Parkinson : cette maladie mal connue qui touche un adulte sur 250 - 08/04/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
08/04/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Parkinson : cette maladie mal connue qui touche un adulte sur 250

Getty Images/iStockphoto

Un constat est posé à l’occasion de la Journée mondiale de la maladie de Parkinson qui se tiendra le lundi 11 avril 2022 : cette pathologie reste mal connue de la population française. La moitié des répondants à une enquête OpinionWay* pour France Parkinson pensent qu’elle ne touche qu’un adulte sur 2500. La prévalence est en réalité dix fois plus importante (un adulte sur 250). Et si la majorité des répondants savent qu’il s’agit d’une maladie neurodégénérative et incurable, ses symptômes sont mal connus. Près de 8 répondants sur 10 évoquent les tremblements. « Alors même que près d’un tiers des patients ne tremblent pas », rappelle l’association.

Cette maladie pose également des difficultés aux professionnels de santé. Il se passe en moyenne un an et 2 mois entre la première consultation et la pose du diagnostic, rapportent les patients, également interrogés par l’association**. « En cause, des symptômes qui émergent lentement et pas toujours assez spécifiques au début de la maladie. Ils peuvent par exemple évoquer des problèmes articulaires ou musculaire », souligne France Parkinson. Par ailleurs, selon elle, le médecin généraliste ne repère pas toujours les signes avant-coureurs de la maladie pour orienter vers un neurologue.

Ce qui peut être observé dans les officines, ce sont les réévaluations des traitements qui sont fréquentes. Des changements médicamenteux interviennent près de trois fois en moyenne avant qu’un patient n’atteigne 5 ans de maladie. Ces réévaluations sont nécessaires pour assurer l’efficacité du traitement. Mais des contraintes pèsent sur le quotidien de plus de 8 patients concernés sur 10 : les temps de prises et les médicaments à prendre sont plus nombreux et les heures de prises sont modifiées.

Ces modifications sont sources d’erreurs. Les traitements antiparkinsoniens doivent être pris de manière très rigoureuse au plan de la posologie et de la fréquence (à heures fixes) pour assurer la régulation des troubles moteurs. Par ailleurs, l’adaptation au nouveau traitement peut prendre du temps et entraîner plus d’effets indésirables (pour 28 % des patients concernés).

*Etude réalisée en ligne du 25 janvier au 2 février 2022 auprès 1001 Français représentatifs.



Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !