de faire comprendre que cette situation est connue des pouvoirs publics, des autres praticiens et de ceux qui s'intéresse au monde de l'officine. Tant qu'il n'est pas réglé chaque mesure qui augmente la responsabilité du pharmacien sera combattue, à raison.

    Pour ce faire, il faudrait mettre en place une signature personnelle du pharmacien sur chaque prescription ou rendre l'accréditation obligatoire (comme en laboratoire de biologie mais beaucoup moins onéreuse à mettre en place).

  • 19/10/2018 à 10:43
    BREZHONEG
    alerter
    Bref, les petites officines ,où le titulaire est tres present au comptoir,doivent etre les seules a prescrire dans un premier temps experimental.
  • 19/10/2018 à 20:27
    Tets28
    alerter
    Je suis préparatrice et véritablement choquée de ce que je peux lire au travers de ces quelques messages.
    Si vous souhaitez une pharmacie avec uniquement des pharmaciens, qu'est ce qui vous empêche de le faire ?!!

    ...et vous pensez que vous n'aurez aucune erreur de délivrance ?
    ....lorsque vous verrez une dermatose vous ferez la différence à 100% entre une mycose et une lésion eczématiforme, alors que la préparatrice elle va se tromper à 100%.
    Ne parlons pas de la vaccination... croyez-vous qu'un pharmacien est plus compétent qu'un préparateur à vacciner s'il n'a pas de formation adéquate ?
  • 20/10/2018 à 00:47
    ADH
    alerter
    @Tets28

    Vous faites exprès de ne pas comprendre ou quoi?
    Le préparateur a toute sa place en officine, sous le contrôle effectif du pharmacien. L'analyse pharmaceutique des prescriptions est liée au monopole du pharmacien et c'est le pharmacien qui prend ses responsabilités pénales, ordinales et civiles sur chaque dispensation. C'est le pharmacien qui se retrouve devant le juge quand le préparateur délivre une prescription erronée.

    En ce qui concerne la vaccination, je suis d'accord, c'est un simple acte technique, il suffit d'être formé. Le préparateur devrait pouvoir se former et réaliser cet acte "sous le contrôle effectif du pharmacien".
  • 23/10/2018 à 07:47

    alerter
    En effet il est impossible dans ma situation de pouvoir contrôler toutes les ordonnances, entre les commandes, les commerciaux, le téléphone, les envois de mail via monsisra et surtout toujours à la recherche d’assistants et 300 patients/jour on ne peut pas se démultiplier.
    J’ai des tops préparateurs sensés m’alerter si il y a le moindre doute mais cela ne garantit pas aucun erreur. En effet il faudrait avoir que des pharmaciens en pharmacie pour les délivrances comme cela chacun engagerait sa responsabilité mais l’économie de l’officine et le nombre d’assistants sur le marché ne permettent pas d’avoir des personnes hautement diplômés partout.
    Donc on bricole, on se débrouille comme on peut, on essaye de dormir un peu et on prie pour qu’il n’arrive rien!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Comptez-vous ouvrir des DMP à la pharmacie ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK