09/01/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

Les grands conditionnements lèsent l’économie de l’officine, compte tenu de la décote de 10 % appliquée sur la marge de ces boîtes trimestrielles par rapport à celle sur les  conditionnements mensuels. Le manque à gagner pourrait-il s’accroître sous l’effet des nouveaux honoraires de dispensation ? En théorie, oui ! La prescription d’une seule ligne de médicaments, comprenant en l’occurrence une spécialité remboursable sous un conditionnement trimestriel, pourrait priver, dans le pire des cas, le pharmacien de la perception de 2 honoraires supplémentaires à l’ordonnance, de 2 honoraires liés à l’âge et de 2 honoraires pour médicaments spécifiques. En pratique, ce cas ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 09/01/2019 à 19:20
    jpf
    alerter
    Les honoraires à l'ordonnance sont financés par une baisse de la marge commerciale.
    il y a 220 millions de dispensations donnant lieu à la perception d'honoraires pour médicaments spécifiques qui représenteront 440 millions d'€ en 2019 et 770 millions en 2020. ces calculs ont été fait à partir des historiques 2016 et ont tenu compte des conditionnements trimestriels.
    Combien sur ces 220 millions de dispensations sont des dispensations à 1 médicament spécifique mensuelle unique? 10%? 20%?. Si c'est 20% par exemple l'extension des conditionnements trimestriels ferait perdre 25 millions de dispensations à 3,50 € d'honoraires en 2020 soit prés de 90 millions d'€ de rémunération ce qui est loin d'être négligeable mais surtout irrécupérable.
    Il est bien évident que le problème vient du fait que les honoraires sont financés par de la marge.
  • 10/01/2019 à 11:34
    BREZHONEG
    alerter
    Eh oui, marge au pourcentage que l'on va finalement reconnaitre comme seule capable de nous proteger des desordres induits par l'ahurissante tuyauterie que mettent en place les syndicats. Les lois d'entropie disent que plus un systeme est cpmpliqué ,plus les dysfonctionnements sont nombreux. Et plus encore quand il s'agit d'un systeme fermé, comme l'est la relation Secu-Officines.
    Maintenant que la baisse des prix va vers le maximum qu'elle pouvait atteindre,il faut preparer le changement.Ou alors ,c'est qu'on accepte la destruction du reseau.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Seriez-vous favorable à une interdiction pure et simple du libre accès pour l’automédication en pharmacie ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK