19/01/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

Un mois à peine après son ouverture, rue du commerce dans le 15e arrondissement parisien, à l’emplacement d’une ancienne boutique Zara de 800 m², la pharmacie « Monge Eiffel Commerce » fait l’objet de plusieurs recours en annulation de la décision de l’ARS ayant autorisé le regroupement dont est issue cette officine*. L’attention portée à l’enseigne Monge est décuplée depuis que le groupement Paris Pharma a acquis, avec l’aide du fonds d’investissement Sagard, l’emblématique point de vente du 5e arrondissement. Cette signature est appelée à se déployer avec parcimonie dans les grandes métropoles touristiques. Cinq titulaires voisins, les trois syndicats (la FSPF, l'UNPF ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 19/01/2018 à 18:12
    Domino
    alerter
    Plusieurs pharmacies « La Fayette » plusieurs pharmacies « Monge » à Paris, et ce n’est sûrement pas fini... Qui a encore envie de s’installer à Paris ou dans les grandes villes ?

    S’endetter sur 12 ans et accepter de travailler 50 heures, pour finalement se faire ruiner par un fonds de pension étranger, est-ce raisonnable ?
  • 19/01/2018 à 19:02
    miroirauxalouettes
    alerter
    Excellent ton commentaires domino. le dilemme aujourd'hui est effectivement celui là. Mais tu sais maintenant les nouvelles cibles des lafayettes, boticinal, Monge, Paripharma, ce sont les villes moyennes.
  • 19/01/2018 à 19:20
    BREZHONEG
    alerter
    Donc,resumons: il ne faut pas acheter petit parce que c'est petit,il ne faut pas acheter centre ville parce qu'ils crevent du "no parking+no bagnole=no bizness",il ne faut pas acheter a la campagne parce que desert medical, et il ne faut pas acheter galerie marchande parce que c'est cher +Amazone. Le Colbertisme appuyant le Capitalisme liberal nous indiquerait il clairement la direction du cimetiere?.
  • 19/01/2018 à 20:18
    Thierry Paulin, Étudiant en pharmacie
    alerter
    Ce n'est pas en vendant de la PARA en discount que les pharmacies vont gagner de l'argent.

    Il vaut mieux se recentrer sur des valeurs sures comme l'orthopédie: marché en progression de 7 à 8 % annuel mais avec des coef de 1, 8 à 3 !!! (pas la même marge)
  • 20/01/2018 à 07:52
    MAURICE
    alerter
    Ne soyez pas si pessimistes, une parapharmacie la Fayette, n'est pas rentable dans une petite ville, leurs stocks sont énormes, disproportionnés, le service à la clientèle, est nul, de plus le fond de commerce, est exorbitant plus de 100% contre moins de 60% pour une petite pharmacie ou l'éthique est respectée, les malades y sont sensibles.
    Dans les grandes villes, ou le potentiel de clientèle est 10 fois supérieur, la rentabilité des parapharmacies La Fayette ou autres est possible.
    Je parle d'expérience.
  • 20/01/2018 à 09:10
    pharmaciencensure
    alerter
    Que ce soit dans une grande ville, une ville moyenne ou une petite ville aucune pharmacie Lafayette n’est rentable.
    Si les pharmacies low-cost survivent c’est parce que les autres officines s’alignent sur leurs prix et leurs méthodes.
  • 20/01/2018 à 09:24
    brucine
    alerter
    Reste à savoir ce qu'est, dans le Gross Paris, "une petite pharmacie où l'éthique est respectée".

    Nombreuses y sont celles qui ont été achetées une bouchée de pain soit en propre parce que micro-pharmacies en difficulté, soit parce qu'un pharmacien financier y a placé une marionnette selon le dogme actuellement assez répandu chez les jeunes qui voudrait que l'on puisse s'installer sans argent.

    Il en résulte asse souvent que l'on s'y sent obligé de vendre n'importe quoi à n'importe qui, mais cette fois-ci en médicaments listés et pas en Para comme Lafayette.

    Davantage éthique, vraiment?


  • 20/01/2018 à 09:37
    frades
    alerter
    Brezhoneg a raison.
    Les pharmacies discount se vendent. Lafayette, galerie marchandes de Leclerc, autres endroits encore plus improbables, toutes ont des valeurs de revente bien supérieures à leur rentabilité intrinsèque. En campagne on est tranquille jusqu'au moment où on décide de vendre, et là c'est la cata: la valeur du fond tombe à zéro.
    On est en train de construire une bulle financière, qui va aboutir à la vente à la découpe du réseau. Deux ou trois gros acteurs se répartiront les chaînes de distributions.
    Ce qui pourrait (peut-être?) sauver le système, c'est réorienter l'économie de l'officine sur le médicament. Casser le monopole définitivement sur la para et peut-être même les faux médicaments (dispositifs médicaux), et rémunérer décemment la délivrance.
  • 20/01/2018 à 09:54
    brucine
    alerter
    Ce sont les pharmaciens qui se sont jetés à corps perdu dans la para et l'OTC à une époque où ils n'en avaient pas besoin pour manger.

    La sécu en a profité pour prendre en compte ces paramètres et, pour faire un raccourci, faire supporter aux pharmaciens les baisses de marge répétées sur le médicament par les autres types de vente.

    Tout le monde (?) en a en effet un peu marre de vendre des "dispositifs médicaux", perlimpinpins divers ou crèmes miraculeuses destinées à remplir les méfaits de l'âge, mais il est sans doute un peu tard pour revenir en arrière, vider les rayons des officines de tout ce qui n'a rien à y faire et demander en contrepartie à la collectivité des hausses de prix spectaculaires sur le médicament.

    Et ce d'autant que, même à l'intérieur de la profession où certains y font l'essentiel de leur marge, il n 'y aurait sûrement pas consensus.
  • 20/01/2018 à 10:33
    pharmaciencensuré
    alerter
    La para et l'OTC n'a jamais fait mangé le pharmacien encore moins maintenant ou 90% du chiffre d'affaires réseau est réalisé avec des prix réglementés, cette part étant en plus en augmentation régulière.
    Les volumes d'OTC vendus en 2016 (idem pour 2017) sont inférieurs aux volumes vendus en 2008 avant la mise en place des libres accès.
  • 20/01/2018 à 12:55
    potard63
    alerter
    Il est illusoire de croire qu'il serait suffisant de "vider" les rayons de tout ce qui n'a rien à y faire pour faire accepter aux pouvoirs publics une hausse significative voir spectaculaire sur le prix du médicament. Le problème n'est pas là, il est politique. le maillon faible du système de santé c'est le pharmacien et l' effet de levier c'est le prix du médicament remboursé par la collectivité. Je note la détermination à obtenir satisfaction des médecins (pourtant soumis à "numerus clausus" comme nous), alors pourquoi échouons nous systématiquement dans nos revendications légitimes ? Aujourd'hui , un médecin s'installe où il veut, pas le pharmacien ! On rétorque à l'un ce que l'on accorde à l'autre. Il est temps d'ouvrir les yeux !
    L'ouverture du capital des points de vente à des non pharmaciens, cela fait bien longtemps que les groupes financiers l'ont contournée par d'habiles montages financiers, mais ils ne s'intéressent qu'à certains profils de point de vente; la "petite" boutique de quartier, celle qui est le dernier rempart de ce lien social qui s’effiloche de jour en jour, ou celle au cœur de la ruralité profonde tant méprisée de nos élites actuelles, celles là elles n'intéressent personne...parce qu’elles n'ont pas la taille critique pour survivre...
  • 20/01/2018 à 15:50
    miroirauxalouettes
    alerter
    Les pouvoirs publics laissent les fonds d’investissement et autres discounters faire. En effet, ils font le travail à leur place. Créer de très grosses officines, dynamiter celles autour. Les plus grosses deviennent plus grosses, il y a moins d'officines, elles sont mieux structurées financièrement. Les pouvoirs publics peuvent donc encore baisser les prix. Le cercle vertueux est lancé. La seule limite à cette logique pour les PP se sont les territoires abandonnées de province. Là ils devraient verser des subventions comme pour les agriculteurs.
  • 20/01/2018 à 19:12
    pharmaciencensure
    alerter
    Vider les rayons des produits de parapharmacie reviendrait à sacrifier moins de 5% du C.A réseau en tenant compte forcément que 80% des parts de marché de la para sont détenus par moins de 1500 officines.
    Il faudrait peut être arrêter de baser les analyses économiques sur des clichés éculés qui n’ont jamais été démontrés.
  • 22/01/2018 à 17:24
    BREZHONEG
    alerter
    Effectivement, les grosses boites , c'est ce que semblent jouer les politiques, comme 1ere partie de leur plan.Puis,acte2, ils diront aux titulaires:vous avez récolté le chiffre d'affaires des disparus,on va se partager le benefice.Donc ,on vous baisse la margeEt comme il faudra toujours couvrir des gros frais fixes (le "point mort comptable"), car toujours faire plus de saisies informatiques,et autres charges, à la place d'autres structures,l'equilibre economique des officines survivantes sera toujours plus "sur le fil".De meme que l'evolution de l'esperance de vie,d'ailleurs. Alors,on commence à se battre quand ? (je ne vais rien proposer,ça enerve Brucine...).
  • 22/01/2018 à 17:47
    pharmaciencensuré
    alerter
    Sur les quelques 180 officines fermées en 2017, moins de 10 l'ont été après liquidation et ce n'était pas automatiquement les "petites boites".
    Avec une diminution de 1% des officines par an le chiffre d'affaires du réseau régresse ce qui veut dire que le chiffre d'affaires des officines fermées n'est pas récupéré ce qui met en défaut la théorie de la récupération du C.A disparu par les autres officines.
    Quand 75% de notre rémunération seront des honoraires, comment baisser la marge qui sera d'environ 7%.
    Alors se battre, peut être, mais sur quoi ?
  • 23/01/2018 à 11:19
    BREZHONEG
    alerter
    eh bien ils baisseront les honoraires...(Il y a longtemps,on avait reussi apres 20 ans d'honoraire a 1fr 70 pour des analyses "albumine sucre"qui se faisaient avant vaccination,a faire enfin monter le prix a 27 francs. Ce qui avait aussitot provoqué une intervention et on nous les a rebaissés a 1.70 !!).
  • 23/01/2018 à 11:27
    potard63
    alerter
    N'oublions pas que plus il y aura d'honoraires dans notre rémunération, et plus il sera difficile de financer le cycle d'exploitation de nos entreprises, car comptez bien sur le gouvernement pour sous estimer ce moyen de rémunération.
  • 26/01/2018 à 16:06
    BREZHONEG
    alerter
    ....et l'inflation sans revision periodique de l'Honoraire nous "protegera" de quoi,chers negociateurs des syndicats?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Etes-vous favorable à un assouplissement des règles concernant la publicité pour les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK